Le marché de Nathalie

Mon marché du dimanche au Tracteur Savant…

J’ai lu pour vous cette semaine, 8 livres en littérature jeunesse, je me suis régalée 🙂

Voici les derniers zarrivés au Tracteur, pour les zenfants et les zadultes. Vous zalez vous zamuzer car Libraire Aurèle, sait nous choisir ce qui peut nous mettre en joie, nous éclater. Réjouissons nous donc, jusqu’à en pisser dans nos culottes, avec «  Questions idiotes » de Philippe Corentin qui croque le ridicule – Avec Françoize Boucher, auteur jeunesse prolifique et loufoque. Je vous recommande d’ouvrir « le Keskecé » un livre jeu craquant, ou encore  « Le livre qui fait aimer les livres même à ceux qui n’aiment pas lire », et aussi « Le livre qui t’explique pourquoi les enfants sont super Top ! »

    

      

 

Les papas de Violette – Emilie Chazerand et Gaelle Soupport – Ed Gautier Languereau

Dans « les papas de Violette », on comprend bien la volonté intentionnelle des auteur.es et de l’éditeur d’évoquer les familles homoparentales. Mais c’est avant tout une belle histoire, pleines d’émotions. Rejets des copains de classe, jamais en reste pour vous épingler quand vous êtes différents, remarques incompréhensibles, génèrent chez Violette des questions, de la tristesse parfois, mais surtout lui permettent de raconter ce que c’est un papa, le fait d’en avoir 1+1, ou encore zéro comme son amie Cécile.

 

 

Mon arbre – Ilya Green – Ed Didier jeunesse

C’est l’histoire d’un bébé en body bleu à pois blancs, un bébé né dans un arbre et qui cherche son Endroit. On a tous besoin d’un refuge, d’un endroit ou l’on se sent totalement en paix, en sécurité. Ce livre, qui prend soin de nous, nous apporte du réconfort, de la douceur, par son langage poétique, ses mots, ses images, ses couleurs. Il nous invite dans ses bras et dans sa beauté. Love Love, lovons nous !

 

 

Il était une fois… La traversée – Véronique Massenot, Clémence Pollet – Ed Hongfei

La Traversée est remarquable. Dans la jungle, un éléphant veut traverser la rivière. Deux tigres veulent traverser avec lui et montent sur son dos. D’autres animaux veulent faire partie du voyage et forment une pyramide sur l’éléphant, jusqu’à ce que… Je suis absolument convaincue que cette Traversée peut devenir l’un des livres fétiches de votre enfant. Pour son histoire simple et ses illustrations au style épuré. Joli et chouette au premier degré, il est comme un conte peut l’être, riche d’enseignements en seconde lecture. Il ouvre sur de grandes questions de la vie, entraide, générosité, rôle de chacun y compris des plus faibles pour atteindre un but.

 

 

Comment fabriquer son grand frère – Anais Vauguelade – Ed Ecole des loisirs

 

Certes Zuza, l’héroïne, se prend pour Mary Shelley et Victor Frankenstein créant sa créature, et le grand frère qu’elle va fabriquer sera à quelque chose près aussi moche que celle ci, mais ce livre n’est pas une histoire de monstre de plus. Non, c’est un grand livre de 60 pages riches en véritables contenus scientifiques sur le fonctionnement du corps humain, l’anatomie, à la fois très pointu en matière de connaissances et très pédagogique.

