Exposition de Camille Perreau

Jusqu’au 31 décembre 2021

Camille Perreau est artiste illustratrice.
L’imaginaire est son terrain de jeu depuis qu’elle est haute comme trois pommes.

Elle a créé récemment une marque de papeterie poétique et écologique “La Lunette” qui propose un autre regard sur le monde : celui qu’elle voit, rêveuse, avec ses yeux d’enfant, tout en respectant ses valeurs éthiques d’adulte.​

L’exposition présentée au Tracteur Savant consiste en une série d’illustrations originales cuisinée aux petits oignons.

Cette série d’illustrations est inspirée d’une liste Inktober (challenge sur les réseaux sociaux qui consiste à publier un dessin par jour tout le long du mois d’Octobre) du collectif «They Draw and Cook» :

« Que se passe t-il le soir lorsque nous fermons la porte de notre cuisine ? Le bal des fruits et légumes commence !
Les casseroles chantent, le poivre et sel dansent le chachacha, les agrumes cherchent de nouvelles histoires d’amour sans pépins pendant que le fouet se pavane fièrement de sa nouvelle coupe de cheveux…»


Venez admirer ces illustrations pour petits et grands rêveurs lors de votre prochaine visite au Tracteur Savant. 😉

Cette exposition est un partenariat avec Bazart Textile, dans le cadre de leur projet “Flâner, glaner… Faire MOTIF !”

En savoir plus : https://lebazart.fr/agenda/agenda-bazart

Donnez à lire !

Hello tutti !

Jusqu’à la fin de la semaine, donnez un livre à un enfant ou un adolescent qui n’en a pas ou trop peu.

“Donnez à lire” est organisée, pour la 6e année consécutive, par le Secours Populaire. Ô joie, votre librairie préférée participe à cette chouette action ! Mais cette participation ne compte pas sans vous. Alors, voilà :
🚜 choisissez un livre jeunesse dans la librairie
🚜 ajoutez-le à vos achats
🚜 confiez-le à votre libraire
🚜 ce livre sera offert à un enfant accompagné par le Secours populaire
🚜 la librairie contribuera elle aussi en offrant des livres pour tous les âges.

On vous remercie vivement pour cette belle action. 💗💗💗

En 2020, et malgré un contexte particulièrement difficile, 15 000 livres avaient été ainsi collectés par 400 librairies, puis offerts à des enfants accompagnés par le Secours populaire. Et, cerise sur le gâteau, François Busnel renouvelle son soutien à l’opération, en parrainant cette 6e édition.

Zoom sur les éditions Gallmeister

Vendredi 26 novembre à 19h

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Marie Moscoso des éditions Gallmeister pour un moment d’échanges autour de cette maison d’édition qui est une mine de coups de tracteur ! 😉

La rencontre aura lieu vendredi 26 novembre à 19h à la librairie et sera suivie d’un verre de l’amitié.
Il est conseillé de réserver. 🙂

Les éditions Gallmeister

Fondées en 2006, les éditions Gallmeister fixent leur cap de départ sur les États-Unis. En quinze ans, la maison d’édition impose son logo “patte de loup”, devenant la seule maison française exclusivement dédiée à la littérature nord-américaine.
D’est en ouest, leurs auteurs interrogent les beautés et les contradictions de leur immense territoire et de ses habitants. Détectives privés de la côte ouest ou guides de pêches de la côte est, habitants de Brooklyn ou cow-boys mélancoliques sont autant de représentations d’une Amérique plurielle.
Ces icônes mythiques sont devenues des compagnons de choix pour l’observation attentive du monde naturel, qui marque profondément le destin des hommes et des failles du rêve américain grâce à un regard frondeur et critique porté sur l’American way of life.

2021 est placée sous le signe de l’ouverture sur le monde : les éditions Gallmeister se consacrent désormais à la découverte des multiples facettes de la littérature mondiale, créant des passerelles entre univers, cultures et continents pour offrir d’inoubliables moments d’évasion. Bush australien, pampa sud-américaine, montagnes sardes, steppe russe, fjords de Norvège… autant de nouveaux territoires romanesques à explorer pour respirer l’air frais et continuer de nous émouvoir, nous enchanter, nous fait réfléchir, nous amener ailleurs…

Rencontre avec Salomé Kiner

Jeudi 2 décembre à 19H à la librairie

Nous avons eu un coup de cœur pour “Grande couronne” et c’est donc avec joie que nous accueillons son autrice Salomé Kiner jeudi 2 décembre à 19h. La rencontre aura lieu à la librairie, sur réservation. ça va être chouette !

