Coups de tracteur #12

Littérature

L’auteur, Hadrien Klent, nous fait ici miroiter une société de demain qui pourrait être réelle : le projet fou de ne travailler que 3 heures par jour. On se plaît à suivre le héros du livre Emilien Long, prix Nobel d’économie, dans son projet sociétal qui devient une campagne politique. On tremble, on espère, on frémit à la lecture de cet ovni littéraire, qui nous emplit de joie et d’oxygène.

“Paresse pour tous” d’Hadrien Klent, éd. Tripode, 355 p., 19€

La peur de trop : Bella se retrouve encore confrontée à un voyeur qui l’a fait flipper; son voisin. Bella en a marre, “pète un cable” et elle passe à l’acte. Elle décide qu’elle n’aura plus jamais peur, qu’on ne l’importunera plus et que la peur va changer de camp. De manière violente et intense.
Un roman féministe soufflant et jouissif – qui est le dernier à avoir fait l’objet en 1991 d’une demande d’interdiction au Parlement de Londres pour cause d’immoralisme – coup de cœur de Camille, étudiante en science politique, venue nous aider cet été à la librairie. 🙂

Dirty week-end” d’Helen Zahavi, éd. Libretto, 8.90€

Voici un roman doux comme un berlingot qui raconte la vie d’une librairie de campagne. Nathalie est devenue libraire et raconte les livres et la vie de ses lecteurs. Un tendre voyage initiatique au pays des livres.

=> Coup de cœur de Chloé, notre étudiante apprentie libraire

“La libraire de la place aux herbes” d’Eric de Kermel, éd. J’ai Lu, 7,10€

Polar, Thriller

Pour un premier roman, Tess Sharpe a frappé fort. Dans ce thriller, on suit, sur trois jours intenses, Harley, cheffe de gang. Sa personnalité forte, sa détermination à venir en aide aux femmes victimes de violence et son addiction à la froide vengeance construisent un roman vif, fort et haletant.

“Mon territoire” de Tess Sharpe, éd. Pocket, 8,70€

Bienvenue en Sardaigne avec ses paysages sublimes et sa beauté saisissante. Enfin, pas tant que ça, au vu de la suite des événements : la découverte de meurtres rituels sauvages… Sur fond historique, le roman balaye le lourd héritage d’une famille, accrochée au poids des croyances.

Avec ce roman, première enquête des inspectrices Mara Rais et Eva Croce, au département des “crimes non élucidés”, l’auteur nous tient en haleine et nous laisse avide de découvrir les prochaines aventures de ses héroïnes.

“L’île des âmes” de Piergiorgio Pulixi, éd. Gallmeister, 25,80€

Littérature jeunesse

Jefferson, hérisson sans histoire vivant au pays des animaux, va être accusé à tort d’avoir assassiné son ami M. Edgar, coiffeur de Défini-Tif. S’en suivront sa cavale et son enquête. Ses recherches le mèneront au pays des humains, dans un voyage touristique en bus, aux côtés de son ami Gilbert le cochon et d’autres animaux.

Un très bon polar autour de la maltraitance animale (mais pas que !), admirablement écrit et plein d’humour.

“Jefferson” de Jean-Claude Mourlevat, éd. Folio junior, 6,80€

“Comme tous les dragons, j’ai quitté les braises du foyer familial le jour de mes deux cents ans, lorsque mes parents m’ont offert mon premier trésor et ma première montagne…”

Un roman illustré tendre et drôle sur le thème de l’amitié et sur le chemin que chacun doit trouver pour être soi-même.

“Un trésor lourd à porter” de Maxime Derouen, éd. Grasset Jeunesse, 14,50€

Littérature ados, jeunes adultes

“Sous nos yeux” explique aux ados (et aux adultes !) comment l’imaginaire visuel, et en premier lieu le cinéma et les séries, véhiculent l’idée de la domination masculine. La clarté du propos, l’humour apporté par les illustrations et le foisonnement d’exemples qui parleront aux jeunes en font une grande réussite.
Un formidable outil qui permet de développer l’esprit critique et de changer enfin de regard.

À partir de 12 ans

“Sous nos yeux” d’Iris Brey et Mirion Malle, éd. La ville brûle, 12€

Par le prisme d’une collégienne qui apprend que sa meilleure amie va devenir grande sœur, Anne Loyer nous invite à réfléchir à la politique de l’enfant unique en Chine. Quelles souffrances pour ces enfants sans frère ni sœur ? Et surtout que deviennent les enfants nés “en trop” ?

Un roman vivant qui permet de s’ouvrir à d’autres cultures, tout en balayant les affres de l’adolescence, universels.

Filles uniques” d’Anne Loyer, éd. Slalom, 14,95€

Imaginez la Terre envahie par des extra-terrestres en forme de crevettes géantes qui ont asservi les hommes comme des animaux domestiques…
Mais une faille de taille a été perçue chez ces aliens : ils explosent littéralement au contact des chats. Et si nos compagnons félins devenaient nos plus chers alliés ?

Un roman drôle, décalé et explosif !

“Félicratie” de H. Lenoir, éd. Sarbacane, 342 p.,18€

Accrochez-vous. C’est rock, c’est punk, ça pulse. Avec un style drôle, actuel et pêchu, on suit Léone dans sa quête d’absolu. Elle ne lâche rien. Elle est chanteuse et guitariste d’un groupe de musique punk et refuse de se faire marcher sur les pieds.

Léone, une Gorilla girl pleine de failles qu’on a sûrement croisé au détour d’une rue.

“Gorilla girl” d’Anne Schmauch, éd. Sarbacane, 16€

Ma mère pense que je vais droit dans le mur, avec mes conneries – en même temps, elle est flic… alors forcément, on a deux trois divergences de vue. Et puis c’est complètement faux ! Ma vie est pleine de projets sérieux : faire la fête avec mes amis, recouvrir Paris de graffs anarchistes, draguer avec la finesse d’un char d’assaut, renverser le patriarcat, soigner mon look de leadeuse d’un groupe punk…
De toute façon, je suis sûre que si je fonce assez fort dans le mur, j’arriverais à passer au travers. Et qui sait ce qu’on trouve, de l’autre côté… L’amour ?
Mouais. L’amour, c’est comme les grenades de désencerclement : ça finit toujours par t’exploser à la figure.

Rencontre avec Aurélie Jeannin

Vendredi 27 août à 18h30, à la librairie

Nous avions été saisies par “Préférer l’hiver” et “Les bordes” et nous sommes ravies d’accueillir l’autrice Aurélie Jeannin vendredi 27 août à 18h30. La rencontre aura lieu Place du Four Neuf à Saint-Antonin-Noble-Val (c’est à 50 mètres de la librairie) ou à la librairie, en cas de mauvais temps.