 

 

 

Cette rubrique est rédigée par Nathalie Duffort. Elle est formatrice en écriture créative et écriture professionnelle et poète.

http://nathalieduffort.wix.com/cahier-sauvage#!-propos1/c10ej

 

 

————————–

Précédemment :

 

L’art de la fermentation – Luna Kyung et Camille Oger – La Plage – 29.95€

L’art de la fermentation est un livre de 15O recettes empruntées à des traditions culinaires de diverses régions du monde. C’est à la fois un livre de recettes appétissantes et variées, créatives, simples à exécuter, et un livre très instructif et pédagogique. La cuisine peut être un art, et ce livre nous invite à fabriquer nous même nos aliments de base et des plats plus sophistiqués, à notre gout, avec des produits choisis, dans un environnement où l’on chouchoute les bonnes bactéries. L’art culinaire et les savoir faire liés à la fermentation des aliments se sont développés  pour des raisons évidentes : la conservation, les bienfaits pour la santé, et surtout les gouts qu’elle procure, agréables et divers.  En expliquant ce qu’il se passe au travers de la fermentation, on réapprend à cuisiner. On apprend ainsi que pour faire de délicieuses crêpes on ne peut bruler l’étape de fermentation de 24H. Eh oui c’est cette étape cruciale qui donne aux crêpes cette légèreté, ces petits trous caractéristiques. Nous mangeons tous les jours des produits fermentés : le fromage, le vin, le vinaigre, l

Photo C. Oger

a sauce de soja, le pain, le chocolat, le thé noir, le café, la bière, la choucroute… L’art de la fermentation est ancien, très ancien. On a retrouvé  en chine, dans des jarres veilles de 9000 ans, une boisson fermentée à base de riz, de fruits et de miel. La fermentation est un processus de décomposition de la matière organique. Certains aliments sous l’effet d’un ferment vont subir une transformation en profondeur et ainsi changer de gout, de texture, d’odeur et d’apparence. Ainsi l’ail devient vert, le gingembre devient rose. De mignonnes moisissures se forment, des bulles d’air crèvent la surface, et vous contemplez ces transformations chimiques d’un œil amusé, sans impatience, il faut laisser au temps le soin de faire son affaire avant de pouvoir déguster.

Une lettre ça change tout – V.Yagoubi et A Audras – Seuil jeunesse

Pour les 3 à 6 ans

131966_couverture_hres_0Le principe est simple et plaisant. A la question « est ce qu’on s’assoit sur un P oussin ? », votre chérubin répondra bien entendu : « mais non on s’assoit sur un C oussin ». A la question « est ce qu’en grandissant les garçons deviennent des P ommes ? » Il répondra cela va de soi :…….. Ce livre devinette, tout joli, est fait pour jouer avec les lettres, les mots et les images. Jouer en apprenant, ou apprendre en jouant, ou encore jouer tout simplement, car cet album révèle une surprise en bonus : un jeu de mistigri avec des cartes à découper. Fabriqué sur un beau papier cartonné et solide, cet album est fait pour durer : vous savez tous que les bambins ne font pas preuve de grande délicatesse en tournant les pages et que lorsqu’ils aiment un livre, ils peuvent y revenir plusieurs fois par jour. Je suis certaine qu’ils vont beaucoup l’aimer, et que, peut être ce sera le début de leur carrière de spécialiste en contrepèterie. Signé : la poule qui mue ! Et non, on n’accroche pas les poules dans les sapins.

Le jour où j’ai perdu mon temps – A. De Lestrade et J. Ricossé – L’atelier du poisson soluble

temps« Le jour où j’ai perdu mon temps » est un récit fantastique illustré par des images intrigantes qui font un peu peur. Dans la tronche de Julie Ricossé, la dessinatrice, ça ne doit pas toujours être un long fleuve tranquille, ça foisonne, ça pulsionne, ça psychote. Dans le cerveau d’ Agnès de Lestrade, la raconteuse d’histoire, il y a certainement des connexions avec le 9ème univers parallèle. Vous savez bien, celui dans lequel vous n’êtes ni tout à fait le même, ni vraiment différent et dans lequel vous agissez un peu différemment, tout en vous disant que c’est vous, mais pas tout à fait… Ceci nous éloigne un peu du cœur de l’histoire. La voici : un type a perdu son temps, il a du tomber lorsqu’il était au café, et il veut le retrouver. Il passe une petite annonce, un autre type l’a retrouvé et va lui rendre. Mais attention, ce n’est pas un livre pour rire. Il est un peu inquiétant et questionnant. A mettre entre les mains de tous !

