Apéro-rencontre avec Louise Mey

Nous avons la grande joie d’accueillir Louise Mey, autrice de polars féministes (mais pas que), pour une rencontre autour de son dernier livre “Petite sale”. La rencontre aura lieu autour d’un verre, à la librairie, jeudi 9 février à 18h30.

Petite sale

Avec ce roman noir rural, Louise Mey raconte comment une disparition peut révéler les pires jeux de pouvoirs, entre violences de classe et violences de genre.

La terre est riche. Parfois, elle y pense – la terre est riche. La boue est riche. Elle pas. Tout le monde est plus riche qu’elle, même la boue.
Catherine est pauvre. Catherine fait sale. Catherine parle peu. Elle n’aime pas qu’on la regarde – les filles qu’on regarde ont des problèmes. Au Domaine où elle travaille, elle fait partie de ces invisibles grâce à qui la ferme tourne.
Monsieur, lui, est riche. Il ne parle pas non plus – il crache ou il tonne. Et il possède tout.
Mais quand sa petite-fille de quatre ans disparaît ce jour glacé de février 1969, Monsieur perd quelque chose d’une valeur inestimable.

Dans cette vallée de champs de betterave, où chaque homme et chaque femme est employé de près ou de loin par Monsieur, deux flics parisiens débarquent alors pour mener l’enquête avec les gendarmes.
Car une demande de rançon tombe. Mais le village entier semble englué dans le silence et les non-dits.  Personne ne veut d’ennuis avec Monsieur. À commencer par Catherine. Catherine qui se fait plus discrète et plus invisible encore. Catherine qui est la dernière à avoir vu la petite…

“Petite sale” de Louise Mey, éd. Lattès-Le Masque, 378 p., 21,50€

Louise Mey

Louise Mey est une écrivaine féministe française, autrice de romans policiers.
Elle met en scène dans ses romans policiers les violences faites aux femmes, viol, harcèlement, agression sexuelle, notamment dans “Les Ravagé(e)s” et “Les Hordes invisibles“.
En 2020 elle est lauréate du prix sang d’encre des lycéens avec “La Deuxième Femme” (Editions du Masque) , un roman noir qui parle d’emprise et évoque les cas de féminicides. Ce livre, sélectionné pour le Prix Landerneau, est un grand succès de librairie (et un gros coup de tracteur !).
Elle écrit également pour le théâtre (Chattologie – Courte conférence en gestion des flux) ainsi que des ouvrages pour la jeunesse (“Sam et le Martotal “,”La Sans-Visage” et de la bande dessinée “Coquillettes et Crustacés”.
En janvier 2023, elle sort Petite Sale, un récit dans le Nord de la France qui illustre la violence de classe et la violence de genre.
Louise Mey vit à Paris.

Dans la presse

Louise Mey, le 12 janvier à Paris. (Camille McOuat/Camille McOuat pour Libération)

Bibliographie de Louise Mey

  • Les Ravagé(e)s, éd. Fleuve noir, 2016
  • Chattologie, éd. Hachette pratique, 2016
  • Embruns, éd. Fleuve noir, 2017
  • Les Hordes invisibles, éd. Fleuve noir, 2018
  • Le jour du vélo rouge, éd. Lapin, 2019
  • Kara, 1er trimestre – Coquillettes et crustacés, Éditions Monsieur PopCorn, 2019
  • La Deuxième femme, éd. Le Masque, 2020
  • Ceci est mon corps, éd. Rageot, en partenariat avec Causette (Collectif : Faïza Guène, Louise Mey, Ana Cuxac, Ovidie, Lauren Malka, Alizée Vincent), 2020
  • La Sans-Visage, éd. L’école des Loisirs, 2020
  • Sam et le Martotal, éd. La Ville Brûle, 2020
  • Mystère et Pyjamas-chaussettes, éd. Nathan, 2021, 2022
  • L’orage qui vient, éd. La Ville Brûle, 2022
  • Petite Sale, éd. Lattès-Le Masque, 2023

Le site de Louise Mey

http://louisemey.com/

Coups de tracteur #18

Littérature

Littérature poche (avec torticolis)

Polar

BD

BD jeunesse

Poésie

Livre atypique et magnifique

Tout-petits

Sélection recyclage et zéro déchet

Pour vos paquets cadeaux, nous vous proposons toujours des sacs à livres réalisés par la recyclerie de Lexos et consignables, des furoshiki (emballages cadeaux avec un tissu).