Venez la rencontrer !

Attention, le nombre de places est limité.

“Préférer l’hiver”

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au cœur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

“Préférer l’hiver” d’Aurélie Jeannin, éd. Harper Collins Poche, 7.20€

“Les bordes”

Les Bordes, c’est un lieu et c’est une famille. En l’occurrence, sa belle-famille qui ne l’aime pas. Elle, Brune, le bouclier. Mère responsable, tenant solidement sur ses deux jambes, un œil toujours visé au rétroviseur ou dans l’entrebâillement de la porte, qui guette, anticipe, tente de maîtriser les risques. Ce week-end comme chaque année en juin, elle prend la route avec ses deux enfants pour rejoindre Les Bordes et honorer un rituel familial. Pour celle qui craint chaque seconde l’accident domestique, Les Bordes ressemblent à l’Enfer. Trop de jeux extérieurs, trop de recoins, de folles libertés. Trop de silence et de méchancetés à peine contenues. Trop de souvenirs.

“Les bordes” d’Aurélie Jeannin, éd. Harper Collins France, 17€

Coups de Tracteur #11 spécial poésie

Poésie

Pauline Delabroy-Allard nous avait entraîné.e.s avec sa prose hypnotique dans “ça raconte Sarah” (éd. de Minuit). Dans “Maison-tanière”, la narratrice s’est réfugiée dans cette maison d’amis qui la réconforte et devient un peu la nôtre. Chaque jour, Pauline choisit un disque dans la bibliothèque des hôtes et, le temps du vinyle, écrit un poème puis prend une photo. Dans la deuxième partie du livre, la tristesse prend le pas et cette fois, ce sont les plafonds, avec leurs traces, leurs fissures, qu’elle photographie.
Un texte tour à tour poignant, léger, grave, sensuel.

Extrait à écouter

“Maison-tanière” de Pauline Delabroy-Allard, éd. L’iconoclaste, 80 p., 13€

C’est d’une main légère que Cédric Le Penven creuse ses plaies comme les sillons dans sa terre. Dans ce recueil qui tend vers le journal, l’auteur interroge la souffrance et la beauté du quotidien. Où l’on comprend aussi pourquoi le poète plante des arbres et les écrit.
Des poésies comme des lames, belles et saisissantes.

grandir, c’est peut-être cesser de croire qu’une douleur nous ressemble plus qu’un sourire

Un sol trop fertile, Cédric Le Penven, Éd. Unes, 80p., 17€

Rupi Kaur s’est fait connaître avec “Lait et miel” (publié aux éd. Charleston en France).
Artiste, elle réalise des performances et explore une grande variété de thèmes dans son travail comme l’amour, les traumatismes, la féminité, la migration.
Dans “Home body”, Rupi Kauri souhaite défricher les frontières d’un corps qui a été violenté pour apprendre à l’aimer.
Ce livre présente à la fois ses dessins, esquisses et poésies. Fraîcheur, urgence et spontanéité sont les lignes directrices de son travail. Comme des haïkus modernes, en quelques mots, Rupi Kaur parle de tristesse mais aussi de guérison.
Une poétesse à découvrir.

“Home body” de Rupi Kaur, éd. Nil, 192 p., 17,50€

Une pièce manquante
dans un puzzle
fait un trou dans le paysage.

Comment grandir avec un secret trop lourd à garder ? Tout en tissant des liens avec “Alice au pays des merveilles”, ce recueil évoque ce que chacun peut construire pour supporter un événement de notre passé.
Un ouvrage délicat et émouvant.

“Amnésies” de Marlène Tissot, éd. La boucherie littéraire, 14€

Dans un cri, cette poétesse dénonce avec rage la violence – malheureusement universelle – faite aux femmes au Guatemala. Voici une lecture uppercut qui engage à la résistance.
L’écriture radicale de Regina José Galindo reflète la violence de son «Guatemalade, malade, malade».
Tragique et percutant, ce texte violent vous laissera K.O.

“Rage” de Regina José Galindo, éd. Les lisières, bilingue espagnol-français, 88 p., 14€

À la fois lyrique et narrative, la poésie de Kimberley Blaeser dit la violence subie mais aussi la survivance de la nation et de la culture amérindienne Anishinaabe. Kimberley utilise une langue précise et riche qui absorbe son lecteur.
Au plaisir de la lecture s’ajoutera celui de l’objet qui est beau en soi : typographie, mise en page, qualité du papier. De plus, l’ouvrage est bilingue et comporte de nombreuses notes de la traductrice.

Résister en dansant, Kimberley Blaeser, Éd. des Lisières, 17€

Encore un bel objet-livre aux éditions des Lisières que l’on a plaisir à caresser de la main avant de le dévorer avec les yeux ! L’autrice a su créer un lien doux et organique entre le texte et les linogravures.
Un texte qui invite à la contemplation et à la réconciliation.

“La musique du vent” de Lætitia Gaudefroy Colombot, couverture illustrée d’une linogravure originale de l’artiste, 48 p., 12€

Zoom sur deux maisons d’édition qui viennent de rejoindre les rayons de la librairie

La Boucherie Littéraire

Les éditions La Boucherie littéraire ont été créées en 2014 dans le Lubéron par Antoine Gallardo.
Elles publient des auteurs contemporains de langue française, offrant exclusivement à lire de la poésie. Poésie à fleur de peau, intime, parfois difficile, introspective, vivante, qui sait aussi être incisive et saisissante.
La forme poétique privilégiée est le retour à la ligne.
Les éditions sont menées avec exigence, que ce soit dans l’accompagnement de l’auteur et de son texte ou encore dans les choix de papiers de création et dans l’impression.
Selon Antoine Gallardo “Éditer est un acte de création à part entière.”

La collection “Carné poétique”
Elle est constituée de la viande des auteurs et des lecteurs (qui souvent écrivent eux-mêmes). Il s’agit de livres-objets hybrides à mi-chemin entre le carnet blanc et le livre imprimé. Ce sont des carnets d’inspiration : la poésie lue nous inspire autant que ce qui nous entoure. Ainsi, dans le steak de tous les jours, une poésie originale de 20 pages est prise en sandwich entre 40 pages vierges, laissées à la création du lecteur. La chair restante présente l’auteur et son travail.

lien vers la boucherie littéraire

Les éditions Les Lisières

La poésie est une graine à cultiver, c’est l’herbe folle qui défie les « monocultures de l’esprit » (Vandana Shiva), tout en elle tend à proliférer. Et jamais elle ne se résoudra à n’être qu’un sous-rayon de la littérature.
Fondées en 2016, les éditions des Lisières sont nées dans la Drôme sous la main de Maud Leroy.
Elles abritent des voie/x poétiques.
Considérant que la poésie ne s’arrête pas au poème mais qu’elle constitue une inscription de l’humain sur terre, la maison souhaite faire entendre une diversité de voix, notamment des voix discrètes comme celles des ruraux, des femmes ou des colonisés.