Le monstre du placard existe, et je vais vous le prouver – A. Dalle et B. Salamone – Actes Sud junior

9782330066413Cet album est pour nous, les CRAPULES. Sur le plan psycho, hahaha, eh non, ce n’est pas un livre sur nos peurs, nos parts d’ombre…Blablabla. Ok, il y a bien un monstre qui existe, et là, on voit vraiment bien comment il est, quelles sont ses coutumes, où il traîne. C’est un album pour rigoler, tous ensemble. Ce que j’aime chez ses auteurs c’est qu’on sent le vécu d’enfance. On voit aussi qu’ils ont pris plaisir à délirer. L’illustrateur fait preuve d’un très joli coup de crayon poilu. Aucune allusion ici à une quelconque virilité. Mais tout est poilu, la machine à laver, le lit, les murs, les chaussettes, j’en passe ! Les dessins grouillent de détails. Une multitude de choses et de bestioles voyagent avec ces gros machins moches à fourrures. Il y a juste ce qu’il faut de caca-boudin et de trucs cracra. Chaque illustration est foisonnante et jubilatoire. Ce très chouette album se situe dans la grande lignée des classiques de la littérature jeunesse farfelue. On ne peut s’empêcher d’y retrouver la drôlerie qui règne dans Max et les Maximonstres de Maurice Sendak, et un petit air de ressemblance dans la façon de croquer les monstres. Et si vous parents, vous hésitez à l’acheter, sachez que ce n’est pas très malin de votre part, car vos enfants iront le voler.

Bou et le 3 zours – Textes Elsa Valentin – Illustrations Ilya Green – Edition l’atelier du poisson soluble.

bou« L’était une fois une petite Bou qui livait dans la forest avec sa maïe et son païe. Un jour elle partit caminer dans la forest pour groupir des flores.[…] Oussa ma casa ? Il nocte et je me suis perdite… » Voici l’histoire de Bou qui finalement ne cueille pas de fleurs parce qu’elles sont toutes trop belles, se perd, et il se passe ce qu’il doit se passer, mais oui vous connaissez cette histoire, car c’est Bou et qu’elle pénètre dans la maison de Grantours de Mediours et de Chtitours of course ! Ensuite elle retrouve son home sweet. La quête de Bou, c’est la beauté ! Et dans cet album l’illustratrice invite la beauté. Son travail sur la couleur et les contrastes révèle des splendeurs : cet oiseau rouge qui montre à Bou une bunito bellissima flores. Les yeux si grands, si bleus, de Bou couchée dans l’herbe. Entrer en contemplation, le livre entre les jambes, assis-e sur le tapis totalement fasciné-e, à dessiner du doigt les contours des arbres, du soleil, et de la robe de Bou. Pénétrer dans la couleur et faire sonner tous ces mots étranges en cascade…

Buffalo Belle – Olivier Douzou – Ed. du Rouergue

9782812610554Quand Il devient Elle – Quand Elle devient Il. Je suis ce que je suis, je serai ce que je veux dit Buffalo Belle. Il suffit de l’écouter, Buffalo Belle se raconte, dans l’enfance, dans l’adolescence, se révèle sous le trait au fusain d’Olivier Douzou. L’auteur a choisi un langage subtil pour parler de celui ou de celle qui ne peut se définir il ou elle. Et moi, je ne peux pas vous raconter cette histoire, car il n’existe pas de mot dans le vocabulaire pour catégoriser Bufallo Belle. Il existe deux genres à l’état civil et également en grammaire. Il y a peu de livre en littérature jeunesse qui aborde ce que certains nomment le troisième genre. Ce livre ne parle pas de sexualité, il parle de l’identité de genre. Il est poétique et léger, très doux. Il invite à se questionner en dehors des stéréotypes. L’identité de chacun ne se définit pas de façon simple et catégorique. Le langage poétique, celui de ce livre, et de façon générale, permet de s’affranchir des stéréotypes, et d’inventer de nouvelles formes pour se dire et dire. Je suis ce que je suis, je serai ce que je veux.