Le livre

Nous sommes en France, à la fin des années 1990. Dans une ville de banlieue pavillonnaire, une adolescente regarde passer les trains qui filent vers Paris. Elle a des projets plein la tête : partir, devenir hôtesse de l’air et surtout, plus urgent, s’acheter des vêtements de marque.
Mais comment faire quand on n’a pas assez d’argent de poche et que la vie dont on rêvait se révèle être un champ de cactus ?
Car en attendant, sa famille vacille et ses repères sont chamboulés. En moins d’un an, sans renoncer à ses désirs, elle devra tout apprendre : comment classer ses émotions, tenir tête à ses copines, assumer des responsabilités trop grandes pour elle et vivre ses premières expériences sexuelles.
Si l’adolescence est une ligne de crête menant à l’âge adulte, l’attachante héroïne de Grande Couronne s’y tient en équilibriste, oscillant entre le trivial et le terrible. Mais elle a une arme : une vision au laser grâce à laquelle elle dresse un tableau de son époque et de ses émotions aussi drolatique qu’impitoyable.

“Grande couronne” de Salomé Kiner, éd. Christian Bourgois, 288 pages, 18,50€

L’autrice

Salomé Kiner est née en 1986 dans le Val-d’Oise.

Journaliste, elle vit et travaille en Suisse. Grande Couronne est son premier roman.

Rencontre avec David Diop

Samedi 13 novembre à 18H, sur réservation

Nous avons le grand plaisir d’accueillir David Diop samedi 13 novembre à 18h pour nous parler de son dernier roman “La porte du voyage sans retour”. La rencontre aura lieu Salle du Prieur-Mage (salle du rez-de-chaussée à la mairie) et uniquement sur réservation, par téléphone ou email (letracteursavant@gmail.com).

Le livre

« La porte du voyage sans retour » est le surnom donné à l’île de Gorée, d’où sont partis des millions d’Africains au temps de la traite des Noirs. C’est dans ce qui est en 1750 une concession française qu’un jeune homme débarque, venu au Sénégal pour étudier la flore locale. Botaniste, il caresse le rêve d’établir une encyclopédie universelle du vivant, en un siècle où l’heure est aux Lumières. Lorsqu’il a vent de l’histoire d’une jeune Africaine promise à l’esclavage et qui serait parvenue à s’évader, trouvant refuge quelque part aux confins de la terre sénégalaise, son voyage et son destin basculent dans la quête obstinée de cette femme perdue qui a laissé derrière elle mille pistes et autant de légendes.

S’inspirant de la figure de Michel Adanson, naturaliste français (1727-1806), David Diop signe un roman éblouissant, évocation puissante d’un royaume où la parole est reine, odyssée bouleversante de deux êtres qui ne cessent de se rejoindre, de s’aimer et de se perdre, transmission d’un héritage d’un père à sa fille, destinataire ultime des carnets qui relatent ce voyage caché.

Michel Adanson (1727-1806)

L’auteur

Né à Paris, David Diop a grandi au Sénégal et est maître de conférences à l’Université de Pau, spécialiste de littérature du XVIIIe siècle.

Il signe, avec La Porte du voyage sans retour, son troisième roman, après le succès de Frère d’âme (lauréat du prix Goncourt des lycéens 2018, de l’International Booker Prize 2021 et traduit dans plus d’une trentaine de pays).

Emballons-nous !

📣 Taadaam ! Des paquets cadeaux recyclables, vous en rêviez ?

Et bien, c’est le nouveau service que Le Tracteur Savant vous propose en partenariat avec la Récup’rie de Lexos !
Avec leurs petits doigts musclés et habiles, nos amies de la Récup’rie ont cousu pour nous de belles pochettes (il y en a pour tous les goûts).

Nous les achetons et vous les proposons au même prix à la consigne, soit 2€ la pochette cadeau. Si vous rapportez la pochette, on vous rembourse sur le champ (labouré) !
Nous sommes ravies de ce partenariat écolo et solidaire. Et en plus, c’est joliiiii ! 🤩
Venez les découvrir à la librairie.

Coups de tracteur #13

Littérature

Dans ce premier roman, Salomé Kiner parle de l’adolescence, de ses fracas et de sa flamboyance. Elle aborde aussi un sujet lourd – la prostitution des mineur.e.s – et réussit la prouesse de le traiter sans tomber dans le sordide.

Avec sa plume alerte et acérée, Salomé Kiner dresse le portrait aigre-doux d’une adolescente de la fin des années 90 qui ne comprend rien et ne voit rien arriver.
L’héroïne est attachante et on suit, en tension, sa vie chaotique et son ton parfois cru et non dénué d’humour.

C’est vif, sensible, parfois drôle. C’est de la violence traversée de lumière. On y croit, on est emporté.

Une réussite.