😉

Coups de tracteur #17

Littérature

Deux temps alternent dans ce roman : celui de l’enfance de la narratrice aux côtés d’un père ouvrier et celui de l’embauche de celle-ci dans un fast-food.

Un très beau texte sur le travail et le souvenir, aux détails justes et saisissants. Un premier roman qui résonne longtemps.

Claire Baglin, “En Salle”, éditions de Minuit, 16€

Avec un souffle et une écriture incroyable, Sandrine Collette nous embarque dans une histoire bouleversante.
Vous ne lâcherez pas ce roman qui est tour à tour sensible, fort, écœurant, émouvant.

“On était des loups” de Sandrine Collette, éd. JC Lattès, 19,90€

Tu ne seras jamais aimée de personne. Tu m’as dit ça, un jour, mon père. Tu vas rater ta vie. Tu m’as dit ça, aussi.
De toutes mes forces, j’ai voulu faire mentir ta malédiction.

Appelée par son frère Olivier, Isabelle rejoint le village des Alpes où ils sont nés. La santé de leur père décline, il entre dans les brumes de l’oubli.
Après de longues années d’absence, elle appréhende ce retour. C’est l’ultime possibilité, peut-être, de comprendre qui était ce père si destructeur, si difficile à aimer.
Une écriture sensible et forte qui hante le lecteur pendant longtemps.

“La nuit des pères” de Gaëlle Josse, éd. Notabilia, 16€

Un roman à trois voix captivant dont les personnages sont inoubliables.

Un texte éblouissant d’amour !

“La Treizième heure” d’Emmanuelle Bayamack-Tam, éditions P.O.L., 23€

A travers l’histoire fantastique d’une enfant-chouette, Claire Oshetsky partage son propre vécu de mère d’une enfant neuro-atypique : les difficultés, le regard des autres mais surtout cet amour maternel qui peut être inconditionnel.
Une lecture qui parle de maternité, de manière différente, un roman qui surprend, qui dérange.
Oscillant entre réalité et fiction, on se laisse bercer par la plume poétique de Claire Oshetsky.

“Chouette” de Claire Oshetsky, éd. Phébus, 21€

Noële a toujours vécu au pied de la Géante, montagne immuable indifférente à la vie des humains.
Elle est un peu sorcière, et vit avec son frère Rimbaud qui ne parle pas mais chante avec le petit-duc. Elle n’attend rien et n’a plus levé les yeux vers le soleil depuis longtemps.
Soudain va surgir dans sa vie l’histoire de deux inconnus. Elle découvre par effraction ce que peut être le désir, le manque, l’amour. Elle s’ouvre au pouvoir des mots.
Un roman auprès duquel il faut se laisser porter, à lire d’une traite !

“La géante” de Laurence Vilaine, éd. Zulma, 9,95€

Romans jeunesse, mais pas que

Il est parfois difficile d’imaginer le parcours des migrants, de penser à eux de manière individuelle et non comme une masse indifférenciée. En suivant le parcours de Miran, jeune de 15 ans qui fuit son pays en guerre et n’a pas d’autre choix que de devenir très vite un homme, on est saisi, surpris, embarqué.

Un roman sensible et émouvant qui résonne longtemps. Après avoir fermé ses pages, on ne pense plus aux migrants de la même manière.

A(ni)mal de Cécile Alix, éd. Slalom, 14.95€

Mangas

Luna la sorcière habite au fond d’une sombre forêt et fait pousser des champignons vénéneux sur son passage. Les villageois la craignent et la fuient, car ils ignorent qu’elle œuvre uniquement dans le but de les aider. Luna cache sa tristesse et tente de se satisfaire de sa condition. Mais un jour, l’amour vient lui jouer des tours…

Un univers magique aux personnages attachants servis par des dessins charmants.