 

tesson     refuge

« Que celui qui a deux pantalons en vende un et ce procure ce livre », plutôt ces deux livres… ce qui pourrait les relier c’est que leurs auteurs sont des être de nature. J’ai une affection particulière pour la littérature que les américains classent en « Nature writing ». Si la catégorie n’existe pas en tant que telle en France, c’est certainement car notre paysage ne comporte plus de grandes étendues sauvages. Ainsi les écrivains français fans de grands espaces se retrouvent à voyager en Sibérie ou en Islande comme Sylvain Tesson.

Pour ma part, lorsque je lis des romans je privilégie les écrivains de la nature, de la ruralité.

Géographie de l’instant est un livre de notes de voyages, de « choses vues », et de chroniques à lire dans le désordre. Certaines chroniques sont flamboyantes, d’autres un peu passéistes. Néanmoins, Sylvain Tesson est toujours sincère. C’est un bel écrivain migrateur qui regarde librement le monde. Il est à la fois savant et instinctif. Lorsqu’il parle de son rapport à la nature il se réfère aux sciences ou encore à l’histoire, mais il raconte aussi son bonheur à regarder la voie lactée en buvant un pack de bière offert par un habitant islandais croisé sur la route.
Refuge est un livre profondément profond et grave. Où trouver refuge lorsque les eaux du lac salé inondent ton nid, lorsque la maladie accroche ses pinces te faisant perdre toute vie. Une fille, sa mère, des oiseaux sur le lac, célèbrent la mort et la renaissance. Pour une fois je parlerai d’un livre de façon très personnelle. J’ai eu du mal à le lire parce que je suis une fille et que ma mère est malade. Je me suis accrochée, et j’ai pu partager des émotions très fortes avec les personnages en totale empathie. Ce que j’ai aimé aussi c’est découvrir une dimension de la culture et de la religion mormone des habitants de l’Utah qui est venue bouleverser mes représentations sur la religion et la religion mormone plus particulièrement. Au delà des histoires personnelles des humains et des oiseaux, Refuge parle encore des désastres écologiques, et des effets dévastateurs sur la santé des habitants, des essais nucléaires des année 60. Refuge n’est pas un livre militant ou prosélyte, c’est un grand roman poétique pour vibrer, se laisser porter ailes déployées, ou pleurer. Et c’est bon!

Géographie de l’instant de Sylvain Tesson, ed. Pocket.

Refuge de Terry Tempest Williams, ed. Gallmeister

 

A la pleine lune – Poésie – Fadwa Souleimane

Traduction de l’arabe (Syrie) par Nabil El Azan, Edition le Soupirail, 12 €

06_02_2016_Fadwa_Souleimane_Maison_de_la_po_sie  Actrice syrienne, pacifiste, Fadwa Souleimane s’engage ardemment dès les débuts de la révolution syrienne et proteste contre le gouvernement. Elle devient une figure phare de la non violence,  et commence à écrire sur les réseaux sociaux : « Il faut pousser les gens à douter, dans le champ politique comme dans le religieux ». Elle a obtenu l’asile politique en France en 2012.  Nous l’avons invité à Saint Antonin, nous avons pu entendre ses voix, celle de la femme poète, celle de la femme qui prend position avec force et intensité lorsqu’elle raconte son parcours, celui du peuple syrien lorsqu’elle analyse les événements de l’actualité, les printemps arabes, la révolution syrienne, la guerre, les réponses de l’Europe et des USA, le système politique français…

9791093569123  Femme révolutionnaire, femme artiste, femme auteure, cette femme là, connaît l’importance des mots et des actes. Son recueil de poèmes, « A la pleine lune », textes écrits en 2012 et 2013, ne peut se lire en dehors d’un contexte mondial douloureux et chaotique, le nôtre. « A la pleine lune » se lit depuis l’intérieur, avec notre chair, nos sens, nos émotions. Nous passons les frontières, parce qu’elles n’existent plus. Pas plus qu’il n’existe de barrières culturelles. Nous pouvons nous laisser pénétrer par le chant de Fadwa, qui tremble, descend et monte au fil des pages, atteignant des points culminants. A la pleine lune est un seul long poème intense libre. Le poème est l’endroit de la liberté.

