Le choix du chômage : rencontre exceptionnelle avec Benoît Collombat et Damien Cuvillier

Vendredi 9 juillet à 18h30 à la Salle des Thermes

Benoît Collombat et Damien Cuvillier nous font le grand plaisir de venir nous présenter leur remarquable bande-dessinée “Le choix du chômage”, publiée aux éditions Futuropolis.
Comme une enquête policière, les auteurs sont partis à la recherche des racines de ce fléau.

Une enquête dans les coulisses de la décision politique.

Benoît Collombat est journaliste d’investigation à Radio France, il est l’auteur avec Etienne Davodeau de “Cher pays de notre enfance”, une BD documentaire édifiante et un grand succès public. Damien Cuvillier est auteur de bandes-dessinées, il a notamment dessiné “Nuit noire sur Brest” et “La guerre des lulus, la perspective Luigi”.

Objectif plein emploi ? “Le choix du chômage” prouve le contraire.

Ce livre est une enquête documentée, riche des témoignages d’anciens ministres, de conseillers de présidents de la République, d’anciens directeurs du Trésor ou du FMI, de banquiers, d’économistes, de juristes, de sociologues et de philosophes…
Pendant trois ans, Benoît Collombat et Damien Cuvillier ont investigué sur ce qui a fait basculer les choses : comment et pourquoi les hommes politiques ont “remis les clés” de l’organisation du monde à l’économie et à la finance.
Ce basculement repose sur la victoire idéologique, à un moment donné, d’une pensée : le néolibéralisme, pour qui le rôle de l’État est avant tout de servir de marché.

Un livre dense, passionnant et riche d’enseignements.

Benoît Collombat et Damien Cuvillier ont souhaité faire un reportage en bande dessinée sur les politiques économiques des différents présidents de la Ve République qui ont abouti à faire exploser le chômage en France au cours de ces 50 derniers années.
Le chômage est un fléau qui a commencé à prendre de l’ampleur en 1973, à une époque où Georges Pompidou, alors président de la République, annonce qu’il y a 400 000 chômeurs en France. Au cours des décennies suivantes, ce chiffre ne cessera d’augmenter malgré les annonces chocs qui se succèdent par les présidents et ministres.

Les auteurs voulaient comprendre quelles personnalités étaient à l’origine des grands choix économiques favorisant le désengagement de l’État au service du marché.

Le dessin au lavis et à l’encre très précis permet de plonger le lecteur dans l’enquête de terrain fouillée que les deux auteurs ont menée.

Résultat : un livre dense, passionnant et riche d’enseignements.

Qui est Benoît Collombat ?

Benoît Collombat est un journaliste d’investigation.

Reporter à France Inter entre 1994 et 2015, il travaille désormais à la cellule investigation de Radio France.

Parmi ses nombreux reportages :
  • En 2003, une contre-enquête sur la mort de l’ancien ministre Robert Boulin, intitulée « Affaire Boulin, un homme à abattre », qu’il prolonge en 2009 avec de nouveaux éléments inédits.
  • En décembre 2007, une enquête sur la disparition en Polynésie française du journaliste d’investigation Jean-Pascal Couraud, dit JPK.
  • En 2008, il enquête sur les rumeurs d’assassinat du premier ministre Pierre Bérégovoy. Puis sur l’affaire du “cabinet noir” d’Yves Bertrand, et sur l’affaire Ali Mécili. Benoît Collombat enquête également sur les paradis fiscaux.
  • En 2009, Benoît Collombat réalise l’enquête “Les affaires africaines du Docteur Kouchner ” où il publie pour la première fois les fameux rapports. Il apporte également de nouveaux éléments dans l’enquête sur le naufrage du Joola au Sénégal. En 2009, il réalise également un reportage en Afrique “Cameroun : l’empire noir de Vincent Bolloré”.
  • En août 2010, Benoît Collombat publie une enquête sur Éric de Sérigny, l’un des conseillers d’Eric Woerth mais aussi l’affaire Wildenstein, nouvel élément de l’affaire Bettencourt.
Ses livres :
  • Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes, ouvrage collectif, éd. Delcourt, 2019
  • Député, la noble assemblée, avec Etienne Davodeau, éd. Gallimard BD, 2017
  • Cher pays de notre enfance – Enquête sur les années de plomb de la Ve République, avec Etienne Davodeau, éd. Futuropolis, 2015
  • Au nom de la France, guerres secrètes au Rwanda, avec David Servenay, éd. La Découverte, 2014
  • Un homme disparaît : l’affaire JPK – 15 décembre 1997, éd. Nicolas Eybalin/Scrineo, 2013
  • La fédé, comment les socialistes ont perdu le Nord, avec David Servenay, éd. Seuil, 2012
  • Histoire secrète du Patronat de 1945 à nos jours, ouvrage collectif, éd. La Découverte, 2009
  • Un homme à abattre – Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin, éd. Fayard, 2007

Qui est Damien Cuvillier ?

