Rencontre avec Cédric Le Penven

Vendredi 8 novembre à 19h

je trace des lignes invisibles dans le verger. J’imagine qu’elles accrochent les herbes humides, les troncs à chaque virage

tout un périmètre d’inquiétudes et de marmonnements où croissent des racines et chahute un crâne

je marche dehors en pleine nuit parce qu’il y a trop à faire à l’intérieur 

C’est autour de son livre Verger publié aux éditions Unes que nous avons le plaisir d’accueillir le poète Cédric Le Penven.

Un ouvrage à la lisière entre journal et poésie, qui interroge la notion du temps, qui parle de l’apaisement par la contemplation. Un livre qui est un regard posé sur les choses minuscules mais qui font le bonheur d’être au monde.

Verger est un de nos coups de cœur et nous vous invitons vivement à rencontrer celui que Joseph Ponthus considère comme “le plus grand poète français vivant” !

L’auteur

Cédric Le Penven est né en 1980. Agrégé de Lettres Modernes, il vit et enseigne dans le Sud-Ouest de la France. Spécialiste de l’œuvre poétique de Thierry Metz, il a publié une dizaine de recueils où se développe une interrogation du biographique dans le monde, entre réminiscences et voyages, quotidien et introspection.
Il a obtenu le prix Voronca en 2004 pour Elle, le givre, paru aux éditions Jacques Brémond, et le prix Yvan Goll pour son recueil Nuit de peu, paru aux éditions Tarabuste en 2016. 

Présentation de “Verger”, éditions Unes

Le verger n’est pas une métaphore, c’est un rapport au monde. Une attention constante au soin, à la forme des fruits, à la hauteur et la direction des branches. Une attention à des cycles plus vastes que l’homme. Faire croître c’est avoir conscience de l’environnement : pruniers, abricotiers, cerisiers, chaque arbre porte son caractère, sa nature. Patience, attention et gestes sûrs sont nécessaires à leur apprivoisement. Cédric Le Penven pèse les heures dans ce livre rythmé par l’écoute des branches et la récolte silencieuse de leurs fruits. Face à l’immobilité apparente de ces arbres, à leur impassibilité, on presse notre fatigue, notre porosité. Dans le fourmillement de vie, de plantes et d’insectes, on reste malgré tout des intrus, comme si notre capacité à englober toutes ces vies dans notre conscience et dans nos gestes nous en excluait.

2019, imprimé en typographie ; 80 p., 15×21 cm, 16 €


En savoir plus

https://www.editionsunes.fr/catalogue/c%C3%A9dric-le-penven/verger/

Soirée poésie avec les éditions Les Autanes

Vendredi 29 mars à 19h à la librairie

Les éditions Les Autanes ont récemment publié deux ouvrages de poésie mettant en valeur Lilette et Jean Malrieu.

Nous vous proposons une soirée conviviale pour découvrir ces deux livres présentés par Luce Van Torre, éditrice. Des extraits seront lus, ponctués d’air de jazz joués par deux jeunes musiciens Ismaël (guitare) et Arthur (saxophone alto).

Nous terminerons la soirée par un verre de l’amitié. L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

Lilette Malrieu

Jean Malrieu est connu en tant que poète d’œuvres majeures et son travail fut récompensé par des prix prestigieux (Prix Apollinaire, Prix Artaud).  Mais ce qui fut oublié, c’est que Lilette créa également une œuvre poétique. Dès 1939, et tout particulièrement dans les années 1950, elle écrivit des poèmes, entraînée, soutenue, conseillée par Jean. Et elle fut publiée dans la revue marseillaise Les Cahiers du Sud, au côté de grands poètes et écrivains de cette époque.