Convivialité et bibliodiversité sont deux concepts qui guident le travail des Lisières, où une part importante du catalogue est tournée vers l’édition bilingue.
L’édition y est conçue comme un outil convivial. Le livre est donc pensé ici plus comme un objet artisanal, fait de plusieurs voix, de plusieurs mains, que comme une marchandise standardisée. Ainsi, la plupart des couvertures des livres sont en typographie au plomb et linogravure – avec le soutien de Pierre Mréjen des éditions Harpo &.
Quant à l’impression, elle est assurée par un imprimeur et un façonnier locaux. Les papiers sont choisis méticuleusement. Il en résulte des livres sobres et sensuels.

lien vers les éditions des lisières

Coups de Tracteur #10

Nature, jardin

Ceci n’est pas un manuel de plus pour jardiner… C’est un livre de réflexions et de conseils avisés et pertinents, énoncés avec humour par un amoureux des légumes, grand spécialiste, qui nous embarque dans sa passion, dans un tourbillon enthousiaste et parfaitement réfléchi.

“Le potager d’un frimeur” de Xavier Mathias, éd. Terre vivante, 25€

Voici un livre qui changera votre regard sur le jardin. Les “mauvaises herbes” n’en sont plus mais sont de la matière vivante pour pailler vos plantes. Les plantes sauvages qui y poussent peuvent se récolter pour déguster ou faire un purin d’herbes. Bref, une foultitude de conseils, très simples que vous aurez envie de réaliser tout de suite !

“La permaculture au jardin mois par mois” par Damien Dekarz, éd. de Terran, 15€

Littérature

Thierry, le narrateur, vit dans un endroit isolé où son voisin est aussi devenu son ami.

Un matin, la maison de ce dernier est cernée par des voitures de police et une ambulance.
Que s’est-il passé ? Thierry connaissait-il vraiment cet alter ego ?

A travers les tergiversations et les interrogations d’un homme, on traverse son passé, ses souvenirs, ses failles, avec une grande finesse et sensibilité.

“L’ami” de Tiffany Tavernier, éd. Sabine Wespieser, 21€

C’est l’histoire d’un quartier populaire et misérable de Palerme, une histoire d’amitiés, d’entraide, servie par une écriture poétique et magique. Un vrai régal.

“Borgo Vecchio” de Giosuè Calaciura, éd. Folio,
160 pages, 6,90€

Phénomène de société en Corée du Sud, ce livre, à travers la vie de Kim Jiyoung, nous dévoile la condition féminine en Corée, mais soulève aussi des points de vue sur la condition féminine tout court. Dans un style simple, nous suivons les réflexions de Kim, étayées de données et d’exemples. Eclairant.

“Kim Jiyoung, née en 1982” de Cho Nam-Joo, éd. 10/18, 6,60€

Les mots de Vincent Message nous entraînent dans un rythme, une spirale infernale, à la manière de l’héroïne Cora. Pressée d’en faire toujours plus, acculée pour faire des choix qui ne lui ressemblent plus, on mesure combien elle est minuscule face à la violence du monde du travail.

“Cora dans la spirale” de Vincent Message, éd. Points, 8,60€

Polar

Gilda Piersanti excelle dans le polar psychologique. Pari réussi cette fois encore avec “Les somnambules” !

Quand trois amis d’enfance sont rattrapés par leur passé… Vont-ils devoir payer pour ce qu’ils ont fait 25 ans plus tôt ?

“Les somnambules” de Gilda Piersanti, éd. Le Passage,
320 pages, 19€

Libraire spécialisé en roman policier, Malcolm Kershaw a eu la bonne idée de publier un article recensant les crimes “parfaits” de la littérature. Mais rien ne va plus le jour où il s’aperçoit qu’un tueur est en train de mettre sa liste à exécution…

Un polar psychologique dont l’ambiance rappelle les classiques du roman policier et qui vous fera passer un excellent moment.

“Huit crimes parfaits” de Peter Swanson, éd. Gallmeister,
352 pages, 23,40€.

Pour le décor, imaginez l’époque victorienne, dans une ambiance londonienne et pleine de brouillard, of course !

Ce polar historique qui met en scène pour la première fois Lizzie Martin jeune femme spontanée, futée et féministe avant l’heure est délicieux. A lire absolument avec une tasse de thé…

“Un intérêt particulier pour les morts” d’Ann Granger, éd. 10/18,
384 pages, 7,50€

Littérature ados (mais même pour les adultes, c’est permis !)

Encore une fois, Marion Brunet se distingue brillamment dans ce nouveau roman.

Le décor : un huis-clos sur un voilier.
Le sujet : quatre amis repêchent le cadavre de leur chef de bande, tandis qu’une tempête terrible se prépare.
Résultat : une lecture impossible à arrêter !

“Plein gris” de Marion Brunet, éd. Pocket jeunesse,
208 pages, 16,90€

Amatrices et amateurs de “Sauveur et fils”, réjouissez-vous, voici une nouvelle série de Marie-Aude et Lorris Murail !
Une intrigue qui tient en haleine avec de nombreux rebondissements et une galerie de personnages très attachants. Le début d’une série enthousiasmante qu’on a hâte de retrouver.
Angie, on dit oui ! ^^

“Angie” de Marie-Aude & Lorris Murail, éd. L’école des Loisirs, 17€

Albums jeunesse

Changer d’air, qui n’en rêve pas aujourd’hui ? C’est aussi ce que se dit une Maison qui, pour le bien-être de ses habitants, va décider de prendre le large.

Un album fourmillant de détails, drôle, tendre et réconfortant. Un bonheur de lecture !

“Changer d’air” de Jeanne Macaigne, éd. Les Fourmis Rouges, 18€

Comme une petite comptine, cet album, esthétique et tendre, séduira le tout-petit. Sur chaque page, l’enfant est invité à faire rouler (et disparaître) un renard, jusqu’à la page finale où il aura la joie de retrouver les renardeaux cachés et blottis…

“Roule renard” d’Atelier SAJE, éd. Didier Jeunesse, 12,90€

Coups de tracteur #9

Littérature

Plongez dans la vie de Duke, né à la Colline aux loups, dans une famille aux violences inouïes. Un texte et une écriture rares et incomparables. Un livre poignant dont on ne ressort par indemne.