“La sorcière aux champignons” de Tachibana Higuchi, éd. Glénat, 6,90€

à partir de 9 ans

Charlie est né en laboratoire à la suite d’expérimentations génétiques, d’un père humain et d’une mère chimpanzé ; il est un “humanzee”. Spécimen unique, Charlie est recueilli et élevé en famille. 15 ans plus tard, Charlie le humanzee intègre un lycée. Son arrivée dans la communauté humaine va créer une onde de choc. Bien vite, les implications de son existence secouent la société américaine et, au-delà, suscite des questions au niveau mondial… Charlie, qui incarne l’évolution malgré lui, va se retrouver au centre de bien des enjeux ! Lui qui aspire juste à avoir la vie la plus normale possible…

Un manga atypique qui se lit comme un thriller !

“Darwin’s incident” de Shun Umezawa, éd. Kana, 7,55€

A partir de 13 ans

BD jeunesse

Lorsque la gazelle Elvira et Otto l’éléphant, un couple pas comme les autres, rencontrent un curieux scarabée plat noir qui se présente à eux sous le nom de Siri, une grande aventure commence. Parce que Siri leur montre des images du monde des touristes : des magasins, des rues, un grand train dans un tunnel appelé « métro ». Un monde qu’ils rêveraient de découvrir de leurs yeux…

Une BD drôle à destination des premiers lecteurs.

“Elvira & Otto dans la jungle ” de Baltscheit & Fiedler, éd. Rue de Sèvres, 14€

A partir de 7 ans

Albums jeunesse

Que se passerait-il si nous pouvions nous transformer en fourmi et ainsi échapper au calvaire du lundi matin ? C’est l’expérience que fait Nena qui échange sa vie avec une fourmi. Chacune va faire son expérience de son côté et s’apercevoir que finalement leur vie habituelle n’est pas si mal !
Un album frais et drôle aux somptueuses illustrations fourmillant de détails.
Un petit bonheur de lecture !

“Un drôle de lundi” de Jeanne Macaigne, éd. Seuil Jeunesse, 15,50€

Au milieu de ce livre, il y a un mur. D’un côté, se trouve un petit chevalier adorable, persuadé qu’il est en sécurité, protégé par le mur. De l’autre, un monde inconnu, terrifiant, peuplé de monstres et d’un affreux ogre mangeur d’enfants… Vraiment ? Et si ce voisin n’était pas si méchant ? Et si finalement le bon côté n’était pas celui qu’il croyait ?
Un album drôle aux illustrations truculentes !

“Le bon côté du mur” de Jon Agee, éd. Gallimard jeunesse, 5,50€

Ce classique de la littérature jeunesse se feuillette avec bonheur. On y découvre que le père Noël rêve la nuit qu’il est un enfant, que les lutins mettent en place des stratagèmes pour que le Père Noël ait d’aussi belles moustaches.
Humour et poésie jalonnent les pages tandis que les illustrations peintes par Grégoire Solotareff sont un bonheur pour les yeux.
A savourer sans modération…

“Le dictionnaire du Père Noël” de Grégoire Solotareff, éd. Gallimard jeunesse, 20€

Océanomania, dédicace d’Arnaud Roi

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Arnaud Roi pour la parution de son nouveau livre “Océanomania” publié aux éditions Milan. Un livre animé qui donne envie de se plonger dans les secrets du monde marin.

La dédicace aura lieu à la librairie samedi 10 décembre de 15h à 18h.

Arnaud Roi

Arnaud Roi habite Caylus dans le Tarn-et-Garonne et y travaille dans son atelier Arigraphic. Il est un auteur de livres jeunesse, ingénieur papier, illustrateur, compositeur…
Arnaud Roi signe ici en tant qu’auteur-ingénieur papier. Il collabore depuis de nombreuses années avec de nombreuses maisons d’édition (Milan Mango, Seuil, La Martinière…).
Parmi ses livres :
Animalia (Milan)
Promenade à Paris (Milan)
Dis, pourquoi tu boudes ? (Seuil jeunesse)
Dinomania (Milan)
Paper toy Maxi Robot (Mango jeunesse)
Le petit garage (Mango Jeunesse)
Dans mon château-fort (La Martinière)
Enfin libres ! (Saltimbanque)
Piratomania (Milan)
Préhistomania (Milan)

Océanomania

Un documentaire animé sur la biodiversité du monde aquatique.