Marie-Thérèse Brousse, jeune violoniste de 22 ans, rencontre, au printemps 1934, le poète Jean Malrieu. Elle devient dès cette date « Lilette » sa compagne, son inspiratrice. Elle appartient à une famille de la petite bourgeoisie du sud-ouest (Figeac et Montauban) et reçoit une éducation conforme à son milieu, apprend le violon et l’enseigne. Sa rencontre avec Jean Malrieu, d’origine montalbanaise, va profondément bouleverser le cours prévisible de sa vie. Elle devient sa femme en 1938. Leur fils, Pierre, naît en 1943. Une vie commune qui se déroule essentiellement à Montauban, à Marseille et enfin, dans le Tarn, à Penne-du-Tarn puis à Bruniquel. Elle s’interrompt en 1976 à la mort brutale de Jean Malrieu.

Des inédits de Jean Malrieu

L’œuvre poétique de Jean Malrieu (1915-1976) a fait l’objet de multiples publications.  Mais de nombreux écrits, relevant d’autres genres littéraires que la poésie sont encore inédits, présentant pourtant un intérêt certain pour la connaissance du poète. Ces carnets de guerre en sont un bon exemple. Ils ont été écrits par Jean Malrieu de septembre 1939 à août 1940, durant sa mobilisation sur le front de l’Est, pendant la seconde guerre mondiale.

Jean va décrire au jour le jour, durant ces douze mois, le quotidien des soldats de sa compagnie. Il nomme les différentes villes par lesquelles passe l’armée, décrit les paysages, dresse des portraits des habitants rencontrés, mais aussi de ses compagnons d’arme. À travers ses écrits se découvrent les conditions de vie surprenantes des soldats mais aussi les faiblesses, les dysfonctionnements et les incohérences de l’armée française elle-même qui vont conduire à la débâcle et à l’occupation d’une partie du territoire par l’armée allemande en 1940 puis en totalité en 1942. À travers ces récits, Jean Malrieu se dévoile aussi. Il reconnait volontiers, avec joie dit-il, que cette vie particulière dans cette communauté d’hommes qui affronte la peur, la violence, la mort, l’a transformé. Il y a trouvé sa place, jouant souvent le rôle de boute-en-train, se surprenant lui-même d’être jovial et de devenir sociable. Se mélangent à la simple relation du quotidien, des poèmes, des extraits d’un roman qu’il entreprend d’écrire, des lettres envoyées à son épouse Lilette, des bulletins de renseignements de l’État-Major. Tout cela dans une écriture alerte qui fait la part belle aux dialogues.

Rencontre avec la poétesse Valérie Rinaldo

Mise en voix de “Palimpseste” vendredi 1er février à 18h45

Valérie Rinaldo vient nous présenter le 1er février son recueil “Palimpseste” sous la forme d’une lecture par l’auteure, accompagnée de percussion et de chant.

La présentation sera suivie d’un verre de l’amitié pour échanger avec l’artiste et entre vous !

 

Palimpseste

Ce recueil de poèmes édité aux éditions Terre de ciel, s’apparente à un récit poétique qui retranscrit une parole intime. L’auteure part à la recherche de ses racines mais effectue surtout un voyage introspectif.

Le livre est illustré par les toiles de Ginette Adamson. Ces regards croisés entre peinture et poésie permettent au lecteur de faire l’articulation entre ces modes d’expression.

 

Valérie Rinaldo

Valérie Rinaldo est passionnée de poésie. Elle est l’auteure de “Poèmes à Camille Claudel”, “Les frontières du silence” et “Palimpseste”.

Elle a grandi dans le Gers sans jamais oublier ses racines haïtiennes. Après des études de Lettres à Toulouse, elle devient professeure. Agrégée de Lettres modernes, elle enseigne et vit actuellement à Négrepelisse.

La Société des Poètes Français a décerné le Prix Jean Cocteau 2016 à “Palimpseste”.

Ginette Adamson

Ginette Adamson, professeure émérite, a enseigné les littératures francophones à Wichita State University (USA) et à l’Université de Strasbourg. Elle a été présidente et directrice générale du Conseil International d’Études Francophones, a créé et organisé pendant treize ans le colloque international
 «Continental, Latin-American and Francophone Women Writers». Ses articles portant sur les littératures haïtienne, québécoise et française, ont paru aux États-Unis, au Québec, en France et en Angleterre.