Passionné très tôt par le dessin, Damien Cuvillier réalise ses premiers travaux d’illustrations dès 16 ans et participe à de nombreux concours de bande dessinée. Après avoir collaboré à des collectifs, il publie son premier album en 2010 Les Sauveteurs en mer (Vents d’Ouest). Par ailleurs, il participe à des spectacles multidisciplinaires alliant conte, musique et dessin.

Il publie aussi dans la revue dessinée.

En 2006, il reçoit le Prix Régional au festival de la bande-dessinée d’Amiens. En 2014, il reçoit le Prix coup de cœur du festival Quai des bulles à Saint-Malo.

Il rejoint les éditions Futuropolis en 2014 avec Chroniques de Notre Mère la guerre, collectif avec Maël et Kris avec qui il collabore sur Nuit noire sur Brest. En 2017, il participe à la série La Guerre des Lulus. Depuis, ce passionné du dessin et de la narration alterne les collaborations.

Ses livres
  • Mary Jane avec Frank Le Gall, éd. Futuropolis, 2020
  • La Guerre des Lulus – 1916 : La Perspective Luigi, avec Régis Hautière, éd. Casterman, 2018-2019
  • Eldorado avec Hélène Ferrarini, éd. Futuropolis, 2018
  • Nuit noire sur Brest avec Kris et Bertrand Galic, éd. Futuropolis, 2016
  • Les souliers rouges, avec Gérard Cousseau, éd. Bamboo, 2014-2015
  • La crise, quelle crise ? avec Dominique Zay et Kris, éd. de la Gouttière, 2013
  • Aïcha K. avec Jean-François Chanson, éd. Alberti, 2013
  • La guerre secrète de l’espace, Tome 1 : 1957 Spoutnik avec Régis Hautière, éd. Delcourt, 2010

Lien vers Futuropolis

Coups de Tracteur #11 spécial poésie

Poésie

Pauline Delabroy-Allard nous avait entraîné.e.s avec sa prose hypnotique dans “ça raconte Sarah” (éd. de Minuit). Dans “Maison-tanière”, la narratrice s’est réfugiée dans cette maison d’amis qui la réconforte et devient un peu la nôtre. Chaque jour, Pauline choisit un disque dans la bibliothèque des hôtes et, le temps du disque, écrit un poème puis prend une photo. Dans la deuxième partie du livre, la tristesse prend le pas et cette fois, ce sont les plafonds, avec leurs traces, leurs fissures, qu’elle photographie.
Un texte tour à tour poignant, léger, grave, sensuel.

Extrait à écouter

“La maison-tanière” de Pauline Delabroy-Allard, éd. L’iconoclaste, 80 p., 13€

C’est d’une main légère que Cédric Le Penven creuse ses plaies comme les sillons dans sa terre. Dans ce recueil qui tend vers le journal, l’auteur interroge la souffrance et la beauté du quotidien. Où l’on comprend aussi pourquoi le poète plante des arbres et les écrit.
Des poésies comme des lames, belles et saisissantes.

grandir, c’est peut-être cesser de croire qu’une douleur nous ressemble plus qu’un sourire

Un sol trop fertile, Cédric Le Penven, Éd. Unes, 80p., 17€

Rupi Kaur s’est fait connaître avec “Lait et miel” (publié aux éd. Charleston en France).
Artiste, elle réalise des performances et explore une grande variété de thèmes dans son travail comme l’amour, les traumatismes, la féminité, la migration.
Dans “Home body”, Rupi Kauri souhaite défricher les frontières d’un corps qui a été violenté pour apprendre à l’aimer.
Ce livre présente à la fois ses dessins, esquisses et poésies. Fraîcheur, urgence et spontanéité sont les lignes directrices de son travail. Comme des haïkus modernes, en quelques mots, Rupi Kaur parle de tristesse mais aussi de guérison.
Une poétesse à découvrir.

“Home body” de Rupi Kaur, éd. Nil, 192 p., 17,50€

Une pièce manquante
dans un puzzle
fait un trou dans le paysage.

Comment grandir avec un secret trop lourd à garder ? Tout en tissant des liens avec “Alice au pays des merveilles”, ce recueil évoque ce que chacun peut construire pour supporter un événement de notre passé.
Un ouvrage délicat et émouvant.

