Rencontre avec la poétesse Valérie Rinaldo

Mise en voix de “Palimpseste” vendredi 1er février à 18h45

Valérie Rinaldo vient nous présenter le 1er février son recueil “Palimpseste” sous la forme d’une lecture par l’auteure, accompagnée de percussion et de chant.

La présentation sera suivie d’un verre de l’amitié pour échanger avec l’artiste et entre vous !

 

Palimpseste

Ce recueil de poèmes édité aux éditions Terre de ciel, s’apparente à un récit poétique qui retranscrit une parole intime. L’auteure part à la recherche de ses racines mais effectue surtout un voyage introspectif.

Le livre est illustré par les toiles de Ginette Adamson. Ces regards croisés entre peinture et poésie permettent au lecteur de faire l’articulation entre ces modes d’expression.

 

Valérie Rinaldo

Valérie Rinaldo est passionnée de poésie. Elle est l’auteure de “Poèmes à Camille Claudel”, “Les frontières du silence” et “Palimpseste”.

Elle a grandi dans le Gers sans jamais oublier ses racines haïtiennes. Après des études de Lettres à Toulouse, elle devient professeure. Agrégée de Lettres modernes, elle enseigne et vit actuellement à Négrepelisse.

La Société des Poètes Français a décerné le Prix Jean Cocteau 2016 à “Palimpseste”.

Ginette Adamson

Ginette Adamson, professeure émérite, a enseigné les littératures francophones à Wichita State University (USA) et à l’Université de Strasbourg. Elle a été présidente et directrice générale du Conseil International d’Études Francophones, a créé et organisé pendant treize ans le colloque international
 «Continental, Latin-American and Francophone Women Writers». Ses articles portant sur les littératures haïtienne, québécoise et française, ont paru aux États-Unis, au Québec, en France et en Angleterre.

Après une carrière de professeur de littérature contemporaine et de chercheur, elle s’installe à Strasbourg en 2003 et se lance dans la peinture.

Elle expose régulièrement en France depuis 2010. Ses œuvres sont également exposées aux Etats-Unis, en Allemagne et en Belgique.

En savoir plus

http://www.editions-terredeciel.com/

 

 

Présentation de “Polina” par Suzanne Ghersenzon Spénale

La rencontre aura lieu mardi 18/12 à 18h, salle des congrès (mairie)

Suzanne Ghersenzon-Spénale nous fait le plaisir de venir nous présenter son nouveau livre, tout fraîchement sorti de l’imprimerie !

Avec Polina – Une Ukrainienne dans la tourmente, Suzanne part à la recherche d’une grand-mère qu’elle n’a jamais connue.

Le livre édité aux éditions Parole paraît le 12 décembre, dans la collection “Main de femme”.

La rencontre aura lieu à la Mairie de St Antonin Noble Val, salle des Congrès, mardi 18 décembre à 18h et sera suivie d’un verre de l’amitié !

Polina, une Ukrainienne dans la tourmente

Polina n’aspirait qu’à être heureuse, modestement. Elle n’avait pas l’étoffe d’une héroïne, mais la droiture, la verticalité d’une femme et d’une mère. Après une enfance à Odessa, la petite Ukrainienne s’est trouvée catapultée en Bessarabie (la Moldavie actuelle). Cette province, constamment tiraillée entre la Russie et la Roumanie, l’a accueillie, l’a charmée, mais l’a finalement broyée. L’histoire personnelle de Polina (1882-1941) accompagne et éclaire de grands moments de l’Histoire.
Après celle de son père, Gricha, dans Celui qui déplaçait les montagnes, Suzanne Ghersenzon-Spénale raconte sa « jeune grand-mère », Polina. L’autrice ne l’a pas connue, mais elle s’est immiscée dans sa vie à travers ce qu’en disait son propre père. Par les voies de la littérature et d’une mémoire collective des événements, elles se sont enfin rencontrées. Leur dialogue nous touche par cette vérité qui résiste au temps et trouve, encore et toujours, ses racines dans l’actualité.