Avec ses rabats et la mise en volume, l’enfant participe activement à la découverte d’une quarantaine d’animaux marins dans leur environnement.

Au programme :
– l’océan Atlantique et ses habitants, l’espadon, le thon rouge, l’anguille européenne ou encore le poisson volant ;
– la mer Méditerranée, pour y observer le requin peau bleue ou le globicéphale noir ;
– le Pacifique et sa Grande Barrière de corail aux couleurs rougeoyantes.
L’enfant aura aussi l’occasion de descendre dans les profondeurs pour visiter les abysses et sa faune fascinante, parfois bioluminescente : la baudroie abyssale de Johnson, la méduse Atolla, la chimère monstrueuse…

Océanomania d’Arnaud Roi, Joanna Prime et Charlotte Molas, éditions Milan, 24,90€.

Donnez à lire

Du 17 octobre au 20 novembre 2022, les librairies indépendantes organisent une opération solidaire qui vise à offrir des livres jeunesse aux enfants et adolescents dont les familles sont accompagnées toute l’année par le Secours populaire français. François Busnel renouvelle son soutien à Donnez à lire en parrainant cette 7e édition.

Le principe est simple : pendant un mois, les clients des librairies participantes sont invités à rajouter un livre jeunesse à leurs achats et à le remettre à leur libraire. Ce livre est ensuite offert à un enfant ou un adolescent qui n’en a pas ou trop peu. Donnez à lire encourage ainsi la pratique de la lecture auprès d’un jeune public qui en est éloigné.

La librairie Le Tracteur Savant s’engage aussi à offrir des livres au Secours Populaire.

François Busnel, parrain de Donnez à lire : « Le grand enjeu, c’est de faire en sorte que la jeunesse découvre le pouvoir absolument fascinant de la lecture. Lire peut changer la vie d’un enfant. La lecture vous donne, dès que vous êtes enfant puis, quand vous êtes ado, les armes pour affronter le réel. Ces armes, ce sont des mots, des phrases, des situations. La lecture stimule l’imagination, qui rend libre et différent des autres. »

Maya Flandin, libraire lyonnaise à l’initiative de Donnez à lire : « Bien sûr, il faut se loger, se nourrir, se vêtir, mais avoir des livres, ça peut changer la vie d’enfants qui bien souvent récupèrent des choses qui ont déjà servi à d’autres. Donnez à lire permet à des enfants d’avoir un livre neuf, vraiment choisi pour eux. »

France Télévisions poursuit son engagement en faveur du livre et de la lecture aux côtés des librairies indépendantes en étant à nouveau partenaire de Donnez à lire. Le pass Culture proposera également à ses utilisateurs de participer à l’opération.

En 2021, grâce à Donnez à lire, 15 000 livres ont été collectés par 500 librairies, puis offerts à des enfants accompagnés par le Secours populaire français. 

Rencontre avec Elsa Dorlin, philosophe

Nous avons le grand plaisir d’accueillir la philosophe Elsa Dorlin pour la présentation de “Feu ! Abécédaire des féminismes présents”, publié aux éditions Libertalia, ouvrage qu’elle a coordonné.
La présentation sera co-animée avec Alexandra, Anaïs et Julia.
Venez nombreuses et nombreux pour discuter autour de ce livre qui regorge de références utiles !

La rencontre est en accès libre. Rendez-vous à la librairie jeudi 17 novembre à 18h30.