  Écrit en langue arabe, « A la pleine lune » est magnifiquement traduit par Nabil El Azan.  Fadwa Souleimane a obtenu en 2016 le prix des Découvreurs pour son recueil ainsi qu’une bourse d’écriture. Elle sera en résidence d’écriture prochainement  à la ferme des Lettres, à l’Honor de Cos.

 

Une balade avec DAME FORET – Stefie Brocoli et Catherine Bidet

Un livre jeu dont tu es le héros – Mango Jeunesse – a partir de 4 ans – 16.95€

dame  C’est toi, toi l’enfant, qui choisit ton chemin. Dame Forêt te mène par la main. Il ne faudrait pas que tu te perdes. Ça te dirait de prendre la route avec elle? Elle sait mieux que quiconque te montrer ce qui n’est pas visible. Elle connaît les saisons et leur rythme, la couleur des cascades, ceux qui se nichent, qui volent ou chassent pour manger. Elle connaît les arbres, la nuit, l’air frais… Qu’y a t-il au Nord? Qu’y a t-il au Sud? Quel animal va tu rencontrer? Qui habite sous la futaie? Tu verras, chaque paysage de la forêt regorge d’une multitudes de détails, tu n’en finiras jamais de parcourir les feuilles de ce livre forêt. Et c’est très joliment dessiné, dans un style naïf, mais très élégant. Les couleurs sont denses et profondes. Rouge éclatant comme les joues de Dame Forêt. Toutes ces nuances de vert bien sur, et ces petites touches de blancs qui animent les robes des animaux, les couronnes des arbres. Grâce à elles, les blaireaux courent, les renards remuent leur queue, les arbres bruissent, les eaux bouillonnent, les oiseaux gazouillent et les grosses bêtes grognent. Et c’est toi, qui compose l’histoire en te promenant. Tu peux aller où tu veux. N’est ce pas merveilleux?

Le Caillou – Sigolène Vinson

Editions le Tripode – 17€

le-caillou_K3WbWj8  Au dos du livre, cette unique phrase: « c’est l’histoire d’une femme qui voulait devenir un caillou. »
Qui pourrait vouloir se métamorphoser en pierre et pour quelles raisons, et quelle histoire se cache derrière cette phrase simple ouvrant sur tous les possibles.
Elle ne révèle en rien la profondeur et l’intensité avec lesquelles l’auteur évoque l’ennui, le désespoir, la vieillesse, l’amour ou encore la perte, dans un style poétique et cru à la fois.
Sigolène Vinson est chroniqueuse judiciaire, et auteur de polars. elle sait raconter des histoires. Elle a le sens de la formule et du dialogue, elle manie l’humour avec tranchant et légèreté. Le Caillou est son premier roman.
L’histoire, c’est celle d’une jeune femme qui fait connaissance avec son vieux voisin. Il meurt. S’accrochant à tout ce qu’elle ne sait pas de lui, elle décide de quitter son canapé et part à Cala d’Orzu en Corse, afin de remonter sa piste.
L’auteur aime ses personnages, des échoués plutôt que des paumés. Une certaine douceur, une étrange beauté, des traces de violence, émanent de ce que j’appellerais un conte philosophique, qui invite au questionnement sans jamais proposer de réponses. Nous faire ressentir est plus important que de nous faire comprendre.
Et ce caillou qui prend forme d’une page à l’autre … Métamorphose annoncée… On ne peut rien dire de plus sans déflorer ce qui est à découvrir.

