“Colette Magny” Dédicace de Yann Madé

Colette Magny était une chanteuse engagée et féministe, elle a côtoyé ou influencé tant d’artistes, de Mouloudji à Orelsan en passant par Olivia Ruiz, pourtant beaucoup semblent l’avoir oublié. Dans cette BD, Yann Madé, à travers le personnage de Pierrot, l’un de ses plus grands fans, a décidé de raconter qui elle était…

“Colette Magny, Les petites chansons communistes”, de Yann Madé, éd. Jarjille

Yann Madé

Dessinateur marseillais né en 1966, Yann Madé est un passionné de BD depuis son adolescence. Après un passage éclair en Ecole d’Art où il découvre que la bande dessinée n’a pas vraiment sa place, il se tourne vers l’animation socio-culturelle, une branche qui lui permet d’animer des ateliers de dessins. Il se relance bien plus tard dans les études d’Arts-plastiques, à Aix-En-Provence et, après le Capes et l’Agrégation, fonde le projet « Volcan Amadeus » avec lequel il organise des ateliers BD. Grâce à ce projet, Yann Madé auto-édite deux de ses albums : Faire danser le Golem et Encore Raté : Titre provisoire. Cher Moktar, écrit en réaction aux attentats de Charlie Hebdo, paraît chez un autre éditeur : La Boîte à Bulles.

“Sauvons le pain”, dédicace de Christian Rémésy

« Ce livre, je l’ai écrit pour les boulangers mais aussi pour vous tous, les consommateurs, afin que vous amorciez un nouveau dialogue constructif avec votre boulanger. »

Dans ce livre on découvre que :

  • La consommation de pain s’est effondrée : de 300 g dans les années 50, on est passé à 150 g dans les années 2000.
  • Un bon pain doit pouvoir être consommé plusieurs jours durant. S’il ne se conserve pas bien, il faut en changer.
  • La méthode de panification prônée par l’auteur reproduit la manière ancestrale de faire du pain.
  • Un pain au levain a besoin de très peu de sel pour exprimer son goût.
  • Le levain a des effets prébiotiques plus significatifs que les produits laitiers.
  • Il existe une grande diversité de graines…..

L’auteur Christian Rémésy

Christian Rémésy a été directeur de recherche en nutrition humaine à l’Inra. D’origine paysanne, il s’est battu toute sa vie pour promouvoir une alimentation préventive et une agriculture durable.

Le slogan est connu. « Mangez cinq fruits et légumes par jour ». Mais sait­-on qu’à l’origine il est le fruit du travail de recherche d’une équipe de l’Inra de Theix, dirigée par Christian Rémésy ? Dans les années 90, aucun scientifique ne travaillait sur le sujet. L’effet « santé » des produits végétaux : c’est Christian Rémésy !

Pionnier de la vulgarisation scientifique, il a ainsi joué le trublion dans ce monde, de surcroît à l’Inra. À l’heure où les scientifiques se penchaient sur les ruminants, lui, étudiait les fibres alimentaires !

À la palette de ses travaux, le chercheur, originaire de la région du Tarn, avait ajouté dans les années 2000 la touche des céréales. Ses recherches sur les apports nutritionnels de la farine de type 80 lui avaient permis de mettre au point la fabrication d’un pain « bon pour la santé » qui a acquis ses lettres de noblesse en étant inscrit au titre des recommandations portées par le PNNS, Programme national nutrition santé, en 2005.

Aujourd’hui, Christian Rémésy a tourné la page scientifique de la recherche. À la retraite, il se consacre désormais à l’écriture.
Après son ouvrage La Nutriécologie, qui défend une alimentation préventive et une agriculture durable, il reprend la plume aujourd’hui pour inviter boulangers et citoyens à opérer une révolution nutritionnelle du pain.

Dégustation-vente de pains de Myriam Poussou et Cécile Napora

Leurs pains, dont les recettes ont été créées par elles et Christian Rémésy, mettent en œuvre les préceptes du livre. 🙂

“Pepper & Carrot”, dédicace de David Revoy

C’est avec grand plaisir que nous accueillons David Revoy, le créateur de la bande dessinée “Pepper & Carrot”, en dédicace pour la parution de son quatrième album !