Feu ! Abécédaire des féminismes présents

Ce livre fonctionne comme un abécédaire, un manuel, une boîte à outils, un dictionnaire amoureux, dans lequel échanger des idées, affûter des armes, écouter des voix, partager des expériences et des pratiques, vibrer pour des luttes présentes. Il s’adresse à tous·tes : il contient à la fois des ressources et foisonne de références utiles, de notions, mais il est fabriqué par des plumes et des voix, des points de vue situés sur des retours d’expériences collectives, des itinéraires politiques et intimes, des réflexions et des rétrospections sur des parcours, des engagements, des révoltes et des espoirs. En pluralisant les styles, en se situant à la fois du côté de la théorie et de la pratique, de la création, des écritures au “nous” et au “je”, il témoigne de la force d’une approche féministe de l’histoire intellectuelle et politique, mais aussi d’une histoire populaire des féminismes.
Il est dédié à toutes les résistantes anonymes au quotidien des violences les plus crasses…

Elsa Dorlin

Philosophe, professeure de philosophie contemporaine à l’université de Toulouse Jean Jaurès, Elsa Dorlin travaille depuis vingt ans une autre histoire des corps à travers la généalogie des rapports de pouvoir modernes.

Elle a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2009 pour ses recherches en philosophie et épistémologie féministes. Elle a été professeure invitée à l’université de Berkeley en Californie (2010-2011), Fellow au Columbia Institute for Ideas & Imagination en 2018-2019, et résidente à la Fondation Camargo (2020-2021).
Poursuivant sa réflexion sur la complexité des mécaniques de la domination, du sexisme, du racisme et du capitalisme, sa pensée se tient au plus près des résistances saisies à l’échelle de la chair, des muscles et des sens.

Elle a notamment publié :
– La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, éd. de la Découverte
– Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, éd. PUF
– Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, éd. PUF
– Se défendre, une philosophie de la violence, éd. de la Découverte

Les auteur·ices qui ont contribué à l’ouvrage

Catherine Achin, Julia Arnaud, Myriam Bahaffou, Alexandre Baril, Geneviève Bernanos, Nesrine Bessaïh, Charlotte Bienaimé, Anaïs Bohuon, Nedjma Bouakra, Anaïs Bourdet, Sarah Bracke, Florys Castan-Vicente, Cécil Chaignot, Roxanne Chinikar, Anina Ciuciu, Collectif des colleuses de Marseille, Anne Crignon, Leyla Dakhli, Wendy Delorme, Rokhaya Diallo, Mounia El Kotni, Karine Espineira, Habitantes de la ZAD, Lise Foisneau, Veronica Gago, Édith Gaillard, Mélina Germes, Bettina Ghio, Annabel Guérédrat, Beritan Güney, Nabila O. Hamici, Adèle Haenel, Mila Ivanovic, Tiziri Kandi, Hanane Karimi, Cécile Kiefer, Aurélie Knüfer, Manon Labry, Marie Loison-Leruste, Camille Louis, Daria Marx, Mélusine, Stéphanie Melyon-Reinette, Morgane Merteuil, Rosa Moussaoui, Delphine Naudier, No Anger, Fania Noël, Veronica Noseda, Émilie Notéris, Nur Noukhkhaly, Fatima Ouassak, Ovidie, Gwénaëlle Perrier, Axelle Playoust-Braure, Mathilde Poirier, Valérie Rey-Robert, Kira Ribeiro, Gwenola Ricordeau, Rosa Rosana Rodriguez, Anne Schmitt, Fanny Taillandier, Élise Thiébaut, Albertine Thunier, Assa Traoré, Underthndr, Kanelle Valton, Gisèle Vienne

Revue de presse

Publié dans Télérama, 24 novembre 2021 :