Designimaux –Un livre à système – Illustré par Ingela P Arrhenius – Animé par l’Atelier Sage

Editions Marcel & Joachim – 14.90 €

DESIGNIMAUX-DEF  Charmant bouquin ! Tout ce que les petits choux et petits poux de trois/quatre ans adorent ! Des scènes à chaque page, dans lesquelles les personnages animaux invitent l’enfant à manipuler les pages de cet album cartonné pour découvrir de petites surprises. Un album aux designs et aux illustrations riches, des histoires simples et douces. Mais cet album possède un intérêt supplémentaire. Celui de nous présenter de façon ludique sept objets du design contemporain inspirés de la nature et du quotidien : la chaise œuf, le canapé marshmallow, la lampe chauve-souris… Vous reconnaitrez certains d’entre eux ou serez étonné de savoir que la chaise tulipe existe.

Dinomania – Un livre en relief – Arnaud Roi – Gwen Keraval

Editions Milan – 22€

dinomaniaUn livre tout en IQUE, OUI, MAGNIFIQUE, SCIENTIFIQUE, HISTORIQUE, FANTASTIQUE. Parce que nous sommes tous fascinés par ces animaux disparus, ces monstres extraordinaires, ce livre en relief, voyage au temps des DINOSAURES, est indispensable. Le parti pris des auteurs est intéressant. Des panneaux tableaux à déplier de 60 cm sur 40cm, et les grosses bêtes en papier découpé nous sautent à la gueule. Mais encore, des données scientifiques sur les espèces, des frises chronologiques, informations vérifiées par Yves Lignereux du muséum d’histoire naturelle de Toulouse. C’est dire que l’on peut en apprendre beaucoup. Interviewé, Arnaud Roi, concepteur et auteur, ingénieur papier, évoque sa fabrication : dans sa forêt primaire, Arnaud réalise une première ébauche. Il se remémore sa période dinosaure, celle par qui tout enfant normalement constitué passe. Il conçoit le livre, dessine les panneaux, choisit et écrit les thèmes des principaux tableaux. Il élabore les panneaux constitués des silhouettes des animaux et des décors de papiers découpés. Il refile le bébé à Gwen, illustrateur qui va déployer ses palettes de couleurs loin des couleurs flashyes propres aux paquets de bonbons : des tons de verts, de bleus, d’ocres, de gris colorés et lumineux. Gwen est très certainement sorti de l’humus à coté de ses frères champignons. Ce livre est un travail de collaboration : il faudra inclure dans l’équipe des rédacteurs pour les données scientifiques et les apports d’Yves du Museum.

dinomania3

Les super pouvoirs de la noix de coco – 200 recettes pour profiter des bienfaits de ce superaliment- Camilla V. Saulsbury

Editions Poche Marabout Santé – 6.99€

9782501100229Toutes les recettes sont sans gluten, sans céréales, sans lactose, sans œufs et 100% VEGAN
Toutes les recettes contiennent du lait de coco ou de la pulpe de noix de coco et encore de la farine de noix de coco ou de l’huile, du beurre de noix du même nom.
200 recettes pour le petit déjeuner, le déjeuner et le diner, salés sucrées, soupes, boissons, pains, desserts tout y est.
« Arbre de vie, aliment qui nourrit toute vie, symbole de fertilité, cet arbre et ses noix ont nourri des populations entières durant des millénaires ». Ce livre se veut un hommage à la déesse coco poilue.
Ce livre est pédagogique, exhaustif, les recettes sont décrites avec précisions et minutie. Elles sont sans complications, utilisent des ingrédients diversifiés et proposent des mélanges appétissants.

 

SHADOWBOX_LIV_COUVERTURE_255_1430743578Je cuisine les œufs, des protéines saines et pas chères – Amandine Geers et Olivier Degorce

Editions Terre vivante – 12 €

Et voici voilà, un vibrant hommage à l’œuf cette fois, loin de tout exotisme cocoesque. L’œuf, un aliment de base lui aussi, cet œuf qui pousse dans nos jardins, sous nos poules nourries de bon grain et de nos épluchures et vieux croutons 100% recyclées. Waouh ! En 45 recettes et avec des images !
Et en première partie, nous allons apprendre ou réapprendre tout ce qu’il faut savoir sur sa conservation, ses caractéristiques, ses modes de cuisson.
Lorsqu’on rentre dans le vif du sujet on se dit que ma foi, ce clafoutis meringué aux aubergines ou cette egg curry soupe pourrait bien être au menu de son prochain repas.
Bon j’ai faim, je cours faire les courses ! A plus !