“Amnésies” de Marlène Tissot, éd. La boucherie littéraire, 14€

Dans un cri, cette poétesse dénonce avec rage la violence – malheureusement universelle – faite aux femmes au Guatemala. Voici une lecture uppercut qui engage à la résistance.
L’écriture radicale de Regina José Galindo reflète la violence de son «Guatemalade, malade, malade».
Tragique et percutant, ce texte violent vous laissera K.O.

“Rage” de Regina José Galindo, éd. Les lisières, bilingue espagnol-français, 88 p., 14€

À la fois lyrique et narrative, la poésie de Kimberley Blaeser dit la violence subie mais aussi la survivance de la nation et de la culture amérindienne Anishinaabe. Kimberley utilise une langue précise et riche qui absorbe son lecteur.
Au plaisir de la lecture s’ajoutera celui de l’objet qui est beau en soi : typographie, mise en page, qualité du papier. De plus, l’ouvrage est bilingue et comporte de nombreuses notes de la traductrice.

Résister en dansant, Kimberley Blaeser, Éd. des Lisières, 17€

Encore un bel objet-livre aux éditions des Lisières que l’on a plaisir à caresser de la main avant de le dévorer avec les yeux ! L’autrice a su créer un lien doux et organique entre le texte et les linogravures.
Un texte qui invite à la contemplation et à la réconciliation.

“La musique du vent” de Lætitia Gaudefroy Colombot, couverture illustrée d’une linogravure originale de l’artiste, 48 p., 12€

Zoom sur deux maisons d’édition qui viennent de rejoindre les rayons de la librairie

La Boucherie Littéraire

Les éditions La Boucherie littéraire ont été créées en 2014 dans le Lubéron par Antoine Gallardo.
Elles publient des auteurs contemporains de langue française, offrant exclusivement à lire de la poésie. Poésie à fleur de peau, intime, parfois difficile, introspective, vivante, qui sait aussi être incisive et saisissante.
La forme poétique privilégiée est le retour à la ligne.
Les éditions sont menées avec exigence, que ce soit dans l’accompagnement de l’auteur et de son texte ou encore dans les choix de papiers de création et dans l’impression.
Selon Antoine Gallardo “Éditer est un acte de création à part entière.”

La collection “Carné poétique”
Elle est constituée de la viande des auteurs et des lecteurs (qui souvent écrivent eux-mêmes). Il s’agit de livres-objets hybrides à mi-chemin entre le carnet blanc et le livre imprimé. Ce sont des carnets d’inspiration : la poésie lue nous inspire autant que ce qui nous entoure. Ainsi, dans le steak de tous les jours, une poésie originale de 20 pages est prise en sandwich entre 40 pages vierges, laissées à la création du lecteur. La chair restante présente l’auteur et son travail.

lien vers la boucherie littéraire

Les éditions Les Lisières

La poésie est une graine à cultiver, c’est l’herbe folle qui défie les « monocultures de l’esprit » (Vandana Shiva), tout en elle tend à proliférer. Et jamais elle ne se résoudra à n’être qu’un sous-rayon de la littérature.
Fondées en 2016, les éditions des Lisières sont nées dans la Drôme sous la main de Maud Leroy.
Elles abritent des voie/x poétiques.
Considérant que la poésie ne s’arrête pas au poème mais qu’elle constitue une inscription de l’humain sur terre, la maison souhaite faire entendre une diversité de voix, notamment des voix discrètes comme celles des ruraux, des femmes ou des colonisés.

Convivialité et bibliodiversité sont deux concepts qui guident le travail des Lisières, où une part importante du catalogue est tournée vers l’édition bilingue.
L’édition y est conçue comme un outil convivial. Le livre est donc pensé ici plus comme un objet artisanal, fait de plusieurs voix, de plusieurs mains, que comme une marchandise standardisée. Ainsi, la plupart des couvertures des livres sont en typographie au plomb et linogravure – avec le soutien de Pierre Mréjen des éditions Harpo &.
Quant à l’impression, elle est assurée par un imprimeur et un façonnier locaux. Les papiers sont choisis méticuleusement. Il en résulte des livres sobres et sensuels.

lien vers les éditions des lisières

Tapissons-nous !