Pepper & Carrot

Au sein du monde merveilleux de Hereva, la jeune Pepper vit avec son chat Carrot dans une petite maison au fin fond de la forêt de Bout-un-Cureuil. Leur spécialité : faire des potions magiques ! Une activité qui comporte pas mal de risques étant donné que, chez eux, les préparations, incantations et autres invocations ont vite tendance à dégénérer… Partagez le quotidien mouvementé de cette Mélusine d’aujourd’hui dans une série d’histoires courtes au cœur d’un univers de fantasy fun et décalé fait de potions, de créatures, de magie… mais surtout d’humour !

“Pepper & Carrot” de David Revoy, 4 tomes parus, 10,95€, éd. Glénat

David Revoy

David Revoy, connu également sous le surnom Deevad est né le 18 juin 1981 à Reims. Il est illustrateur, auteur de bande dessinée, graphiste et auteur de différents tutoriels autour des logiciels libres.
À partir de 2014 paraît sur son blog une suite d’histoires courtes sous licence Creative Commons connue sous le nom de Pepper&Carrot.
En 2016, cette suite d’histoires courtes est rassemblée en chapitres qui sont édités par les éditions Glénat. Ces éditions reversent à l’auteur une somme mensuelle. En contrepartie, Glénat s’engage à respecter la licence Creative Commons.

“La fée des grains de poussière”, rencontre avec Jeanne Balas

En partenariat avec la Médiathèque Amélie Galup – Samedi 11 juin

Nous avons craqué pour la fée des grains de poussière, cette super fée qui n’agit que sur les choses minuscules (grains de poussière, petits cailloux et secondes). C’est une invitation poétique pour l’enfant à explorer son quotidien.
Chouette alors, Jeanne Balas vient nous/vous rencontrer le samedi 11 juin ! Pour l’occasion, nous nous sommes associées avec les copines de la Médiathèque Amélie Galup de Saint-Antonin-Noble-Val.

Voici le programme :

Matin : atelier créatif pour petites et grandes mains de 10h30 à 12h à la médiathèque (inscription au 05 63 68 22 34)

Après-midi : dédicace à la librairie de 16h à 18h

La fée des grains de poussière

Dans ces petites collections d’histoires, on explore le monde à une échelle microscopique. La fée nous présente ses ami.e.s limaces, brin d’herbe, araignée… et se questionne sur les projets professionnels des fourmis et les aventures des miettes de pain.

Esmé Planchon (scénario) et Jeanne Balas (dessin) “La fée des grains de poussières”, éd. Mini BD KIDS, tomes 1 et 2 , 8,95€

Qui est Jeanne Balas ?

Jeanne Balas est née à Strasbourg en 1993. Très jeune elle sait qu’elle veut faire de la BD. Elle l’étudie à l’école St Luc à Bruxelles, puis à l’École européenne supérieure de l’image (EESI) d’Angoulême. Elle participe alors à divers projets, est publiée dans le premier numéro de la revue des requins marteaux Franky (et Nicole) et réalise des épisodes du webcomic Le secret des cailloux qui brillent, qui regroupe un beau florilège de jeunes auteurices.
En septembre 2021 sort sa première BD, La fée des grains de poussière, chez mini bd kids (Bayard) avec Esmé Planchon au
scénario. Le tome 2 paraît début juin.

Aujourd’hui, Jeanne vit à Angoulême où elle continue d’inventer des univers farfelus et prépare de nouveaux projets…

Le programme de l’atelier – Samedi 11/06 de 10h30 à 12h

Création de mini-livres avec Jeanne Balas.
Atelier enfant/parent (mais pas forcement)
à partir de 6 ans.
Places limitées, réservation obligatoire.
médiathèque Amélie Galup
mediatheque.stantonin@orange.fr
Tel : 05.63.68.22.34

Comme la fée des grains de poussière qui collectionne les mini-histoires, viens créer la tienne pour enrichir sa bibliothèque !
Choisiras-tu de raconter les aventures d’un poil de chat ? ou bien la ballade d’une feuille d’arbre ?
Jeanne t’accompagnera dans cette fabuleuse microscopique aventure !
Au programme, du dessin, de la BD et même de la poésie pour explorer avec un brin d’humour le micro univers qui nous entoure.