“Le démon de la colline aux loups” de Dimitri Rouchon-Borie, éd. Le Tripode, 17€

Voici l’histoire d’un homme qui a besoin de rencontrer les gens. Arrêtez-vous pour embarquer cet autostoppeur !
Un roman plein de tendresse et de poésie.

“Par les routes” de Sylvain Prudhomme, éd. Folio, 8,10€

En novembre 1999, dans l’Ohio, Luther Amos Dunphy, autoproclamé « soldat de l’Armée de Dieu » assassine le Dr Gus Voorhees, médecin avorteur. Un livre dense mais captivant qui nous amène au plus près de ses personnages traités tout en nuances. Plus qu’un livre sur le débat de l’avortement au sein de la société étasunienne, l’autrice interroge le poids de la mémoire familiale et le rapport à l’autre.

” Comme la plupart des filles, elle avait été entraînée à sourire dès l’enfance. Sourire à vos aînés, à ceux qui ont autorité sur vous. Sourire quand vous avez peur. Sourire quand vous n’arrivez pas à entendre tout à fait ce qu’on vous dit. Sourire pour vous montrer douce, docile, coopérative, suprêmement bien élevée, “bonne“. Sourire aux hommes.”

“Un livre de martyrs américains” de Joyce Carol Oates, éd. Points, 9.90€

C’est l’histoire d’une chasse aux sorcières inspirée de faits réels qui se sont déroulés en 1620 en Norvège.
Avec “Les graciées”, l’autrice fait un récit passionnant de cette histoire aux très beaux personnages féminins.

Kiran Millwood Hargrave “Les Graciées”, éd. Robert Laffont, 21€

Littérature ados (mais même pour les adultes, c’est bien !)

Comme toutes les jeunes filles de 16 ans, Tierney part en “année de grâce” dans un camp isolé en lisière de forêt afin de se purifier de sa “magie” qui corrompt les hommes. Chacune sait que toutes ne reviendront pas. Malgré un univers fantasy, ce roman nous plonge dans des réalités adolescentes, aux côtés d’une héroïne rebelle en quête de liberté. Un roman impossible à lâcher, qui dénonce les rouages du système patriarcal avec brio.

“L’année de grâce” de Kim Liggett, éd. Casterman, 19,90€

Récit

Sur un ton simple et spontané, Victorine Brocher nous livre un témoignage direct sur la Commune durant laquelle elle a été brancardière. Elle témoigne de la misère, de la douleur et de ses malheurs à la manière d’un roman.

“Souvenirs d’une morte vivante, une femme dans la Commune de 1871” de Victorine Brochet, éd. Libertalia, 10€

Essais

Dans cette enquête autobiographique, cette militante du MLF et directrice d’études à l’EHESS bouleverse en même temps qu’elle nourrit la réflexion sur les transfuges de classe : revendiquant son statut de boursière et défendant les principes de l’État-providence, elle critique ouvertement l’idée de mérite. En tant que femme issue d’une famille nombreuse en milieu rural, son analyse mêle domination de classe et domination de genre dans une approche intersectionnelle riche et passionnante.

“Se ressaisir” de Rose-Marie Lagrave, La Découverte, 22€

Un chouette livre richement illustré qui explique par ordre alphabétique les concepts et l’histoire du féminisme de manière très claire et assez critique.

“Herstory, histoire(s) des féminismes”, de Marie Kirschen et Anna Wanda Gogusey, éd. La ville brûle, 25€

Jeunesse

Un Prix Sorcières grandement mérité pour ce superbe album. Émouvant, poétique et réconfortant, un livre qui amène à la réflexion, à la rêverie et à contempler la nature. Magnifique !

“Nuit étoilée” de Jimmy Liao, éd. Hongfei, 19,90€

Le loup a beaucoup d’amis et il a une faiblesse : il adore les photographier.
Dans ce petit livre, très bien conçu, le jeune enfant est amené à détacher l’animal mentionné pour le déposer dans l’album photographique (en scratch) du loup.
Dans la même collection, les impeccables éditions L’Agrume ont déjà publié “Une faim de loup” et “Les vacances du loup”.
Succès assuré avec ces livres interactifs et “low-tech”.

“Les animaux du loup” de Yen-Lu Chen-Abenia et Mathilde Bel, éd. L’Agrume, 13,90€

Les éditions Les Grandes Personnes sont toujours graphiquement créatives. Pari réussi cette fois encore avec ce charmant petit livre. Tantôt petite tortue, tantôt caneton ou élephanteau, un livre-objet tout doux pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux-nés.

“Bienvenue” par Marta Comin, éd. Les Grandes Personnes, 13,50€

Bandes dessinées

Avec humanité et un brin de malice, Claire Le Men brosse le portrait d’hommes et de femmes en proie à leurs démons. Elle transcende les accidents de vie en une aventure passionnante.
Son dessin gracieux, esthétique, la mise en page en parfaite harmonie avec l’écriture en font une BD qui se dévore !

“Nouvelles du dernier étage” de Claire Le Men, éd. du Seuil, 17,90€

Coups de Tracteur #8

Littérature

“Les vilaines”, c’est l’histoire d’un groupe de femmes trans en Argentine, réunies autour de la Tante Encarna. Lorsqu’elles trouvent un enfant dans le parc où elles se prostituent, elles le baptisent Éclat des yeux et Tante Encarna met toute son énergie à l’élever.

Un roman qui dresse la poésie et l’amour comme véritables remparts face à la violence du monde. Des portraits individuels flamboyants qui donnent une grande force à ce sentiment collectif qu’est la sororité.

“Les vilaines” de Camila Sosa Villada, éd. Métailié, 18,60€

Agathe, 11 ans, est embarquée en vacances sans crier gare par sa mère, sans qu’elle ne puisse en avertir quiconque. L’attitude de sa mère, femme-enfant fragile, va vite sembler étrange et difficile pour la jeune narratrice, hébétée.

Un roman poignant, entre douleur et amour, pudique et sensible, où l’autrice semble avoir puisé des éléments de sa propre enfance tant cela sonne juste.

“On était des poissons” de Nathalie Kuperman, éd. Flammarion, 19€

Bon voilà, c’est officiel, on va créer un fan club de Jean-Baptiste Andréa.

Dès les premières pages, cette impression de retrouver un ami qui parle à son cœur…

Les phrases sont belles, ciselées et poétiques. Et pourtant, elles racontent la souffrance d’un jeune garçon dans un orphelinat, sans pathos. Parce qu’il n’est pas un saint. Mais pas un diable non plus.