Lien vers le blog

Mardi 22 juin à Varen, 17h30 sur les berges de l’Aveyron

« Danses chimériques » par Alice Chaudat de la compagnie L.atente sur une musique composée par les élèves de CP-CE1 avec Le Rock d’Anglars, à partir de leurs Chimères réalisées avec Marine Giacomi (à découvrir dans les rues du village)

Mercredi 23 juin à St-Antonin, de 18h à 20h au BaZart

« Portraits du vivant », dix habitants passionnés de nature croqués par Marine Giacomi dans des portraits audio-dessinés-filmés

Vendredi 25 juin à St-Antonin, de 17h à 19h place du Pradel

« Balade artistique » sur les plantes sauvages de la rue, avec Marine Giacomi et Sophie Rambeau, éducatrice à l’environnement.
Réservation : mdp82@wanadoo.fr / 05 63 24 06 26

Samedi 26 juin à Caylus, de 10h30 à 12h30 sur le marché

  • « Portraits du vivant » projetés au Fablab
  • « Élections intercommunales du vivant », dernières heures pour voter Découverte des Chimères collées dans les rues
  • 11h : « Danses chimériques » par Alice Chaudat de la compagnie L.atente

Samedi 26 juin à St-Antonin, 18h sur berges de l’Aveyron – Soirée de clôture

  • 18h : dépouillement des votes place des Moines, annonce des résultats des « Élections intercommunales du vivant »
  • sur les berges « Danses chimériques» par Alice Chaudat sur l’escalier monumental
  • Tirage de la tombola « Tapissons-nous »
  • « Portraits du vivant » projetés au BaZart de 18h à 20h

Coups de Tracteur #10

Nature, jardin

Ceci n’est pas un manuel de plus pour jardiner… C’est un livre de réflexions et de conseils avisés et pertinents, énoncés avec humour par un amoureux des légumes, grand spécialiste, qui nous embarque dans sa passion, dans un tourbillon enthousiaste et parfaitement réfléchi.

“Le potager d’un frimeur” de Xavier Mathias, éd. Terre vivante, 25€

Voici un livre qui changera votre regard sur le jardin. Les “mauvaises herbes” n’en sont plus mais sont de la matière vivante pour pailler vos plantes. Les plantes sauvages qui y poussent peuvent se récolter pour déguster ou faire un purin d’herbes. Bref, une foultitude de conseils, très simples que vous aurez envie de réaliser tout de suite !

“La permaculture au jardin mois par mois” par Damien Dekarz, éd. de Terran, 15€

Littérature

Thierry, le narrateur, vit dans un endroit isolé où son voisin est aussi devenu son ami.

Un matin, la maison de ce dernier est cernée par des voitures de police et une ambulance.
Que s’est-il passé ? Thierry connaissait-il vraiment cet alter ego ?

A travers les tergiversations et les interrogations d’un homme, on traverse son passé, ses souvenirs, ses failles, avec une grande finesse et sensibilité.

“L’ami” de Tiffany Tavernier, éd. Sabine Wespieser, 21€

C’est l’histoire d’un quartier populaire et misérable de Palerme, une histoire d’amitiés, d’entraide, servie par une écriture poétique et magique. Un vrai régal.

“Borgo Vecchio” de Giosuè Calaciura, éd. Folio,
160 pages, 6,90€

Phénomène de société en Corée du Sud, ce livre, à travers la vie de Kim Jiyoung, nous dévoile la condition féminine en Corée, mais soulève aussi des points de vue sur la condition féminine tout court. Dans un style simple, nous suivons les réflexions de Kim, étayées de données et d’exemples. Eclairant.

“Kim Jiyoung, née en 1982” de Cho Nam-Joo, éd. 10/18, 6,60€

Les mots de Vincent Message nous entraînent dans un rythme, une spirale infernale, à la manière de l’héroïne Cora. Pressée d’en faire toujours plus, acculée pour faire des choix qui ne lui ressemblent plus, on mesure combien elle est minuscule face à la violence du monde du travail.

“Cora dans la spirale” de Vincent Message, éd. Points, 8,60€

Polar

Gilda Piersanti excelle dans le polar psychologique. Pari réussi cette fois encore avec “Les somnambules” !

Quand trois amis d’enfance sont rattrapés par leur passé… Vont-ils devoir payer pour ce qu’ils ont fait 25 ans plus tôt ?

“Les somnambules” de Gilda Piersanti, éd. Le Passage,
320 pages, 19€

Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw a eu la bonne idée de publier un article recensant les crimes “parfaits” de la littérature. Mais rien ne va plus le jour où il s’aperçoit qu’un tueur est en train de mettre sa liste à exécution…

Un polar psychologique dont l’ambiance rappelle les classiques du roman policier et qui vous fera passer un excellent moment.

“Huit crimes parfaits” de Peter Swanson, éd. Gallmeister,
352 pages, 23,40€.

Pour le décor, imaginez l’époque victorienne, dans une ambiance londonienne et pleine de brouillard, of course !

Ce polar historique qui met en scène pour la première fois Lizzie Martin jeune femme spontanée, futée et féministe avant l’heure est délicieux. A lire absolument avec une tasse de thé…

“Un intérêt particulier pour les morts” d’Ann Granger, éd. 10/18,
384 pages, 7,50€

Littérature ados (mais même pour les adultes, c’est permis !)