“Rien à feutre”, dédicace de Camille Blandin

Dimanche 5 juin, de 10h à 12h30

Dimanche 5 juin de 10h à 12h30, nous aurons le plaisir d’accueillir Camille Blandin en dédicace. Ce jeune auteur de BD signe ici son premier livre. Vous le connaissez peut-être sous le sigle @strrripclub sur Instagram. C’est coloré, joyeux, décalé, drôle, parfois trash. Venez le rencontrer !

Avec ses dessins bigarrés au feutre et son humour pince-sans-rire et coloré, Camille Blandin pousse très légèrement vers l’absurde des scènes de la vie quotidienne, qui feront indubitablement écho à votre expérience, même si vous êtes un loup-garou.

Son livre “Rien à feutre” paraît le 27 mai aux éditions Lapin.

192 pages couleur, 17€

L’auteur

Après des études d’art, Camille Blandin travaille en tant qu’illustrateur et auteur de bande dessinée à Toulouse.
Son univers visuel est très coloré, quelle que soit la technique employée. Il publie régulièrement des strips de bédé humoristiques sur son compte Instagram @strrripclub où il parle de sujets divers et variés, parfois trash.

En savoir plus

Conférence exceptionnelle de Titiou Lecoq

Jeudi 5 mai à 20h30 au Théâtre Le Florida (Septfonds)

En partenariat avec la maison des Mémoires, la Mounière, nous avons la joie d’accueillir Titiou Lecoq.
Nous avons eu un coup de cœur pour son livre “Les grandes oubliées”. Avec son style enlevé inimitable, Titiou Lecoq retrace avec finesse le rôle des femmes dans l’Histoire, ce qu’on en sait, ce qu’on en dit et pourquoi leur place est encore à faire.
Et, formidable, Titiou Lecoq vient faire une conférence sur ce sujet !

L’entrée est gratuite, sur réservation au 07 82 55 72 27 (librairie) ou 06 70 36 86 90 (La Mounière).

Titiou Lecoq

Titiou Lecoq est une journaliste, féministe, blogueuse, essayiste et romancière française, spécialiste de la culture web.
Elle est titulaire d’un DEA de sémiotique. En 2007, tout en enchaînant les petits boulots, elle débute l’écriture de son premier roman, “Les Morues”, qui sera publié en 2011 au Diable vauvert (lauréat du Prix du premier roman du Doubs). En parallèle, elle tient depuis 2008 le blog “Girls and Geeks”, dans lequel elle raconte son quotidien à Paris, sa vie amoureuse.
Elle publie en 2009 son premier essai, “Kata Sutra, la vérité crue sur la vie sexuelle des filles”. En 2015, elle sort son deuxième roman, “La Théorie de la tartine”.
Elle collabore avec le magazine en ligne Slate.fr pour lequel elle a écrit plus de 250 articles. En 2017, dans “Libération”, elle trace le portrait de femmes victimes de meurtres conjugaux, c’est-à-dire de féminicides.
La même année, elle publie chez Fayard, un essai intitulé “Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale”, consacré à la charge mentale qui pèse sur les jeunes mères.
Passionnée par Balzac et suite à une visite de la maison de Balzac à Paris, elle décide d’écrire une biographie de l’auteur, “Honoré et moi” (2019), suivi de “Les grandes oubliées : Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes” (2021) (éd. de l’Iconoclaste).

Le lieu de la conférence

Les éditions de l’Iconoclaste

https://editions-iconoclaste.fr/livres/les-grandes-oubliees/

Rencontre avec Olivier Liron

C’est avec joie que nous accueillerons Olivier Liron, auteur du “Livre de neige” publié aux éditions Gallimard, jeudi 14 avril à 18h30. Livre pour lequel nous avons eu un coup de cœur ! La réservation est conseillée. 🙂

Le livre de neige

« J’ai voulu écrire ce livre comme un cadeau pour ma mère, Maria Nieves, dite Nieves, qui signifie neige en espagnol. Un livre pour elle, entre vérité et fiction. Un portrait romanesque par petites touches, comme des flocons. »

Neige a grandi sous la dictature franquiste, puis a connu l’exil et la misère des bidonvilles de Saint-Denis. Humiliée, insoumise, elle s’est inventé en France un nouveau destin. Hommage espiègle d’Olivier Liron à sa mère, cette héroïne discrète qui lui a transmis l’amour de la vie et l’idée que les livres sont notre salut, Le livre de Neige raconte aussi, en creux, la naissance d’un écrivain.