« Mettre devant les yeux de tous des objets politiques cachés, masqués, enfermés dans les maisons ou les institutions : la violence conjugale, la sexualité, les corps torturés, les souffrances silencieuses des avortements […], des asservissements et des harcèlements quotidiens. » Extraits du texte « Révoltées-Révolutionnaires », signé par l’historienne spécialiste du Moyen-Orient, Leyla Dakhli, ces mots brûlants traduisent toute l’effervescence militante de cet Abécédaire des féminismes présents, coordonné par la philosophe Elsa Dorlin. Celle-ci a réuni une soixantaine d’autrices, issues d’horizons très divers, passant du « nous » au « je », du témoignage à la théorie, de l’autodéfense à la solidarité, de la survie à la joie, mais se montrant toutes aussi décidées, à partir de leurs vies féministes, à « puiser dans la rage pour inventer d’autres imaginaires, d’autres gestes, d’autres idées, d’autres affects, d’autres armes ». Et alimenter ainsi une histoire populaire du féminisme de ces vingt dernières années, dont elles se veulent « les ouvrières et les combattantes, les relais et le chœur, les scribes et les conteuses ».Polyphonie. Ainsi, Ovidie traite de l’« Éducation sexuelle » ; Valérie Rey-Robert de la « Culture du viol » ; Anaïs Bourdet de la « Fatigue » ; Mélina Germes des « Handies-féminismes » ; Rosa Moussaoui de l’« Internationalisme » ; Anaïs Bohuon, Florys Castan-Vicente et Anne Schmitt du « Football : dégommer les normes » ; Fatima Ouassak des « Mères » ; Daria Marx de « Genre “Mon genre, c’est grosse” », etc.
À la lettre F s’illumine le titre de l’ouvrage : Feu ! Une magnifique entrée, très emblématique du projet, rédigée par l’actrice Adèle Haenel, qui revient sur son histoire, son agression et sa prise de parole, génératrice d’un séisme dans le sillage de #MeToo : « Je survivais en marge de moi-même en essayant de faire le moins de bruit possible. Non seulement les récits du patriarcat structurent le sens du monde, mais en plus ils te font advenir comme personnage qui valide ces récits. […] Non seulement je devais me taire, mais j’avais même à charge qu’on ne découvre pas mon histoire, ma sale histoire. Que le silence soit propre. » Alors feu ! Et pas de fumée sans femmes. Juliette Cerf

Le monde des livres :

https://www.lemonde.fr/livres/article/2021/11/11/feu-coordonne-par-elsa-dorlin-un-dictionnaire-des-feminismes-pluriels_6101715_3260.html

Le cœur des zobs, dédicace de Bobika

Venez rencontrer Bobika pour la dédicace de sa BD “Le coeur des zobs” publiée aux éditions Dargaud ! Explorant avec humour la question de la contraception masculine, l’auteur-dessinateur, Bobika, part de son parcours personnel pour inciter les hommes, et la société toute entière, à envisager la maîtrise de la fertilité de manière collective et solidaire. Un roman graphique d’utilité publique qui permet de se questionner sur un sujet de société.

Le cœur des Zobs

Bobika est un homme contracepté depuis 2016 : un parcours jalonné de doutes, de déconstruction de sa propre virilité, d’interrogations sur les schémas hétéronormés, de gêne physique, mais aussi de fragilité face à un entourage parfois moqueur de sa démarche. Il raconte avec humour son cheminement, ses rencontres avec des sociologues, médecins et féministes. Il relate des anecdotes farfelues, parfois touchantes, souvent édifiantes, et nous montre qu’au-delà d’une démarche personnelle, la contraception masculine est avant tout un sujet de société.

Une vue critique de la contraception

Avec cette BD, Bobika offre une vision critique et féministe de la contraception, ainsi qu’une mise en contexte historique très réussie. Il souligne par exemple la nature éminemment politique du contrôle des naissances et dénonce l’approche du législateur face à des pratiques comme la vasectomie qui, jusqu’à récemment, étaient interdites dans plusieurs pays européens comme la France, tout en étant tolérées voire imposées à certaines populations vulnérables, par exemple en Inde et en Outre-mer.
Par ailleurs, dans une société patriarcale où la charge contraceptive repose quasiment exclusivement sur les femmes, l’auteur s’interroge sur la place de la contraception masculine et ses alternatives.
Tout en traitant le sujet avec le sérieux qu’il mérite, Bobika livre une BD humoristique. Son dessin très vif, affilié au dessin de presse, participe au côté joyeux de cette bande dessinée.