C’est édifiant et glaçant aussi, sur la “pédagogie” avec laquelle on élevait les enfants autrefois dans les pensionnats.

Pourtant, le narrateur se construit, entouré de l’amitié de ces diables et saints.

“Des diables et des saints” de Jean-Baptiste Andréa, éd. L’iconoclaste, 19€.

Littérature ados

Mona n’est pas vraiment dans la marge, mais c’est vrai que pour rendre service à sa mère, il lui arrive de conduire alors qu’elle n’a que 16 ans.

Elle en porte beaucoup sur les épaules, Mona. Beaucoup trop sans doute.

Un roman sensible, surprenant, ancré dans la société d’aujourd’hui.

“Le secret de Mona” de Patrick Bard, éd. Syros, 15,95€

BD

Voici une très bonne revisite du Marsupilami dans un Bruxelles miséreux d’après-guerre. François, jeune garçon harcelé par ses camarades de classe, recueille envers et contre tout la créature mythique qui a échappé aux trafiquants d’animaux exotiques.

Un parti pris intéressant, une narration réussie et un très beau dessin qui apportent un juste équilibre entre classique et originalité.

“La bête” de Zidrou et Franck Pé, éd. Dupuis, 24,95€

C’est tout en douceur que Stéphane Fert traite le scénario impeccable de Wilfrid Lupano, inspiré de faits réels.

Il s’agit d’une histoire d’amitié, de liberté, d’instruction, d’émancipation, dans une Amérique esclavagiste du 19e siècle. Un petit bijou d’harmonie graphique.

“Blanc autour” de W. Lupano et S. Fert, éd. Dargaud, 19,99€

Albums jeunesse

Dix ans, ce n’est pas rien! Surtout quand le vœu qu’on a fait en soufflant les bougies de son gâteau d’anniversaire se réalise et qu’on se retrouve avec des dinosaures dans son jardin… Comment les faire disparaître avant qu’il n’aient tout détruit?

Un album doux, tout en crayons de couleurs et en poésie.

“Extraordinaire” de Florian Pigé, éd. Sarbacane, 15,90€

Ahlala, pas facile de contenter tout le monde lorsque l’on crée une histoire !

Dans cet album, chacun (danseuse, loup, chaperon rouge, poulpe, flamant rose…) y va de son avis et souhaite prendre part à son élaboration.

Entre album et livre-jeu, ce grand beau livre plein d’humour ravira le public espiègle !

“La malédiction des flamants roses” d’Alice de Nussy et Janik Coat, éd. Grasset Jeunesse.

Que peut-on mettre dans sa main quand on apprend à compter ?

Entre imagier et album à compter, ce livre est délicat, doux et inventif.

Les belles illustrations d’Amandine Laprun et les découpes en font un album tout à la fois simple et surprenant. Une réussite.

“Dans ma main” d’Amandine Laprun, éd. Actes Sud junior, 15,90€.

Coups de Tracteur #7

Littérature

Un roman familial sur quatre générations qui traverse l’histoire du Chili et de la France, de la Première Guerre mondiale à la dictature de Pinochet. Pourtant, ne vous attendez pas à un roman historique : il s’agit d’un beau conte d’exil magnifiquement écrit, dont chaque personnage est captivant.

“Héritage” de Miguel Bonnefoy, éd. Rivages,
19,50€

Caroline Deyns dresse ici un portrait en mosaïque (en trencadis) de Niki de Saint Phalle. Artiste lumineuse, tourmentée, libre et dévorée par ses démons, on a l’impression, en refermant le livre, de mieux la comprendre et on n’a qu’une envie : (re)voir ses œuvres !

“Trencadis” de Caroline Deyns, éd. Quidam,
22€

Un roman impossible à résumer qui raconte l’aliénation, la compétition, la course à la performance, comment on s’y perd et comment se retrouver. Une fable atypique et poignante dont l’écriture magnifique nous tient en haleine.

“Le lièvre d’Amérique” de Mireille Gagné, éd. La Peuplade,
18€

Elles sont trois à avoir fait les frais d’un concours cruel : élues “Boudins de l’année” de leur collège. Mais c’est sans compter sur leur force pour retourner la situation : elles vont décider de traverser la France à vélo, en vendant des boudins.
Clémentine Beauvais aborde avec légèreté des thèmes qui a priori ne le sont pas, elle embarque le lecteur avec fraîcheur. On n’oubliera pas “Les petites reines” de sitôt… Un livre qui fait du bien.

“Les petites reines” de Clémentine Beauvais, éd. J’ai lu, 7,40€

Littérature ados

Florence Hinckel est partie d’un fonds de photographies anciennes assez insolites pour créer la trame de son histoire. Dans cette famille Papillon, tous ont des pouvoirs bénéfiques sur l’humanité toute entière. Mais dans ce cas, pourquoi sa famille a-t-elle décidé d’enfermer Eva Papillon le jour de ses 13 ans ?
Un roman coloré, loufoque et plein de rebondissements, aux personnages insolites !

Les faits et gestes de la famille Papillon, tome 1 : Les exploits de grand-papy Robert” de Florence Hinckel, éd. Casterman, 15,90€

Pour pouvoir passer du temps avec sa meilleure amie qui a changé de collège, Clara accepte de partir en colonie de vacances sportives. Très vite, les ados se scindent en deux groupes : les fous d’adrénaline et les autres. Les deux amies sont alors séparées et constatent qu’elles se sont éloignées. Leurs différences s’affirment lorsque Éléonore, la plus effacée de la colo, que tout le monde s’est mis à appeler “Babar” et en particulier Lila qui la harcèle quotidiennement, disparaît. Sans être un polar, le roman s’articule brillamment autour de la disparition et du harcèlement d’Éléonore. Un roman psychologique exceptionnel qui interroge notre responsabilité face aux violences dont on est l’auteur ou le témoin.

“La sans-visage” de Louise Mey, éd. Ecole des Loisirs, 15€

Nature

La flore si particulière des Causses méritait ce superbe livre ! 600 fleurs en photos + dessins, bien décrites, avec une carte de répartition pour chacune.
Une flore qui conviendra autant au grand public qu’au passionné.

“Fleurs et paysages des causses” de Christian Bernard, éd. du Rouergue, 32,50€

Mangez vos soucis ! Voilà un programme alléchant en cette période morose ! Ce livre est LA référence en matière de plantes ornementales comestibles.
Une foule d’infos parfaitement sérieuses dont vous vous régalerez ! Et de bonnes recettes… faciles et étonnantes.