 

Femmes pirates – un récit historique de Marie Eve Sténut

Editions du Trésor – 16 €

PiratesUn livre d’aventures à déguster, à ne pas laisser pourrir dans un coffre enfoui dans le sable à mille pieds de fond.
En tant que femme, chère lectrice tu pourrais faire ton coming out sans problème en tombant amoureuse de ce jeune corsaire, qui se révèle être une femme, autrement plus séduisant- e que Johnny Deep dans le rôle du caricatural Jack Sparrow. En tant qu’homme, cher lecteur, tu ne comprendrais pas bien ce qui t’arrive lorsque tu commencerais à ressentir des sentiments bizarres à l’encontre de ton compagnon de combat qui bien entendu est une compagnonne. Car ces femmes qui avaient intégré ces équipages de bandits des mers le faisaient en se travestissant. D’où certaines situations rocambolesques émaillant les récits. Péripéties extraordinaires, mais véridiques dans ces histoires, portraits de 13 femmes pirates, corsaires ou flibustières. Flibustières étant le nom donné aux pirates de la mer des Antilles. La différence entre corsaire et pirate résidant dans le fait que le corsaire agit légalement, en tant de guerre, attaquant les navires marchands ennemis.
Alfhild, guerrière et marin viking, et ton équipage de femmes, redoutable et redoutée, je voudrais te dessiner avec ton javelot, ta hache, ton bouclier de tilleul renforcé de fer…
Laî Cho San, reine des pirates de Macao, toi l’infréquentable, qui menace, rançonne, vole, tue, le tout sans idéal, pour ton propre compte, nous connaissons un pan de ta vie, grâce à Lilius, journaliste américain des années 30, que tu laissas embarquer à tes côtés dans tes virées.
Hommage, à toi Rose Bregeon, de Saint Malo qui s’engagea deux fois en tant que corsaire au service de Louis XVI. Ce qui te semblait être un bon moyen de gagner ta vie et de venir en aide à ta mère.
Et que dire des sœurs de la côte, Mary Read et Anne Bonny, de véritables héroïnes de la vraie vie auxquelles s’identifier. Des femmes libres, qui font leur choix, même de mauvais choix, y compris à des places dans lesquelles la société de l’époque ne les attends pas, et qui ne resteront pas, surtout pas, confinées dans des rôles routiniers.

 

Au rayon cuisine

Soupes je vous aime… Originales et singulières aux éditions « Le Sureau », 10€

couv SOUPES 2010C’est gourmand comme dirait l’autre. Avec ses 60 recettes et ses combinaisons d’ingrédients étonnantes, sa traversée des continents et des saisons, ce petit livre propose des recettes raffinées et simples pour des soupes riches et copieuses. Je n’ai pas testé les 2 soupes de luxe, le velouté de lentilles au foie gras ou la fruitée au champagne, mais je voudrais vous parler de la soupe qui, m’a dit mon beau frère turc, est excellente pour la gueule de bois ou le rhume : de l’ail, du thym, de la sauge et du laurier infusés dans de l’eau à verser sur des croutons de pain frits dans l’huile d’olive. Ca ne paye pas de mine, J’ai testé, c’est bénéfique et délicieux. La recette du bortsch n’est pas celle de ma babouchka mais je vous recommande ce pot au feu russe au gite de boeuf et à la betterave. Mises à part les quelques recettes contenant poissons et crustacés, vous trouverez tous les ingrédients nécessaires à la concoction de ces aimables soupes au marché de Saint Antonin.