Encore une fois, Marion Brunet se distingue brillamment dans ce nouveau roman.

Le décor : un huis-clos sur un voilier.
Le sujet : quatre amis repêchent le cadavre de leur chef de bande, tandis qu’une tempête terrible se prépare.
Résultat : une lecture impossible à arrêter !

“Plein gris” de Marion Brunet, éd. Pocket jeunesse,
208 pages, 16,90€

Amatrices et amateurs de “Sauveur et fils”, réjouissez-vous, voici une nouvelle série de Marie-Aude et Lorris Murail !
Une intrigue qui tient en haleine avec de nombreux rebondissements et une galerie de personnages très attachants. Le début d’une série enthousiasmante qu’on a hâte de retrouver.
Angie, on dit oui ! ^^

“Angie” de Marie-Aude & Lorris Murail, éd. L’école des Loisirs, 17€

Albums jeunesse

Changer d’air, qui n’en rêve pas aujourd’hui ? C’est aussi ce que se dit une Maison qui, pour le bien-être de ses habitants, va décider de prendre le large.

Un album fourmillant de détails, drôle, tendre et réconfortant. Un bonheur de lecture !

“Changer d’air” de Jeanne Macaigne, éd. Les Fourmis Rouges, 18€

Comme une petite comptine, cet album, esthétique et tendre, séduira le tout-petit. Sur chaque page, l’enfant est invité à faire rouler (et disparaître) un renard, jusqu’à la page finale où il aura la joie de retrouver les renardeaux cachés et blottis…

“Roule renard” d’Atelier SAJE, éd. Didier Jeunesse, 12,90€

Coups de tracteur #9

Littérature

Plongez dans la vie de Duke, né à la Colline aux loups, dans une famille aux violences inouïes. Un texte et une écriture rares et incomparables. Un livre poignant dont on ne ressort par indemne.

“Le démon de la colline aux loups” de Dimitri Rouchon-Borie, éd. Le Tripode, 17€

Voici l’histoire d’un homme qui a besoin de rencontrer les gens. Arrêtez-vous pour embarquer cet autostoppeur !
Un roman plein de tendresse et de poésie.

“Par les routes” de Sylvain Prudhomme, éd. Folio, 8,10€

En novembre 1999, dans l’Ohio, Luther Amos Dunphy, autoproclamé « soldat de l’Armée de Dieu » assassine le Dr Gus Voorhees, médecin avorteur. Un livre dense mais captivant qui nous amène au plus près de ses personnages traités tout en nuances. Plus qu’un livre sur le débat de l’avortement au sein de la société étasunienne, l’autrice interroge le poids de la mémoire familiale et le rapport à l’autre.

” Comme la plupart des filles, elle avait été entraînée à sourire dès l’enfance. Sourire à vos aînés, à ceux qui ont autorité sur vous. Sourire quand vous avez peur. Sourire quand vous n’arrivez pas à entendre tout à fait ce qu’on vous dit. Sourire pour vous montrer douce, docile, coopérative, suprêmement bien élevée, “bonne“. Sourire aux hommes.”

“Un livre de martyrs américains” de Joyce Carol Oates, éd. Points, 9.90€

C’est l’histoire d’une chasse aux sorcières inspirée de faits réels qui se sont déroulés en 1620 en Norvège.
Avec “Les graciées”, l’autrice fait un récit passionnant de cette histoire aux très beaux personnages féminins.

Kiran Millwood Hargrave “Les Graciées”, éd. Robert Laffont, 21€

Littérature ados (mais même pour les adultes, c’est bien !)

Comme toutes les jeunes filles de 16 ans, Tierney part en “année de grâce” dans un camp isolé en lisière de forêt afin de se purifier de sa “magie” qui corrompt les hommes. Chacune sait que toutes ne reviendront pas. Malgré un univers fantasy, ce roman nous plonge dans des réalités adolescentes, aux côtés d’une héroïne rebelle en quête de liberté. Un roman impossible à lâcher, qui dénonce les rouages du système patriarcal avec brio.

“L’année de grâce” de Kim Liggett, éd. Casterman, 19,90€

Récit

Sur un ton simple et spontané, Victorine Brocher nous livre un témoignage direct sur la Commune durant laquelle elle a été brancardière. Elle témoigne de la misère, de la douleur et de ses malheurs à la manière d’un roman.