Polina, une Ukrainienne dans la tourmente, éditions Parole, 184 pages, 13€.

Lire un extrait : ici

Suzanne Ghersenzon-Spénale

Suzanne Ghersenzon-Spénale est née en 1939 à Castelsarrasin. Après une carrière d’enseignante, de lectrice passionnée, voire boulimique, elle est passée à l’écriture. Polina est son second ouvrage publié.

 

 

Exceptionnel, venez rencontrer David Diop !

Samedi 24 novembre à 18h30 au Bazart

Il s’agit d’un livre de la rentrée littéraire qui a été particulièrement remarqué. Prix Goncourt des lycéens, “Frère d’âme” de David Diop a été notre coup de Tracteur de cette rentrée ! Il met en scène deux tirailleurs sénégalais pendant la 1ère guerre mondiale. Il s’agit d’un livre époustouflant, dont l’écriture incantatoire vous entraîne dans la folie du narrateur. Folie autorisée, folie inacceptable, horreur de ces jeunes gens jetés comme chair à canon, ce roman incarne la guerre, incarne la vie de ces hommes oubliés.

Chose exceptionnelle, nous vous proposons de rencontrer David Diop samedi 24 novembre à 18h30.

La rencontre aura lieu à la mairie (Salle des Congrès au rdc) de Saint-Antonin-Noble-Val et sera suivie d’un verre de l’amitié.

Frère d’âme

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

“Frère d’âme” est publié aux éditions du Seuil.

176 pages, paru le 16/08/18, 17€.

David Diop

 Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences en littérature du XVIIIe siècle à l’université de Pau, spécialiste des représentations européennes de l’Afrique et de l’Africain au siècle des Lumières. Il est l’auteur d’un premier roman paru en 2012 à L’Harmattan, 1889. L’attraction universelle.

Dans la presse

Gladys Marivat Le Monde des Livres
“Et c’est bien le sens, en creux, de ce formidable roman sur la Grande Guerre, qui rappelle que les histoires seront toujours une ressource pour l’homme. ”

Tahar Ben Jelloun Le Point
“Ce roman est une merveille. Écrit dans un style simple, presque naïf, mais étonnant, il nous raconte la tragédie des tranchées avec une délicatesse émouvante.”

Sylvie Tanette Les Inrocks
“Un questionnement philosophique sur la trahison et la loyauté. Mais aussi un texte sur l’émigration, un voyage dans l’âme écrasée de chagrin de celui qui choisit de partir, et une magnifique parabole sur l’impossibilité du retour.”

Nathalie Crom Télérama
“A travers la dérive confessée de son narrateur, Frère d’âme, roman humaniste et éprouvant, interroge l’illusoire légitimité de la violence, les séquelles psychologiques et surtout morales du basculement dans la férocité. Des questionnements que la voix si incarnée d’Alfa investit d’une intimité, d’une intériorité poignantes.”

Frédérique Roussel Libération
“[Un] texte d’une puissance déchirante…”

Que Lire ? Livres Hebdo
“Ce texte puissant, hypnotique et ténébreux nous emporte comme une tornade. […] Epoustouflant !”

Jérôme Garcin L’Obs
“[…] une langue obsédante, chantante, gorgée de métaphores et d’allégories.”

Mediapart
“Parmi les innombrables parutions de cette rentrée littéraire, le roman de David Diop marque d’ores et déjà notre présent par sa splendeur et la force de sa proposition.”

Elisabeth Barillé Le Figaro Magazine
“L’auteur n’oppose jamais les bons aux méchants, les Blancs aux Noirs, l’innocence au crime, la trahison à l’amitié, il les mêle dans un même chant, troublant ­d’humanité.”

Muriel Steinmetz L’Humanité
“[…] un style puissamment rythmé, en même temps classique et moderne, semé d’images fortes et parlantes.”