 

Boulettes et galettes sans viandes aux éditions « La Plage » 9.95€

95216111De très belles photos culinaires illustrent chaque recette et nous invitent à les exécuter. Plaisir des yeux, appel des sens, chaque boulette, chaque galette est une princesse, et il fallait au moins ça pour mettre en valeur ce qui pourrait ressembler à de vulgaires mets bourratifs. Mais ce livre n’est pas uniquement dans l’apparat et tout en esbroufe.

Ces petites choses inventées par Clémence Catz dans son labo du bio sont bien imaginées, équilibrées, rondes, tendres et jolies. En plus elles sont bonnes, j’avais oublié de le mentionner. J’ai testé pour vous le steak végétal pour un burger aux airs mexicains. Pour tout vous dire, d’ordinaire je mange de la viande. Quant à la remplacer par des haricots rouges, j’avais de gros à priori. Mais c’était l’anniversaire de mon amie végétarienne. Et oui, j’ai adapté la recette car je n’avais pas d’algues. Et bien la combinaison de haricots rouges, de poivrons, d’oignons, de piment, liés avec un peu de farine a donné un résultat moelleux, doux et aéré. Ce qui me fait dire que Clémence Catz est une artiste qui sait écrire des recettes de façon précise pour que le résultat soit au rendez vous.

Un petit tour au rayon littérature jeunesse

La nuit quand je dors… Ronald Curchod aux éditions « Rouergue » 18€

la-nuit-quand-je-dors-9782812607059_0Un des atouts de la littérature jeunesse c’est la qualité de ses illustrateurs.

Avec ce livre, sans mots écrits mais pas sans histoire, vous pouvez simplement laisser votre enfant contempler les très beaux dessins de Ronald Curchod dans lesquels il pourra se laisser dériver et rêver d’un commun accord avec l’auteur. Vous pouvez aussi lire ci-dessous mes conseils d’utilisation pour interagir avec votre enfant avec ce livre en support.

Mais avant laissez moi vous raconter la trame de l’histoire : c’est celle d’un petit humain qui s’endort et que l’on voit traverser sa nuit peuplée d’images oniriques étranges et légèrement effrayantes : radis géants, géants poilus, maison à l’envers, garçon chauve souris la tête en bas, icebergs gratte ciels…

Et le petit humain court, descend remonte, vole jusqu’à son lit. C’est l’aube.

Voici donc une petite fiche d’utilisation pour ce livre destinée aux parents et aux animateurs. Ce livre me semble approprié pour des enfants à partir de 5 ans :

Proposer à l’enfant de raconter l’histoire lui-même avec ce que lui suggèrent les images.

Raconter vous-même l’histoire en exerçant votre imagination.

Sortir ce livre le jour où votre enfant vous raconte un rêve, un cauchemar.

Lui proposer de dessiner son rêve. Avec plusieurs enfants on pourrait écrire un nouveau livre dans lequel chaque enfant représente un petit humain à l’intérieur du décor de son rêve.

Faire s’exprimer l’enfant sur son rêve en rapport avec certaines images du livre proches de son rêve.

Et si votre enfant fait un cauchemar vraiment horrible n’oubliez pas de lui dire qu’il faut sortir dehors, crier son rêve au vent et cracher trois fois par terre.

Un livre pas comme les autres

A l’ouest I.Davaine/C.Vuiller aux éditions « 3 fois par jour » 4,50€

9791091623018_1_75Minuscule livre objet, tout est fait pour nous perdre, l’intérêt est dans la chute, mais pas que, c’est une énigme, c’est marrant, se lit en 90 secondes, on y revient car on n’est pas sur d’avoir tout regardé et tout compris. Il faut donc le redéployer, retrouver où l’histoire démarre, reprendre, se contorsionner…

Donc, il vous faudra bien deux fois 90 secondes et vous pourrez vous demander à qui vous pourriez bien l’offrir. Sans doute quelqu’un qui aime le non sens et qui n’a pas de GPS.

 

Les commentaires sont fermés