L’auteur : Bobika

Thomas Rixens, alias Bobika est né en 1989 en Aveyron. Autodidacte, il affûte ses crayons en publiant ses premiers dessins dans la presse en 2015, d’abord dans les pages du journal satirique Siné Mensuel puis dans la Dépêche du Midi. En 2019 commence une collaboration hebdomadaire avec le journal l’Humanité.
À la même période il mène des enquêtes journalistiques qui paraissent sous forme de reportages dessinés dans les pages de l’Humanité Dimanche.
En 2020 il produit la série dessinée Cannabis World pour le magazine Mazette. Il y raconte l’expérience de travailleur saisonnier dans l’industrie du cannabis en Californie.
Sensible aux sujets de société, Bobika se met à l’épreuve du féminisme et livre ses interrogations dans une série qu’il nomme Le Coeur des Zobs : « Comment peut-on être féministe quand on est un mec cis-genre et hétérosexuel ? ».
Ces travaux vont se centrer sur son expérience de la contraception dite masculine dont les épisodes sont publiés depuis août 2021 sur le compte Instagram @matin_queljournal.

Les Belles Lectures

Mercredi 2 novembre à 15h30, Henry Thiel revient pour présenter quatre albums à nos chers bambins. A partir d’une sélection effectuée par ses soins, il racontera et proposera aux enfants de commenter ce qu’ils voient.

L’animation à destination des 3-6 ans, a lieu en partenariat avec le Centre de Loisirs de St Antonin et se déroulera sur le lieu du Centre (2, rue du Vallon). Une libraire vous y emmènera. Youpi, c’est gratuit !

Les albums présentés par Henry

La graine du bonheur

Holly Johnson et Jennifer Falkner,
éd. Larousse jeunesse

Nilou, Fini l’école buissonnière !

Esther Duflo et Cheyenne Olivier,
éd. Seuil jeunesse

La fougère et le bambou

Marie Tibi et Jérémy Pailler,
éd. Kaléidoscope

Un monstre dans ma maison

The Umbilical brothers et Johan Potma,
éd. Margot

“L’ombre des pins”, dédicace de Cécile Dupuis

Venez rencontrer la jeune artiste et illustratrice Cécile Dupuis qui signe ici sa première BD sous le signe de la nostalgie, de la douceur, avec de très belles planches, très graphiques.

La dédicace aura lieu devant la librairie ou à l’intérieur (selon la météo) dimanche 30 octobre de 10h à 12h30.

L’ombre des pins

Pablo passe l’été dans la maison de sa grand-mère, en bord de mer. Il connaît les lieux par cœur : été après été, il s’y est amusé et y a grandi. Mais l’enfance s’éloigne et aujourd’hui, il faut penser à l’avenir. Ses parents partis, l’été va reprendre ses droits…
Et Pablo rencontre Carla : qui est cette fille qui ne semble appréhender le monde qu’à travers l’objectif de son appareil photo ? Que cherche-t-elle à capter de ce lieu et de ses habitants ? À l’ombre des pins, dans le temps suspendu des désirs camouflés et des désirs retenus, Carla et Pablo vont se découvrir.
Un récit tendre et puissant qui invite à se fondre dans le regard contemplatif de deux adolescents, à partager leurs sentiments à la fois hésitants et terriblement puissants.

Le lecteur est immergé à l’ombre des pins, lors des ces longues journées d’été adolescentes. Cette BD pourrait même être sans paroles, tant le dessin est adapté à l’histoire. Un bel ouvrage graphique, empli d’émotions.

“L’ombre des pins” de Cécile Dupuis et Valérian Guillaume, éd. Virages graphiques, 20€

Cécile Dupuis

Cécile Dupuis est une jeune illustratrice et dessinatrice de bande dessinée. Raconter des histoires par l’image, retranscrire des ambiances et porter un regard poétique sur le monde occupent une place importante dans son travail. Sa pratique mêle aujourd’hui dessin, photographie argentique, film et musique. 

Titulaire d’un Diplôme national des Métiers d’Art et du Design en Images et narration à l’École Estienne, Cécile est repérée par Sonia Déchamps dès la sortie de ses études, grâce à son projet de diplôme « L’ombre des pins ». Celui-ci, retravaillé avec l’aide de Valérian Guillaume, est édité chez Virages graphiques.

Quelques vues