Olivier Liron

Olivier Liron est l’auteur de romans, de nouvelles, de scénarios, de pièces de théâtre et de fictions sonores. Son premier roman en 2016, Danse d’atomes d’or (Alma éditeur), est sélectionné pour une dizaine de prix littéraires et reçoit un excellent accueil du public. Son deuxième roman, Einstein, le sexe et moi (Alma éditeur) parle de son expérience d’autiste Asperger et reçoit un très grand succès critique et de librairies. Il sera lauréat du Grand Prix des Blogueurs littéraires 2018 et finaliste du Prix Femina.

Normalien et agrégé d’espagnol, Olivier Liron enseigne la littérature comparée à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle avant de se consacrer à l’écriture et au théâtre. Il se forme en parallèle à l’interprétation et à la danse contemporaine. Il est également l’auteur de pièces de théâtre, de scénarios pour le cinéma et de fictions sonores.

Olivier Liron se fait aussi connaître sur les réseaux sociaux par ses lectures de poésie et ses compositions au piano.

Livres Hebdo

https://www.livreshebdo.fr/article/olivier-liron-le-livre-de-neige-gallimard-le-livre-de-ma-mere

Lire un extrait

Feuilleter le livre

“Les nuits bleues”

C’est avec grand plaisir que nous accueillerons Anne-Fleur Multon pour son livre solaire “Les nuits bleues” , publié aux éditions de l’Observatoire, pour lequel nous avons eu un coup de cœur !
La rencontre aura lieu à la librairie jeudi 16 juin à 19h. Il est conseillé de réserver.

Le livre

Dans les rues d’un Paris déserté, la narratrice avance la peur au ventre et la joie au cœur : c’est chez Sara qu’elle se rend, pour la toute première fois. Les premières fois, les deux amantes les comptent et les chérissent, depuis leur rencontre, les messages échangés comme autant de promesses poétiques, le désir contenu, jusqu’à l’apothéose du premier baiser, des premières caresses, de la première étreinte. Leur histoire est une évidence.

Débute une romance ardente et délicate, dont les héroïnes sont également les témoins, subjuguées. La découverte de l’autre, de son corps, de ses affects, l’éblouissement sensuel et la douce ivresse des moments partagés seront l’occasion d’apprendre à se connaître un peu mieux soi-même.

Anne-Fleur Multon redonne ses lettres de noblesse et d’humanité au roman d’amour et nous entraîne dans les dédales d’une passion résolument joyeuse, souvent charnelle et parfois mélancolique, mais toujours étourdissante.

Anne-Fleur Multon

Anne-Fleur Multon est née en 1993. Après des études de lettres à la Sorbonne et à l’ENS où elle travaille sur la littérature de jeunesse et le genre, elle décide de se consacrer pleinement à l’écriture. C’est pour elle autant une passion dévorante qu’un moyen d’aborder avec les ados les problématiques qui lui sont chères.

Féministe convaincue, lesbienne, engagée dans la lutte pour les droits des personnes LGBT et rat de bibliothèque assumée, ses romans sont à son image : vivants, ancrés dans leurs temps, et surtout, héroïquement adolescents.

Elle est l’autrice de la série pour la jeunesse Allô Sorcières (2017-2018), chez Poulpe Fictions, illustrée par Diglee, et du thriller C’est pas ma faute (2020), coécrit avec Samantha Bailly chez Pocket Jeunesse. Elle a aussi participé aux ouvrages collectifs La revanche des princesses (2019), Au cœur de la forêt (2019), chez Poulpe Fictions et Auzou et En quête d’un grand peut-être (2020).

Avec Les Nuits bleues, elle signe son entrée en littérature adulte.

Coups de tracteur #15

Ici des coups de tracteur qui font du bien, les livres que nous avons préféré, au fil de nos lectures…
🚜❤❤❤

Littérature

Voici un roman léger comme des flocons, doux comme de la soie, qui rend hommage à Neige, la mère de l’auteur. On suit son parcours d’immigrée, sa volonté farouche, sa vie d’adulte. Ce n’est pas toujours rose une vie de Neige, mais c’est beau quand c’est raconté avec les yeux emplis d’amour du fils. Un roman qui fait du bien.