“La cuisine des fleurs” de François Couplan, éd. Sang de la Terre, 29€

BD

Les amateurs de science-fiction apprécieront ce nouvel opus de Mathieu Bablet. Si le sujet de départ peut sembler classique : la création de deux androïdes et leurs interactions avec les hommes, Mathieu Bablet entraîne ensuite le lecteur dans une grande fresque qui ouvre sur de multiples réflexions philosophiques. On s’attache et on suit, sans même s’en rendre compte, les personnages sur 272 pages !

“Carbone & Silicium” de Mathieu Bablet, éd. Ankama, 22,90€

Le récit commence lorsque Ana et Zeno atteignent la soixantaine et remonte jusqu’à leur rencontre, à l’âge de vingt ans. Une histoire d’amour à rebours, à la fois impossible et éternelle, entre deux personnages attachants et hauts en couleurs. Une grande dose de tendresse et de poésie !

“Malgré tout” de Jordi Lafebre, éd. Dargaud, 22,50€

BD et Albums jeunesse

Melvina en a assez d’être une enfant. Contre toute attente, elle est entraînée dans un périple qui lui fait traverser le monde parallèle d’Aldiqua. Secourant tous ceux qui ont été trompés par un enchanteur malintentionné, elle comprendra l’importance de se donner le temps. Un bel univers magique à découvrir.

Melvina” de Rachele Aragno, éd. Dargaud, 19,99€ (à partir de 9 ans)

L’ours Robear a décidé d’écrire une histoire. Mais… Robear a de gros doigts et se trompe souvent de lettre sur sa machine à écrire… Avec ses illustrations en parfaite adéquation avec le texte, voici une histoire drôle et pleine de surprises qui fera sûrement rire les apprentis lecteurs !

“La petite bûche” de Mickaël Escoffier et Kris di Giacomo, éd. D2eux

C’est bien connu, les adultes (contrairement aux enfants qui eux, sont nuls) ne se mettent jamais en colère, ne disent jamais de gros mots, ne remettent jamais à plus tard le travail à faire…
La preuve en images (qu’on adore) avec cet album !

“Les adultes ne font jamais ça” de Davide Cali et Benjamin Chaud, éd. Hélium

Nos coups de Tracteur #6

Littérature

Dans une langue extrêmement maîtrisée et fluide (bravo au traducteur François Happe), l’autrice nous invite à suivre, sur un siècle, le parcours en ombre et lumière d’une famille dans l’Ohio.

Tiffany McDaniel s’est fortement inspirée de l’histoire de sa mère, Betty, née dans les années 1950, dans les Appalaches. Malgré des moments sombres, jamais le roman ne tombe dans la facilité ou le voyeurisme. Et ce qu’il nous reste, à l’issue de la lecture, c’est Betty, petite indienne cherokee, malmenée mais forte, au cœur de ce roman tour à tour émouvant, oppressant, combatif.

“Betty” de Tiffany McDaniel, éd. Gallmeister,
26,40€

Le temps de ce livre, on chavire tout autour de Cléo, de ses 13 à 48 ans et autour de ceux qui font sa vie : quand on ne peut pas (se) pardonner, ne reste-t-il que l’oubli ?

“Chavirer” de Lola Lafon, éd. Actes Sud,
20,50€

Amoureux de Fabcaro, youpi, vous allez pouvoir passer du temps avec Fabrice Caro !
Si vous aimez l’humour décalé et les situations cocasses, ce livre est fait pour vous.
L’auteur réussi à nous faire pouffer de rire, presque par surprise, quelle prouesse !
Difficile de résumer l’intrigue, ce sont les situations qui créent le livre. Juste vous dire que vous ne verrez plus les graines de courge de la même manière…

“Broadway” de Fabrice Caro, éd. Gallimard, 18€

A la manière d’un tableau, Claire Berest nous dépeint la vie de Frida Kalho par touches, par couleurs. Un roman sensuel qui est une invitation à plonger dans le travail de cette artiste incandescente qui, en dépit de la dureté de sa vie, a créé une œuvre où “rien n’est noir”…

“Rien n’est noir” de Claire Berest, ed. Le livre de poche,
7,40€

Caitlin a douze ans, elle passe ses journées à l’Aquarium de Seattle. Là, elle rencontre un vieux monsieur dont elle se prend d’amitié. Mais c’est sans compter sur la violence que va déchaîner cette relation.

David Vann sait créer des points de tension et d’émotion, grâce à une écriture précise et poétique. Un grand roman.

“Aquarium” de David Vann, éd. Gallmeister,
9,20€

Uqsuralik, jeune fille inuite, va être subitement séparée des siens alors que la banquise se brise, l’éloignant de l’igloo familial. Elle va devoir trouver les ressources pour survivre.

Avec ce conte initiatique poétique et délicat, Bérengère Cournut crée un roman solaire et bouleversant

“De pierre et d’os” de Bérengère Cournut, ed. Le Tripode,
10€

Littérature ados

Quand Valentin, originaire d’Albi, est envoyé en Nord-Pas-de-Calais dans un centre pour personnes atteintes d’Alzheimer lors de son service civique obligatoire après la 3ème, son ressenti est : très négatif. Les choses ne sont jamais simples pour lui et elles se corsent d’autant plus lorsqu’il promet à une pensionnaire que Françoise Hardy (dont il ignorait l’existence) viendra chanter pour elle. Un roman très riche, intelligent, drôle et coloré.

“Âge tendre” de Clémentine Beauvais, éd. Sarbacane, 17€

Ils sont sept, entre 13 et 15 ans à se retrouver dans un stage de “Bushcraft” (art de vivre dans les bois). Certains ont choisi d’être là, d’autres, pas du tout. Dans une ambiance paramilitaire, ils vont se dépasser, nouer des liens d’amitié et se retrouver à mettre en pratique, malgré eux, les notions rapidement apprises de survie…
Claire Cantais dresse de beaux portraits d’adolescents, avec leurs tourments et leur force de vie, dans un scénario qui tient en haleine.

“Jours sauvages” de Claire Cantais, éd. Syros,
16,95€

Bandes dessinées ados/adultes

Derrière ce mot-valise amusant se cache un fait historique tout à fait sérieux : dans les années 1910, la professeure d’arts martiaux Edith Garrud forme les gardes du corps de la cheffe de file des suffragettes Emmeline Pankhurst. Une BD bien documentée et amusante aux dessins dynamiques.

“Jujitsuffragettes” de C. Xavier, L. Lugrin et A. Ralenti, éd. Delcourt,
histoire complète,
21,90€

Voici une série en deux volumes dont le scénario vous laissera sur le flanc !