Baptiste Liger Lire
“Au-delà de la réflexion sur la violence et l’amitié absolue, Frère d’âme interroge sur les rapports ambigus entre la France et l’Afrique coloniale, à la fois si éloignées et pourtant si proches.”

En savoir plus

La Grande Librairie

https://next.liberation.fr/livres/2018/09/21/la-grande-guerre-d-un-tiraille-senegalais_1680333

https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/david-diop-subvertit-le-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale_5354283_3260.html

http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2018/09/19/david-diop-frere-dame/

 

Rencontre avec la réalisatrice Marie-Monique Robin

Au cinéma de Caussade, le 17 octobre à 20h30

Journaliste d’investigation, réalisatrice et auteure, Marie-Monique Robin vient présenter son film « Qu’est-ce qu’on attend ? » à Caussade.

La projection sera suivie d’un débat et d’une séance de dédicace. La librairie sera présente avec une sélection de DVD et de livres de Marie-Monique Robin.

Cette rencontre a lieu dans le cadre du programme d’animations « Quand le plan climat passe à table », organisé du 1er au 21 octobre par le Pays Midi-Quercy, en partenariat avec les communautés de communes de son territoire, afin de se mobiliser pour la transition énergétique.

 

 

Marie-Monique Robin en deux mots (ou presque !)

Marie-Monique Robin par Solène Charrasse

Journaliste d’investigation, réalisatrice et écrivaine, Marie-Monique Robin a reçu le prix Albert-Londres en 1995.

Depuis 1989, elle a réalisé une quarantaine de films d’investigation. Ses films, qui sont souvent le fruit d’une longue enquête de terrain, offrent un regard critique sur la situation des droits de l’homme dans différentes régions du monde et sur l’environnement.

Marie-Monique Robin est également l’auteure de plusieurs essais. C’est une des particularités de son travail d’investigation : chacun de ses livres raconte en détail l’enquête menée à l’occasion de ses films et approfondit son propos par un complément documenté.

 

 

 

Qu’est-ce qu’on attend ?

Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune  française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit !

“Qu’est-ce qu’on attend ?” raconte comment une petite ville d’Alsace de 2 200 habitantsUngersheim s’est lancée dans la démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique. Cette démarche englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école…

Quelques livres de Marie-Monique Robin

      

   

En savoir plus

Cinéma de Caussade : 05 63 93 21 44 http://cinemacaussade.com/

La bande annonce du film “Qu’est-ce qu’on attend” : https://vimeo.com/183460957

Le site de Marie-Monique Robin : https://www.mariemoniquerobin.com/index.html

Tous les évènements du programme d’animations culturelles « Quand le plan climat passe à table » sur http://www.gorges-aveyron-tourisme.com

Le dossier de presse : https://www.mariemoniquerobin.com/wa_files/dossierdepresse-questcequonattend-ok.pdf

 

 

 

David DIOP vient nous rendre visite le 24 novembre !

Nous avions eu le coup de cœur pour “Frère d’âme” aux éditions du Seuil et David Diop avait tout de suite répondu présent pour une rencontre. La date arrêtée est le 24 novembre.

Nous sommes heureuses de savoir que, depuis, “Frère d’âme” remporte l’adhésion des jurys des prix de l’automne : il est en lice pour les Prix Goncourt et Prix Goncourt des lycéens, le Prix Femina, le Prix Médicis,  les Prix Renaudot et Renaudot des Lycéens, le Prix Révélations de la SGDL [Société des Gens de Lettres], le Prix Malraux, le Prix Patrimoines/BPE, le Prix des lecteurs de l’Escale du Livre ainsi que le Prix du Style. (source : Actualitté)

Mais le Prix que David Diop convoite le plus c’est celui du Tracteur Savant ! 

Rencontre exceptionnelle avec Stéphane Servant !

Nous avions adoré SIRIUS et nous rêvions d’organiser un événement autour de ce livre et de Stéphane Servant.

Notre rêve va devenir réalité le 28 septembre prochain et nous vous invitons à le partager avec nous !