“Souvenirs d’une morte vivante, une femme dans la Commune de 1871” de Victorine Brochet, éd. Libertalia, 10€

Essais

Dans cette enquête autobiographique, cette militante du MLF et directrice d’études à l’EHESS bouleverse en même temps qu’elle nourrit la réflexion sur les transfuges de classe : revendiquant son statut de boursière et défendant les principes de l’État-providence, elle critique ouvertement l’idée de mérite. En tant que femme issue d’une famille nombreuse en milieu rural, son analyse mêle domination de classe et domination de genre dans une approche intersectionnelle riche et passionnante.

“Se ressaisir” de Rose-Marie Lagrave, La Découverte, 22€

Un chouette livre richement illustré qui explique par ordre alphabétique les concepts et l’histoire du féminisme de manière très claire et assez critique.

“Herstory, histoire(s) des féminismes”, de Marie Kirschen et Anna Wanda Gogusey, éd. La ville brûle, 25€

Jeunesse

Un Prix Sorcières grandement mérité pour ce superbe album. Émouvant, poétique et réconfortant, un livre qui amène à la réflexion, à la rêverie et à contempler la nature. Magnifique !

“Nuit étoilée” de Jimmy Liao, éd. Hongfei, 19,90€

Le loup a beaucoup d’amis et il a une faiblesse : il adore les photographier.
Dans ce petit livre, très bien conçu, le jeune enfant est amené à détacher l’animal mentionné pour le déposer dans l’album photographique (en scratch) du loup.
Dans la même collection, les impeccables éditions L’Agrume ont déjà publié “Une faim de loup” et “Les vacances du loup”.
Succès assuré avec ces livres interactifs et “low-tech”.

“Les animaux du loup” de Yen-Lu Chen-Abenia et Mathilde Bel, éd. L’Agrume, 13,90€

Les éditions Les Grandes Personnes sont toujours graphiquement créatives. Pari réussi cette fois encore avec ce charmant petit livre. Tantôt petite tortue, tantôt caneton ou élephanteau, un livre-objet tout doux pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux-nés.

“Bienvenue” par Marta Comin, éd. Les Grandes Personnes, 13,50€

Bandes dessinées

Avec humanité et un brin de malice, Claire Le Men brosse le portrait d’hommes et de femmes en proie à leurs démons. Elle transcende les accidents de vie en une aventure passionnante.
Son dessin gracieux, esthétique, la mise en page en parfaite harmonie avec l’écriture en font une BD qui se dévore !

“Nouvelles du dernier étage” de Claire Le Men, éd. du Seuil, 17,90€

Coups de Tracteur #8

Littérature

“Les vilaines”, c’est l’histoire d’un groupe de femmes trans en Argentine, réunies autour de la Tante Encarna. Lorsqu’elles trouvent un enfant dans le parc où elles se prostituent, elles le baptisent Éclat des yeux et Tante Encarna met toute son énergie à l’élever.

Un roman qui dresse la poésie et l’amour comme véritables remparts face à la violence du monde. Des portraits individuels flamboyants qui donnent une grande force à ce sentiment collectif qu’est la sororité.

“Les vilaines” de Camila Sosa Villada, éd. Métailié, 18,60€

Agathe, 11 ans, est embarquée en vacances sans crier gare par sa mère, sans qu’elle ne puisse en avertir quiconque. L’attitude de sa mère, femme-enfant fragile, va vite sembler étrange et difficile pour la jeune narratrice, hébétée.

Un roman poignant, entre douleur et amour, pudique et sensible, où l’autrice semble avoir puisé des éléments de sa propre enfance tant cela sonne juste.

“On était des poissons” de Nathalie Kuperman, éd. Flammarion, 19€

Bon voilà, c’est officiel, on va créer un fan club de Jean-Baptiste Andréa.

Dès les premières pages, cette impression de retrouver un ami qui parle à son cœur…

Les phrases sont belles, ciselées et poétiques. Et pourtant, elles racontent la souffrance d’un jeune garçon dans un orphelinat, sans pathos. Parce qu’il n’est pas un saint. Mais pas un diable non plus.

C’est édifiant et glaçant aussi, sur la “pédagogie” avec laquelle on élevait les enfants autrefois dans les pensionnats.

Pourtant, le narrateur se construit, entouré de l’amitié de ces diables et saints.

“Des diables et des saints” de Jean-Baptiste Andréa, éd. L’iconoclaste, 19€.

Littérature ados

Mona n’est pas vraiment dans la marge, mais c’est vrai que pour rendre service à sa mère, il lui arrive de conduire alors qu’elle n’a que 16 ans.

Elle en porte beaucoup sur les épaules, Mona. Beaucoup trop sans doute.

Un roman sensible, surprenant, ancré dans la société d’aujourd’hui.