Cinquante ans après son départ de la Terre, fuyant la guerre, Megan se réveille dans un caisson, sans aucun souvenir. La voix qui l’a guidée dans son retour à la vie est celle d’Adam, lui expliquant qu’ils sont tous les deux les seuls survivants dans un satellite qui tourne autour de la planète bleue… Mais peut-on se fier à Adam, quand tous vos souvenirs se sont envolés ?

“Hope one”, tomes 1 et 2,
de ‘Fane et Grelin, éd. Comix Buro,
15,50€ le volume

Dans une parfaite adéquation entre le texte et l’image, Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag nous convient dans un conte africain où Kana, un jeune garçon va se retrouver à guider un Yéban (esprit maléfique) bien malgré lui…

Le graphisme subtil met en valeur ce récit original et palpitant.

“Le repas des hyènes” d’Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag, éd. Delcourt/Mirages,
19,99€

Albums et BD jeunesse

Écosse, 1958. David Archer a disparu. Tous affirment qu’il a refait sa vie à Londres mais son fils Jeffrey, 13 ans, est certain que son père est agent secret et qu’il a été kidnappé. Ne comptant que sur lui-même et sur son chien Sherlock, il décide de mener l’enquête.
Un bon scénario couplé à une chouette ambiance qui ravira tous les lecteurs !

“Lord Jeffrey” tome 1 de Joël Hemberg et Pierre-Yves Hamo, éd. Kennes,
15,95€

“Dans la vie, beaucoup de choses s’en vont. Elles se transforment, elles passent.”

C’est en égrainant cette idée que l’autrice, à l’aide de calques, nous fait prendre conscience que tout passe (et heureusement) : les larmes sèchent, les idées noires s’en vont… Tout part, oui, sauf une chose…

Un album bien construit, original et caressant, avec une morale toute en douceur.

“Les choses qui s’en vont” de Beatrice Alemagna, éd. Hélium,
15,90€

On ne va pas se mentir, voici un sujet qui ravit les petits ! Il est ici mis en scène avec légèreté et les superbes illustrations de Camille Gavroche.

Donc, une compétition insolite dans la forêt : chaque animal est persuadé de faire la plus belle crotte du monde. Jusqu’au jour où…
Une chute hilarante dont on ne vous dira rien. 😉

“La plus belle crotte du monde” de Marie Pavlenko et Camille Garoche, éd. Little Urban,
15,90€

Le monde de Merlin est peuplé de créatures étranges et bienveillantes. Mais qui a pris son biberon ? Tout va bien Merlin, ce n’est que la sirène aux douces mains…

Un album pour rassurer le tout-petit avec des illustrations oniriques qui raviront les pupilles des petits et des grands !

“Tout va bien Merlin !” d’Emmanuelle Houdart, éd. Thierry Magnier,
13,20€

Les coups de Tracteur d’août

Littérature

Une femme retourne en Gaspésie vider la maison de sa mère décédée. Grâce aux récits de sa grand-mère consignés dans des cahiers, elle reconstruit l’histoire des femmes de la famille.
C’est fort, sensible, poétique. Un récit magnifique.

“Les falaises” de Virginie Dechamplain,
ed. La Peuplade,
18€

Dans “Sauvage”, nous découvrons Tracy, jeune adolescente de 17 ans vivant en Alaska. Elle doit respecter les trois règles que sa mère lui a transmises : “ne jamais perdre la maison de vue “, ” ne jamais rentrer avec les mains sales ” et surtout “ne jamais faire saigner un humain”.
Un premier roman troublant qui mêle grands espaces, tension psychologique et une pointe de fantastique.

“Sauvage” de Jamey Bradbury,
ed. Gallmeister,
10€

Quelques années après le décès de sa mère tunisienne, la narratrice se décide à rapporter la vie de celle-ci dans un récit intimiste, levant le voile tant bien gardé sur cette femme bédouine.

Le corps de ma mère de Fawzia Zouari,
ed. Folio,
8€

Un coup de cœur de Daphné, notre stagiaire

Polar

Annabelle, 17 ans, ne rentre pas chez elle après avoir été à une fête où elle avait l’interdiction d’aller.
Charlie Lager, inspectrice un peu paumée, s’était jurée de ne jamais remettre les pieds à Gullspang… Pourtant, elle va y retourner et réveiller les fantômes du passé en enquêtant sur la disparition d’Annabelle.

Un polar, trois histoires qui tiennent en haleine !

“Annabelle” de Lina Bengtsdotter,
ed. Livre de poche,
8.20€

Dans Naples écrasée par la chaleur, la mort et l’amour s’entremêlent. Une enquête extrêmement bien construite.
Une écriture magnifique pleine de mélancolie et de poésie.

“L’enfer du commissaire Ricciardi” de Maurizio de Giovanni,
ed. Rivages,
10€

En se réveillant un matin, les moutons de George Glenn le découvrent assassiné. Qui a osé tuer leur berger ? N’étant pas un troupeau ordinaire, ils décident donc de mener l’enquête pour trouver le coupable eux-mêmes.
Nous voilà membres à part entière du troupeau, à courir sans raison, à se surprendre à vouloir brouter et à trembler devant le boucher…
Un polar des plus original, qui n’en oublie pas d’emmener une intrigue à rebondissements !

Qui a tué Glenn ? de Léonie Swann,
ed 10/18,
8,40€

Un coup de cœur de Daphné, notre stagiaire

BD

Miss Charity est une jeune fille de bonne famille anglaise du 19e. Tout un programme déjà orchestré pour elle ! Sauf que… Charity préfère les souris aux pas de danse et les champignons aux cours de bonne manière.

On rêve en détaillant chaque vignette aquarellée et on y plonge à souhait.
Une gourmandise/un bonheur à dévorer à tout âge.

“Miss Charity” de Marie-Aude Murail et Loïc Clément,
ed. Rue de Sèvres,
16€

Une BD tour à tour émouvante, drôle, touchante.
Un hymne à la vie !

Incroyable ! de Zabus & Hippolyte,
ed. Dargaud,
21

Abel s’occupe de ses bêtes tout en rêvant d’ailleurs. Pour combler cette soif de découverte, il achète des guides de voyages…
Un album doux et nostalgique, centré sur un personnage fort attachant.

“Le voyage d’Abel” de Sivan et Duhamel,
ed. Grand Angle,
16.90€

Littérature jeunesse

Dans une société où la tristesse est interdite, une nouvelle technologie permet d’éradiquer celle-ci. Plus de douleur, juste un point bleu au poignet. Quels changements cette technologie va t-elle produire sur les individus ?
Que deviendrait le monde si nous étions toujours heureux, malgré nous ?