La rencontre… dans une grotte

Pour un livre qui nous avait frappé autant, on souhaitait une rencontre atypique. Alors, avec nos amis de La Caverne, nous vous invitons vendredi 28 septembre à partir de 18h30 pour une rencontre en musique. Questions par François-Henri Soulié, lecture d’extraits par Stéphane Servant et en musique par Jean-Marc Parayre seront au programme, tout ceci dans une grotte !

Le livre

Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive !

Le livre édité aux éditions du Rouergue a reçu le Prix Sorcières, catégorie Carrément passionnant maxi et le Prix Chapitre Nature 2018, catégorie roman jeunesse.

Bien que classé dans la catégorie “ados”, ce livre peut être lu avec grand plaisir par les adultes. Et c’est aussi ça qui est formidable avec “Sirius”, c’est qu’il s’agit d’un livre à partager entre générations !

Le lieu

La Caverne est un rêve imaginé par une bande d’amis un peu fous qui ont décidé de dédié ce lieu unique à l’échange d’émotions artistiques et à l’esprit de création. Cet espace est réservé aux amis de l’art et de la culture, sur invitation.

Elle se situe route de la Madeleine, sur la commune de Penne. Pour s’y rendre, prendre la direction de Bruniquel, ne pas entrer dans le village mais franchir le pont (vous traversez donc l’Aveyron). Tout de suite après le pont, suivre la route sur la droite. Continuer sur 800 mètres, La Caverne sera sur votre gauche (et l’Aveyron sur votre droite). C’est clair ? N’oubliez pas votre petite laine, La Caverne n’est chauffée que par la chaleur humaine, ce qui est déjà beaucoup mais pas toujours suffisant…

Stéphane Servant

Depuis une dizaine d’années, Stéphane Servant trace une route singulière et exigeante dans le paysage de la littérature jeunesse. Il est l’auteur d’une trentaine d’albums et de romans, souvent imprégnés du merveilleux des contes, chez des éditeurs tels que Didier Jeunesse, Thierry Magnier, Gallimard, Actes Sud Junior ou Le Rouergue, chez qui il publie notamment ses romans pour adolescents et jeunes adultes. Il a été lauréat de nombreux prix : Incorruptibles, Chronos, Farniente, Épopée, etc.

Après des études de littérature anglophone, Stéphane Servant a été intervenant artistique en milieu scolaire et associatif. Il s’est ensuite aventuré dans le développement culturel, les arts du cirque, le graphisme, l’illustration de presse. Il se consacre aujourd’hui pleinement à l’écriture d’albums jeunesse et de romans.

 

Jean-Marc Parayre

 

Les instruments joués par Jean-Marc Parayre ? Il faudrait un carnet entier pour les citer ! Pour faire bref : flûte, piano, batterie, accordéon diatonique et chromatique, vielle à roue, bodega (grande cornemuse du Haut Languedoc), cornemuses, nyckelharpa, violon, euphonium…

Touche-à-tout génial de la musique, formé à l’enseignement classique, Jean-Marc Parayre a éclaté son horizon en se frottant aux instruments non enseignés dans les conservatoires, mais aussi en s’intégrant au monde du cirque (“Cirque bidon” en Italie).

Il a participé à la création de différents collectifs d’artistes et notamment la “Cie des frères Locomotive” car il s’intéresse aussi au Théâtre forain et de rue.

Depuis plusieurs années Jean-Marc accompagne les lectures de Stéphane Servant au travers de performances, de « lectures en musiques pour petites personnes et grandes oreilles » et récemment de livres disques.

Dans la presse

Liens

http://stephaneservant.over-blog.com/

https://lacaverne.wixsite.com/lacaverne

https://www.lerouergue.com/fabrique/un-road-trip-post-apocalyptique

Rencontre dédicace avec Une blonde au bled

Dimanche 19 août de 10h30 à 12h30

Venez rencontrer “Une blonde au bled” pour sa BD “Une jeunesse kabyle” publiée aux éditions de L’Harmattan.