“Le secret de Mona” de Patrick Bard, éd. Syros, 15,95€

BD

Voici une très bonne revisite du Marsupilami dans un Bruxelles miséreux d’après-guerre. François, jeune garçon harcelé par ses camarades de classe, recueille envers et contre tout la créature mythique qui a échappé aux trafiquants d’animaux exotiques.

Un parti pris intéressant, une narration réussie et un très beau dessin qui apportent un juste équilibre entre classique et originalité.

“La bête” de Zidrou et Franck Pé, éd. Dupuis, 24,95€

C’est tout en douceur que Stéphane Fert traite le scénario impeccable de Wilfrid Lupano, inspiré de faits réels.

Il s’agit d’une histoire d’amitié, de liberté, d’instruction, d’émancipation, dans une Amérique esclavagiste du 19e siècle. Un petit bijou d’harmonie graphique.

“Blanc autour” de W. Lupano et S. Fert, éd. Dargaud, 19,99€

Albums jeunesse

Dix ans, ce n’est pas rien! Surtout quand le vœu qu’on a fait en soufflant les bougies de son gâteau d’anniversaire se réalise et qu’on se retrouve avec des dinosaures dans son jardin… Comment les faire disparaître avant qu’il n’aient tout détruit?

Un album doux, tout en crayons de couleurs et en poésie.

“Extraordinaire” de Florian Pigé, éd. Sarbacane, 15,90€

Ahlala, pas facile de contenter tout le monde lorsque l’on crée une histoire !

Dans cet album, chacun (danseuse, loup, chaperon rouge, poulpe, flamant rose…) y va de son avis et souhaite prendre part à son élaboration.

Entre album et livre-jeu, ce grand beau livre plein d’humour ravira le public espiègle !

“La malédiction des flamants roses” d’Alice de Nussy et Janik Coat, éd. Grasset Jeunesse.

Que peut-on mettre dans sa main quand on apprend à compter ?

Entre imagier et album à compter, ce livre est délicat, doux et inventif.

Les belles illustrations d’Amandine Laprun et les découpes en font un album tout à la fois simple et surprenant. Une réussite.

“Dans ma main” d’Amandine Laprun, éd. Actes Sud junior, 15,90€.

Dans la remorque du Tracteur, il y a… des BD ! #2

“LA DERNIÈRE ROSE DE L’ÉTÉ” de LUCAS HARARI,
ÉD. SARBACANE

Résumé de l’éditeur : Voulant devenir écrivain, Léo vit à Paris où il travaille dans un lavomatique. Un jour, son riche cousin lui propose de garder sa maison de vacances. Il s’installe alors en bord de mer, où de fortunés plaisanciers occupent de splendides villas et collectionnent de luxueuses voitures. Rapidement, plusieurs cadavres de jeunes gens sont retrouvés. C’est alors que Léo rencontre sa jeune voisine, Rose.

188 pages, 29€

“VERNON SUBUTEX” de VIRGINIE DESPENTES – DESSIN LUZ,
ÉD. ALBIN MICHEL

Résumé de l’éditeur : Première partie : Vernon Subutex, ancien disquaire à la dérive, compte sur Alex Bleach pour l’aider à payer ses factures. Quand celui-ci meurt d’overdose, Vernon est expulsé et se fait héberger à droite et à gauche, sans se douter qu’on le recherche pour la vidéo que lui a laissée la pop star avant de mourir.
Fusion synesthésique de la musique, du dessin et des mots. Vernon Subutex est un chef-d’œuvre à quatre mains par le duo le plus rock de la littérature dessinée.

300 pages, 29,90€

  • “RUSTY BROWN” de CHRIS WARE,
    ÉD. DELCOURT

Résumé de l’éditeur : Dans son Nebraska natal, Rusty, victime des petites frappes de son école, s’évade en collectionnant les figurines de super-héros. Il se lie d’amitié avec Chalky White, un nouvel élève dont il se sent très proche. L’auteur poursuit l’exploration de ses souvenirs d’enfance et de ses sentiments les plus intimes commencée dans Jimmy Corrigan.

356 pages, 49,95€

“L’EXILÉ” d’ERIK KRIEK,
ÉD. ANSPACH

Résumé de l’éditeur : En Islande au Xème siècle, Hallstein, un guerrier viking, rentre chez lui après des années d’exil pour le meurtre de son meilleur ami Hrafn. Einar, le frère de Hrafn, cherche à conquérir le pouvoir par tous les moyens, afin d’épouser la belle Solveig, la veuve du père de Hallstein, d’accroître son domaine, et de venger la mort de son frère.