“Grande couronne” de Salomé Kiner, éd. Christian Bourgois, 18,50€

Ce matin-là, Jacques Bonhomme n’est pas dans sa cuisine, pas sur son tracteur, pas auprès de ses vaches. Depuis la veille, le jeune homme est en cavale : il a quitté sa ferme et s’est enfui, pourchassé par les gendarmes comme un criminel. Que s’est-il passé ?
Par les voix de sa sœur, d’un voisin, on va suivre les épisodes qui ont conduit à cette situation. Inspiré de faits réels, on ne peut qu’être happé par la machine implacable, secoué par les aberrations d’un système dégradant notre rapport au vivant.

C’est toute la magie de Corinne Royer de rendre un texte à la fois poétique et vivant où le lecteur se trouve bouleversé par ce récit de vie poignant, absurde. Peut-être le roman le plus fort de Corinne Royer.

“Pleine terre” de Corinne Royer, Actes Sud, 21€

Un jour, la mère d’Anne Berest reçoit une carte postale anonyme avec quatre prénoms qui sont ceux de ses grands-parents et de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
A partir de là, Anne va enquêter. Qui a pu envoyer cette carte ? Et surtout quelle a été la vie des membres de sa famille qu’elle n’a jamais connu ?

Une saga familiale où l’histoire croise l’Histoire qui est aussi une enquête haletante et surtout un très beau roman.

“La carte postale” d’Anne Berest, éd. Grasset, 24€

Littérature ados/adultes

Pour le groupe elle en est une.
Une belle.
Une vraie.
Une grosse.
Une sacrée.

Une vague d’insultes et de haine s’abat brutalement sur l’héroïne de cette histoire.

Ce très bon roman d’éducation sexuelle mène des réflexions passionnantes sur le slut shaming (le fait de stigmatiser les femmes en raison de leur comportement sexuel). Un récit court dont on ne décroche pas, qui dit l’importance de l’écoute de soi et de l’autre dans les relations intimes et qui donne envie d’être soi.

“Queen kong” d’Hélène Vignal, éd. Thierry Magnier, 12,90€

Polar

Dans un poste de police australien, Gabriel se présente car il s’est soustrait à un tueur en série pour lequel il aurait dû être la 55e victime. Quelques heures plus tard, Heath vient chercher protection car il vient d’échapper aux griffes d’un fou : un certain Gabriel.
Qui dit la vérité ? Comment débuter l’enquête ?

Premier roman de cet auteur irlandais, voici un bon polar au scénario original et qui tient la route jusqu’au bout.

“Victime 55” de James Delargy, éd. Harper Collins, 8,50€

Livre-objet

Un leporello qui forme une boucle infinie : celle des langues qu’il nous reste à apprendre. Un récit et des illustrations tout en sensibilité qui forment un langage magnifique.

“Je connais peu de mots” d’Elisa Sartori, éd. Cotcotcot, 15,50€

Essai

En mêlant récit personnel, essai scientifique et témoignages au sujet de personnes autistes dites invisibles, ce livre change complètement notre regard sur ce qu’est la « normalité ». Une réflexion essentielle et une approche intersectionnelle passionnante accessibles, notamment grâce à un humour bien dosé.

Dans ta bulle, Julie Dachez, éd. Marabout, 6,90€

BD

« C’est alors que j’ai réalisé que j’étais non seulement morte, mais assassinée ».
Emma Doucet, vieille dame au caractère bien trempé, se relève d’une chute en se sentant étrange. Pourtant, rien n’a changé, excepté un trou dans sa poitrine… Qui a bien pu vouloir sa mort ? Et pourquoi n’est-elle pas (vraiment) morte ?

La vieille femme va décider d’enquêter…

Comédie grinçante et savoureuse, on ne peut que suivre avec enthousiasme les aventures de ces vieux qui aspirent à une mort joyeuse. C’est léger et profond et ça se dévore.

Ma vie posthume – intégrale, d’Hubert et Zanzim, éd. Glénat, 20€

Albums jeunesse

Un bijou graphique et narratif exceptionnel, qui ravira les petits et grands lecteurs comme les non-lecteurs grâce à la richesse de ses pages. L’auteur nous glisse dans la peau d’un héros casqué en colonie de vacances au Camp d’été de la Vallée du secret. Il se lance alors à la recherche du Maître du secret (c’est simple : il a une grande barbe, une canne, un artichaut et un chapeau rigolo) et tente de connaître le fameux secret.
Un album complètement farfelu aux couleurs explosives !

Le Secret très secret du maître du secret” de Vincent Pianina, Thierry Magnier, 18€

Un adorable livre pop-up (livre animé) aux mécanismes originaux. La sobriété des trois couleurs (blanc, noir, turquoise) ajoute à la beauté de ce petit livre-objet qui fera étinceler les pupilles des petits et grands.

“Chat blanc” de Mathilde Arnaud, éd. Les Grandes Personnes, 15€

Et hop, un petit livre maniable pour les petits mains, pour apprendre à compter et à reconnaître les chiffres.