Olivier Liron “Le livre de neige”, éd. Gallimard, 19€

=> rencontre avec l’auteur le 14 avril à 18h30

Titiou Lecoq, avec son style enlevé inimitable, nous embarque dans cet ouvrage intelligent et enthousiasmant qu’on a envie d’offrir à toutes les copines et tous les copains ! Elle retrace avec finesse le rôle des femmes dans l’Histoire, ce qu’on en sait, ce qu’on en dit et pourquoi leur place est encore à faire.
Une pépite grinçante indispensable dans sa bibliothèque.

Titiou Lecoq “Les grandes oubliées”, éd. L’Iconoclaste, 20,90€

=> rencontre avec l’autrice le 5 mai, à 20h30, Théâtre du Florida, Septfonds

C’est avec une écriture sensible que Laurine Thizy nous parle du passage à l’âge adulte − avec ses émotions et ses difficultés −, des liens entre une petite-fille et sa grand-mère, de deuil, de quête et d’amour.
Un premier roman dont on se souvient longtemps.

Laurine Thizy “Les maisons vides”, éd. de l’Olivier, 18€

=> rencontre avec l’autrice le 24 mars à 18h30

Avec de courts chapitres, Anne-Fleur Multon nous embarque dans une histoire d’amour vive, enflammée, évidente.
L’écriture est variée, poétique et sensuelle et donne un souffle à ce roman d’amour entre deux femmes.
C’est fort et joyeux.

Anne-Fleur Multon “Les nuits bleues”, éd. L’Observatoire, 18€

=> Rencontre avec l’autrice le 9 avril à 19h

Polar

Roman à deux voix entre un moine qui ne vit pas très bien sa vie recluse et le journal de l’expédition de sa sœur Anna en Iakoutie. Comment Dom Joseph est-il entré en possession de ce cahier ? Qu’est-il arrivé à sa sœur ? On le découvre en même temps que lui.
L’ambiance est saisissante et Patrice Gain nous happe avec cette histoire de double huis-clos.

Patrice Gain “De silence et de loup”, éd. Albin Michel, 17,90€

Par une terrible nuit d’hiver, Yasmin disparaît près de la falaise, mais aucun corps n’est jamais retrouvé.
Bientôt, tout accuse Samir. Après tout, n’avait-il pas une relation conflictuelle avec sa fille ?
Maria ne peut y croire, mais petit à petit, le doute l’envahit…
Un polar psychologique à l’intrigue très bien ficelée qui se déguste sans modération.

Camilla Grebe “L’horizon d’une nuit”, éd. Calmann-Lévy, 21,90€

À Hønefoss en Norvège, le policier Lars Lukassen enquête sur le meurtre présumé d’un ancien camarade de classe. Peu à peu l’ambiance de la petite ville se tend : une silhouette rôde autour des cours d’écoles et tourmente des enfants en leur chuchotant des histoires effrayantes.
D’une écriture ciselée, Ellen G. Simensen nous immerge dans l’ambiance froide des fjords norvégiens beaux et indifférents aux malheurs des gens.

Ellen G. Simensen “La vertu du mensonge”, éd. Gallmeister, 25,20€

Bandes dessinées

Dans le Madrid des années 50, un duo de journalistes que tout oppose tente d’élucider le meurtre d’une femme : un ancien phalangiste désabusé du nom d’Emilio Sanz et le jeune Léon Lenoir, fils d’une bourgeoise madrilène et d’un communiste français.
Un travail historique, scénaristique et graphique remarquable qui aborde notamment la question de la presse et de la condition des femmes sous l’Espagne franquiste. Une BD passionnante, très bien construite et dont l’équilibre entre dimension historique et dimension polar est parfait.

Teresa Valero “Contrapaso”, éd. Dupuis, 24€

Difficile de résumer cette BD tellement riche et enthousiasmante. Lettres perdues, c’est l’aventure rocambolesque de Iode qui, désespéré de ne pas recevoir la lettre qu’il attendait de sa mère, part en ville dans l’espoir de trouver des réponses au bureau de poste. Sur sa route il croise les chemins de Frangine et de l’agent de police Cycy qui vont donner un autre sens à sa quête. Lire ce livre, c’est s’embarquer dans un univers coloré, poétique et plein d’humour mais aussi de mélancolie. En plus d’un travail graphique exceptionnel, le récit est particulièrement rythmé et entraînant. Un véritable bijou à lire et à relire !