192 pages, 29€

“LE BARON” de JEAN-LUC MASBOU
ÉD. DELCOURT

Résumé de l’éditeur : Au soir de sa vie, le baron de Münchhausen jouit de la notoriété que lui confère le récit de ses aventures fraîchement publiées, dont le succès se répand bien au-delà de la région où il réside. Quelques années plus tard, l’ouvrage tombe entre ses mains alors qu’il en ignorait l’existence.
Un livre dans lequel il est, certes ridiculisé, mais aussi le fabuleux héros de ses propres récits.
Comment croyez-vous donc qu’il accueillit la chose ?

65 pages, 23,95€

Dans la remorque du Tracteur, il y a… des loisirs créatifs !

“TRICOT DU NORD : 30 BONNETS, GANTS, ÉCHARPES & PULLS À TRICOTER” de HILARY GRANT,
ÉD. MANGO

Résumé de l’éditeur : Hilary Grant vit à Orkney – une île située au nord de l’Écosse – et puise son inspiration aussi bien dans le tricot fair isle et Scandinave que dans les puissants paysages nordiques pour créer ses propres motifs contemporains. Illustré de photographies de paysages des îles de la mer du Nord, cet ouvrage propose trente modèles recourant à la méthode du jacquard typique des tricots Fair Isle et nordiques qui emploient sur chaque rang deux fils de couleurs différentes.
Avec des astuces d’expert pour vous aider sur les finitions, des conseils sur les couleurs et le choix des fils, cette somptueuse collection célèbre la simplicité des formes épurées, modernes et intemporelles.

142 pages, 19,95€

“MES PREMIERS ATELIERS DE COUTURE POUR APPRENDRE À COUDRE À LA MAIN ET À LA MACHINE” de CATHERINE GUIDICELLI,
ÉD. FLEURUS

Résumé de l’éditeur : Avec cette véritable encyclopédie spécialement écrite pour tou(te)s les débutant(e)s, apprendre toutes les bases de la couture est un jeu d’enfant !
22 modèles entièrement expliqués étape par étape avec des schémas clairs permettent de mettre en pratique, au fur et à mesure, toutes les techniques : protège-agenda, chouchou, marque-page, pochette de mouchoirs, trousse, housse de coussin, etc.
Une progression dans les projets des plus simples à la main, jusqu’à des ouvrages un peu plus ambitieux à la machine, mais toujours abordables.

239 pages, 18€

“SACS : 18 BASIQUES À FAIRE SOI-MÊME” de ANNA ALICIA,
ÉD. EYROLLES

Résumé de l’éditeur : Vous êtes dingue de sacs ? Vous aimez enchaîner les projets couture rapides ?
Cet ouvrage propose 18 modèles de sacs à réaliser soi-même : rond, sac à dos, pochette, cabas, polochon, tote bag etc., pour tous les jours ou pour un événement particulier, pour un voyage ou un week-end, toutes les formes basiques sont là. À vous de choisir le tissu et les couleurs qui vous ressemblent !

141 pages, 20€

“RECRÉEZ ! : 35 HABITS ET ACCESSOIRES POUR BÉBÉ À COUDRE DANS DES VÊTEMENTS D’ADULTES” de LINEA LARSSON,
ÉD. EYROLLES

Résumé : Vous avez une pile de robes, chemises, tee-shirts, pantalons à jeter mais cela vous fend le coeur ? Selon le principe de valorisation d’un objet avec un détournement de l’usage initial (appelé aussi upcycling), en 35 pas à pas joliment illustrés, parfois complétés de ses croquis originaux, Linnea Larsson vous guide dans la réalisation de créations de modèles de vêtements et d’accessoires pour bébé, à réaliser à partir de vieux vêtements pour adultes. Pour bébé de 6 mois à 2 ans / Accessible aux débutants.

141 pages, 20€

“COUTURE ZÉRO DÉCHET : DANS MA SALLE DE BAIN” d’ANAÏS MALFILATRE,
ÉD. MANGO

Résumé de l’éditeur : Passez au zéro déchet dans votre salle de bain en 10 créations couture ! Pas à pas, cousez et remplacez les objets jetables par des solutions durables et à votre goût. De manière ludique et pédagogique, Anaïs vous explique simplement la couture de mouchoirs, lingettes, pochettes, serviettes hygiéniques, filet de lavage, etc. Avec de si jolis objets, vous convaincrez vite toute la famille de cette démarche utile et enthousiasmante !

63 pages, 9,90€

Jours et horaires d’ouverture pour les fêtes

Le reste de la semaine, la librairie sera ouverte aux horaires habituels : de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30, le dimanche de 9h à 13h.

En revanche, la librairie sera fermée les vendredis 25 décembre et 1er janvier. Elle fermera à 18h le 31 décembre.

Nous vous souhaitons un Noël pétaradant ! 😀