La BD

Pour Mourad, Areski, Akli et Louisa, qui ont choisi de s’exiler en France, les souvenirs de la Kabylie des années 90 refont surface en même temps que de vieilles photos. Les amis revoient leur jeunesse et leurs années étudiantes : entre la menace des islamistes du FIS, la pression de l’armée et les dangers quotidiens, ils ont pourtant vécu leurs histoires d’amour et d’amitié, engagés pour une Algérie démocratique et multiculturelle.

 

 

 

 

   

Une jeunesse kabyle écrit et illustré par “Une blonde au bled”, 192 pages, noir et blanc, 17X24 cm, Ed. L’Harmattan BD, 9.90€.

En savoir plus

TV5 Monde : https://www.youtube.com/watch?v=VNqDmzIHSbE

Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/cedric-lepine/blog/250118/regards-kabyles-sur-les-annees-1980-1990-en-algerie

 

Rencontre dédicace avec Samuel Figuière

Nous avons le plaisir de recevoir Samuel Figuière, auteur illustrateur de bande dessinée pour la sortie de son nouvel album NENGUE, l’histoire oubliée des esclaves des Guyanes. Ce roman graphique historique a été réalisé en collaboration avec Stéphane Blanco aux éditions Steinkis.

 

 

 

 

 

 

 

Venez le rencontrer et profitez-en pour vous faire dédicacer un album ! Ses autres titres seront également disponibles à la librairie.

 

 

Samuel Figuière

Samuel Figuière est illustrateur, scénariste et coloriste de BD.

Après un bac littéraire, Samuel part étudier la bande dessinée en Belgique à l’école Saint-Luc. Son diplôme en poche, il quitte le vert berceau de la BD franco-belge pour les calanques marseillaises où il suit des cours avec l’auteur Yann Valéani du Zarmatelier. Aussi passionné d’écriture que de dessin, il est selon les projets, scénariste, dessinateur, coloriste ou les trois à la fois ! Il a notamment collaboré à une adaptation du roman de Renart et plusieurs adaptations de romans de Jules Verne avant de se lancer dans des projets plus personnels.

 

 

Parmi ses autres publications

 

 

  

 

Rencontre et dédicace avec Claire Garralon

Dimanche 5 août de 10h30 à 12h30

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Claire Garralon. Cette auteure illustratrice jeunesse se distingue par sa fraîcheur et ses couleurs franches. Un univers joyeux où le jeune enfant peut s’interroger et enrichir sa curiosité du monde. Poésie et humanité côtoient poules, canards ou chats. Au Tracteur Savant, on aime beaucoup son travail !

Qui est Claire Garralon ?

Installée à Toulouse, Claire Garralon est auteure illustratrice de nombreux albums pour enfants. Elle accompagne ses albums de rencontres avec le jeune public, dans les écoles, les crèches, les librairies et les bibliothèques.

Un brin solitaire, elle est toujours restée attentive aux autres et interroge souvent dans ses livres ce principe d’altérité. L’océan, les pins et le temps qui s’écoulait doucement l’ont élevé vers une sensibilité contemplative, faite d’étonnement et de naïveté, mais aussi d’indignations et d’engagements. De sa terre gasconne natale, elle conserve un attachement fort à un environnement respecté où l’homme est lui même respecté. Elle construit un univers sensible, dans lequel ses jeunes lecteurs glissent d’eux-même. Car si ses histoires sont profondes, elle choisit des mots simples qui ne laissent jamais indifférent.

Les Beaux-Arts à Bordeaux, puis la faculté d’Arts Plastiques à Toulouse, ont complété sa démarche intuitive et inspirée. Sans moralisme et sans concession, ses textes et illustrations sont les pépites d’un environnement.

Ses albums

   

C’est ma mare a reçu le prix littéraire Bébé Bouquine 2018 de Boulogne-Billancourt.

  

En savoir plus

Le site de Claire Garralon

Les éditions Memo