De façon ingénieuse, sur chaque page, différents modes de lecture sont proposés : compter sur ses doigts, compter les points d’un domino, repérer une suite, lire les chiffres arabes ou écrits.

C’est joyeux et graphique en plus d’être intelligent.

“Les toutouchiffres” de Caroline Dall’Avia, éd. L’Agrume, 13,90€.

Dédicace de Christian Chemin et Gérard Grosborne

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Christian Chemin et Gérard Grosborne pour la parution du livre “Les pronoms des arbres”, jeudi 4 novembre à 18h. La rencontre sera suivie/accompagnée d’un verre de l’amitié. 🙂

Le livre

Les pronoms sont l’endroit d’où nous parlons. Parler ici, à partir de l’arbre, des arbres. Lier des petites histoires à l’histoire qui se joue et notamment l’histoire que les arbres nous racontent. Leur détresse aussi. J’entends Greta Thunberg s’adresser à nous, ceux qui ont joui de tout, certains plus que d’autres, ma génération plus qu’une autre. Elle, c’est mon enfant, nos enfants. J’ai encore envie de leur raconter des histoires, non pas pour les endormir, mais pour dire ce qui nous fait humain, que si nous ne pouvons changer le monde, du moins que celui-ci ne nous convertisse pas en bio-humain connecté…. et que l’on puisse encore marcher dans une forêt, admirer ou toucher un arbre en éprouvant par tous nos sens la puissance de la vie.”
Christian Chemin

“Les pronoms des arbres” de Christian Chemin, photographies de Gérard Grosborne, 56 pages, 8€.

Les auteurs

Christian Chemin écrit court, il ne sait faire autrement. Il écrit des petits textes, des chroniques, des poèmes, des chansons qu’il met parfois en musique et qu’il chante. Il arrive que ses petites histoires rencontrent un autre, une autre, alors on fait un bout de chemin ensemble.

Doit-on présenter Gérard Grosborne aux saint-antoninois ? Gérard est photographe. Il est un œil. Un œil 24/36 qui saisit dans le cadre l’instant, le moment, le bon moment. Il écrit en 35 millimètres comme on écrit des chroniques. Instants volés, instants figés parfois dans le cadre, parfois hors champs, là où la photo s’invente.

La fin de la mégamachine

Rencontre avec Fabien Scheidler, samedi 23 octobre à 18h

Samedi 23 octobre, nous aurons la chance d’accueillir Fabian Scheidler pour la présentation de son livre “La fin de la mégamachine, sur les traces d’une civilisation en voie d’effondrement”, publié aux éditions du Seuil.
Énorme succès à l’étranger, ce livre nous offre une clé de compréhension des désastres climatiques, écologiques, pandémiques et économiques contemporains, liées aux structures économiques, politiques et idéologiques que l’auteur appelle “la mégamachine”.

Afin de mieux comprendre ses réflexions passionnantes, nous vous invitons à venir écouter l’auteur samedi 23 octobre à 18h.

La modération sera assurée par Aurélien Berlan, agrégé et docteur en philosophie, chargé de cours à l’Université Jean-Jaurés de Toulouse qui est aussi le traducteur de l’ouvrage.

Sur les traces d’une civilisation en voie d’effondrement

Énorme succès à l’étranger, ce livre nous offre une clé de compréhension des désastres climatiques, écologiques, pandémiques et économiques contemporains. Accuser Sapiens, un humain indifférencié et fautif depuis toujours, est, selon Fabian Scheidler, une imposture. Notre histoire est sociale : c’est celle des structures de domination nées il y a cinq mille ans, et renforcées depuis cinq siècles de capitalisme, qui ont constitué un engrenage destructeur de la Terre et de l’avenir de l’humanité, une mégamachine.
Mais ces forces peuvent aussi être déjouées et la mégamachine ébranlée. Alors que les alternatives ne manquent pas, quel déclic nous faut-il pour changer de cap et abandonner une voie manifestement suicidaire ?
La réponse est dans ce récit. Car seul celui qui connaît sa propre histoire peut être capable de l’infléchir.

L’auteur

Fabian Scheidler est un auteur, essayiste, philosophe, journaliste et dramaturge allemand. Il a étudié l’histoire, la philosophie et le théâtre. Fabian Scheidler travaille notamment comme auteur indépendant pour la presse, la télévision, le théâtre et l’opéra. Il publie régulièrement dans les Blätter für deutsche und internationale Politik (édité par Saskia Sassen, Jürgen Habermas et al.), la Tageszeitung (Taz) et d’autres revues. En 2009, il obtient le prix Otto Brenner pour le journalisme critique. Il a aussi publié Chaos. La nouvelle ère des révolutions (2017, en allemand).

Lire un extrait

https://ref.lamartinieregroupe.com/media/9782021445602/144560_extrait_Extrait_0.pdf