Jim Bishop “Lettres perdues” éd. Glénat, 22€

Avec ses dorures et son signet, ce magnifique livre se présente comme un livre de contes qui fait rêver. Mais attention, la ressemblance s’arrête là ! Dans cet album jubilatoire, Lou Lubie dissèque les contes de notre enfance. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tout le monde en prend pour son grade. Cendrillon n’est pas la chic fille qu’on imaginait, le chaperon rouge ne s’en sort pas si bien que dans nos souvenirs.

Une BD mordante, drôle et intelligente et qui fait du bien !

Lou Lubie “Et à la fin, ils meurent”, éd. Delcourt, 24,95€

Dans Le Poids des héros, David Sala retrace sa trajectoire personnelle très tôt marquée par les figures tutélaires, mais non moins écrasantes, de ses grands-pères, héros de guerre et de la résistance.
Une BD tout en sensibilité qui parle du rôle de passeur de mémoire, tout ceci dans une palette éblouissante et magnifique.

David Sala “Le poids des héros”, éd. Casterman, 24€

ALBUMS JEUNESSE

Un album doux et réconfortant sur le thème de la différence et de l’acceptation de soi : Nour est née avec le super-pouvoir de tout illuminer autour d’elle. Pourtant, ce don lui vaut d’être rejetée par les autres. Le livre se clôt alors que Nour accepte cette différence comme une force.

Une histoire qu’on aimerait lire à tous les enfants, portée par un coup de crayon et des couleurs superlumineuses !

A partir de 4 ans.

Ian De Haes “Superlumineuse”, éd. Mijade, petit format souple, 5,20€

Poussée par un “étrange sentiment”, Franca entraîne ses deux petites sœurs dans d’étranges péripéties, jusqu’à leur rencontre avec une reine vivant dans une grotte au fond de la forêt. Une mystérieuse aventure de l’enfance aux mille détails dont les mots, la composition et les illustrations font chavirer !

Pour les 6-8 ans.

Júlia Sardà “La reine et les trois sœurs”, éd. Kaléidoscope, 13,50€

Si ranger n’est pas votre tasse de thé, ni l’activité favorite de vos rejetons, avec “Comment ranger sa chambre en 7 jours seulement”, voici la solution à ce problème !
Ce livre drôle et malicieux va certainement faire partie de la pile des “livres préférés” de la famille…

Audrey Poussier “Comment ranger sa chambre en 7 jours seulement”, éd. L’école des Loisirs, couverture souple, 5€

“Les maisons vides”, rencontre avec Laurine Thizy

Jeudi 24 mars à 18h30

Nous avons eu un coup de tracteur pour “Les maisons vides”, premier roman de Laurine Thizy, publié aux éditions de l’Olivier. Cette jeune autrice nous fait le plaisir de venir nous/vous rencontrer jeudi 24 mars à 18h30. Il est conseillé de réserver.

Les maisons vides

« Par une nuit aux étoiles claires, Gabrielle court à travers champs. Elle court, je crois, sans penser ni faiblir, court vers la ferme, la chambre, le lit, s’élance minuscule dans un labyrinthe de maïs, poussée par une urgence aiguë, par le besoin soudain de voir, d’être sûre. »

Des premiers pas à l’adolescence, dans cette campagne qui l’a vue naître, Gabrielle, avec une énergie prodigieuse, grandit, lutte, s’affranchit. Gymnaste précoce, puis soudain jeune femme, Gabrielle ignore les araignées dans son souffle comme les regards sur son corps. Elle avance chaque jour un peu plus vers la fin de l’enfance.

Porté par une écriture aussi puissante que sensible, Les Maisons vides laisse entendre le vibrant chœur de femmes autour de Gabrielle : Suzanne, Joséphine, María… Générations sacrifiées ou mal aimées, elles ont appris à se dévouer, à faire face et, souvent, à se taire.

Laurine Thizy

Née en 1991, Laurine Thizy fait montre d’un talent très précoce. En 2010, 2013 puis 2014, elle est sélectionnée pour le Prix du jeune écrivain, et publie plusieurs textes dans le recueil édité par Buchet-Chastel. En 2016 et 2017, elle écrit également pour la revue Pan (Éditions Magnani). Doctorante en sociologie, elle enseigne à l’Université de Lyon 2. Son premier roman Les maisons vides est paru en janvier 2022 aux Éditions de L’Olivier.

Les éditions de l’Olivier

Lien vers le site