#bleue de Florence Hinckel,
ed. Pocket jeunesse,
7.60€

Aventure, piraterie, histoire et amitié : ce premier tome d’Alma est éblouissant. Une fois le livre ouvert, on embarque dans une grande épopée auprès de personnages multiples et attachants qui ne sortent plus de notre cœur.

“Alma” de Timothée de Fombelle,
ed. Gallimard Jeunesse,
18€

Lorsque la famille Durand recueille ce matou, elle est loin d’imaginer qu’il va être à l’origine de situations rocambolesques… Car outre son fichu caractère, Matou Watson parle et donne des conseils !
Un livre drôle et plein de rebondissements pour les 8/11 ans.

“Matou Watson, la brosse à dents du futur” de Claudine Aubrun,
ed. Syros,
9,95€

Albums jeunesse

Une jolie histoire d’amitié et d’aventure aux aplats joyeux, destinée aux 2/3 ans.

“La grande aventure” d’Ekaterina Trukhan,
ed. Marcel et Joachim,
13€

Un album tendre dans lequel le tout-petit s’identifiera à l’ours, avec de superbes illustrations.

Quatre pattes”, de Gaétan Dorémus,
ed. du Rouergue,
15€

Attention, si vous n’avez pas peur des ours grincheux, précipitez-vous sur cet album drôlatique ! Voici des ours qui en ont ras la casquette qu’on raconte des histoires d’ours, car ils sont obligés de cesser leurs activités séance tenante. Alors, pitié pour eux, avant de choisir une histoire d’ours, réfléchissez !

“Encore une histoire d’ours” de Laura & Philip Bunting
ed. Kaléidoscope,
13€

Monsieur Leduc ne jette rien. Sa maison pleine de “trucs” suscite les railleries des voisins, jusqu’au jour où ils découvrent le bonheur de réparer et de sauver ces cochonneries dont personne ne voulait.
Un conte écologique et poétique à l’esthétique raffinée, pleine de détails à savourer…

“La maison pleine de trucs” d’Emily Rand,
Ed. des Eléphants,
14€

Quelques coups de Tracteur de l’été

Ouf, ça fait moins mal que les coups de soleil, voire même ça fait du bien ! 🙂

Littérature

Découvrez une communauté de doux dingues, âgés et marginaux…

Un roman subtil et poétique.

“Il pleuvait des oiseaux” de Jocelyne Saucier,
ed. Folio,
7.50€

Nous sommes ravies que ce titre sorte au format poche. Avec “La vraie vie” vous allez être happé.e. C’est violent, c’est fort et ça secoue !

“La vraie vie” d’Adeline Dieudonné,
Ed. Le livre de poche,
7.40€

Polar

Berthe alias Mamie Luger, 102 ans : délirante, féministe. qui n’a jamais hésité à utiliser son arme pour se défendre et régler ses comptes se retrouve en garde à vue…

Un polar drôle, plein de tendresse avec des dialogues qui rappellent ceux d’un certain Audiard !

“Mamie Luger” de Benoît Philippon,
Ed. Le livre de poche,
7.90€

Claire Raphaël est ingénieure de la police scientifique. Elle signe ici un premier roman où l’héroïne, Alice, est spécialiste de la balistique et participe à une enquête sur un tueur de femmes militantes.

Un roman incisif, à la verve tour à tour directe ou poétique qui vous embarquera au cœur de l’enquête.

“Les militantes” de Claire Raphaël,
Ed. du Rouergue, 18€

Soyez tout de suite averti.e : vous ne pourrez pas le lâcher !

L’histoire ? Une jeune femme est persuadée que son voisin est un asssassin. Oui, mais voilà, il y a quelques années, elle a accusé à tort une étudiante d’être une tueuse. Que vaut sa parole dorénavant ?

C’est efficace en diable et ça se dévore !

“Vis-à-vis” de Peter Swanson,
Ed. Gallmeister,
23,80€

Enfin, il sort en poche ! Voici un thriller ultra documenté sur Tchernobyl dont l’intrigue vous scotchera. Prêt.e ?

De bonnes raisons de mourir” de Morgan Audic,
Ed. Le livre de poche,
8.90€

BD

Une BD magnifique, poignante et sensible sur l’exil et le sort réservé aux migrants.

“Les ombres” vous hantera longtemps.

“Les ombres” par Zabus et Hippolyte,
Ed. Dargaud,
18€

Françoise a une cinquantaine d’années. Peu considérée par la société et les siens, elle va se plonger, à son corps défendant, dans la passion du jardinage.

C’est une BD intimiste sur une renaissance personnelle via le passage par la terre. C’est doux et ça fait du bien.

“Le jardin de Rose” d’Hervé Duphot,
Ed. Delcourt, 17.50€

Si le bloubiboulga, ça vous parle, si vous vous êtes vautré.e sur des poires, alors, ce livre est fait pour vous !

Vous vous rappellerez qu’avant, les parents fumaient dans la voiture et que les vieux buvaient de la chicorée…

C’était mieux avant” de Soledad Bravi et Hervé Epervier,
Ed. Rue de Sèvres, 10.50€

Littérature jeunesse

Bernard s’efforce de ressembler aux autres lapins mais au fond, son rêve est tout autre : c’est un lapin disco et il est bien décidé à se montrer tel qu’il est vraiment !

Un très bel album drôle et léger sur la différence et l’affirmation de soi.

“N’oublie pas ton rêve” de Simon Philip et Kate Hindley,
Ed. Little Urban, 13.50€

Suivez de près la course complètement folle de la route du lait grenadine avec ses participants aussi déjantés que leurs véhicules.

Actions, péripéties, suspens, humour et poésie sont au cœur de cet album magnifique et plein de couleurs.

“La route du lait grenadine” par Alex Cousseau et Charles Dutertre,
ed. du Rouergue, 16€

Un moment aérien, un instant suspendu, telle est la sieste, pour le bonheur des petits et grands !

Album poétique et empli de rêverie, supporté par des illustrations délicates et esthétiques.

“La sieste” de Stéphanie Demasse-Pottier,
Ed. L’étagère du bas, 13.20€

Quelle merveille que cet album dessiné avec du sable. Cela donne un grain onirique très particulier et un charme désuet aux images.

Le sujet est très original : une petite fille cauchemarde. Elle est atteinte du syndrome d’Alice au pays des merveilles, assez courant chez les enfants.

Un album à feuilleter et refeuilleter encore !

“Dans mon petit monde” de Sandrine Bonini et Elodie Bouédec,
Ed. Grasset Jeunesse, 15.20€