Après une carrière de professeur de littérature contemporaine et de chercheur, elle s’installe à Strasbourg en 2003 et se lance dans la peinture.

Elle expose régulièrement en France depuis 2010. Ses œuvres sont également exposées aux Etats-Unis, en Allemagne et en Belgique.

En savoir plus

http://www.editions-terredeciel.com/

 

 

Cédric Le Penven, poète

Dans le cadre du Printemps des Poètes, nous aurons le grand plaisir d’accueillir Cédric Le Penven, vendredi 10 mars à 18h30, pour la présentation de son dernier ouvrage “Joachim” (ed. Unes).

Poète, Cédric Le Penven est un “enfant du pays”. Dans ce recueil de poésie, il nous emmène vers La Gourgue, lieu bien connu des habitants du secteur mais ici espace de tension et de sensiblité.

La rencontre sera suivie d’une dédicace et d’un verre de l’amitié.

L’auteur

Cédric Le Penven est né en 1980. Après des études de Lettres à Toulouse et notamment une maîtrise sur l’œuvre poétique de Thierry Metz, il devient professeur. Agrégé de Lettres Modernes, il enseigne et vit actuellement dans le Sud-Ouest de la France.
Certains de ses poèmes ont paru dans les revues Poésie Première, Décharge, Arpa, Souffles, Friches, Rétroviseur, Jointure, Coup de Soleil, Lieux d’Etre, Froissart, Jardin d’Essai, Contre-Allées. Et ses recueils ont paru chez Tarabuste, Jacques Brémond, Encres Vives ou éditions Unes.

 

Le livre “Joachim”

Joachim s’ouvre en vers brefs, comme pour mesurer le franchissement de la pudeur : l’attente d’un enfant longtemps espéré, si difficile à venir. Angoisse du futur face à l’angoisse de l’enfance, face à cette possibilité ouverte devant soi d’être un père autre. Fragilité et bouleversement jusque dans les pronoms personnels qui changent et glissent d’un poème à l’autre, dans l’incertitude d’être soi face à l’enfantement. L’écriture se dépouille, délaisse obscurité et métaphores pour avancer frontalement vers le lecteur dans une quête de clarté des objets, comme si pour habiter le monde, tendre vers l’autre, il se manifestait un refus de dissimulation. A travers le lieu de La Gourgue ensuite, lieu à la fois réel et littéraire, sensible et symbolique, Le Penven développe une géographie intime, dans une tension entre la fugacité des perceptions – terres humides, lumière à travers les branches, eau fraîche du ruisseau, odeurs des bois – et l’extériorisation du souvenir par le mouvement physique et l’exténuement de l’effort physique, qui empêche la réminiscence des rancoeurs d’étouffer à l’intérieur de soi, après avoir plongé au fond de la mémoire, de sa noirceur. La Gourgue est un lieu, mais aussi un langage, l’invitation à nommer ce qui nous entoure, découvrir le nom des choses pour les identifier en nous, les reconnaître puis les transmettre. Voir le monde, le fait de se mouvoir dans le monde, comme un enfant se découvre. Un lieu, un poème, un enfant contre une colère.

Joachim, editions Unes, 19€.

Bibliographie de Cédric Le Penven

Adolescence florentine, Tarabuste, 2012
Elégies Barbares, éditions Rafaël de Surtis, 2010
Lieux de corps : lieux de mots, éditions Blanches, ouvrage collectif, 1998
Menus Travaux, éditions Tarabuste, 2009
L’Immobile serti de griffes, Encres Vives, 2008
Elle, le givre, Prix Voronca 2004, éditions Jacques Brémond, 2005
Ile de Cythère, à l’aube, Encres Vives, 2005
Orage, Prix de poésie de la ville de Béziers, éditions Editinter, 2000

Les idées cadeaux du Tracteur

Vous manquez d’inspiration ? Pas de souci, Le Tracteur Savant est là !

Pour le jeune public :

dinomania   balade-avec-dame-foryot superbeige_couv_grand 9782330056018

9782756075839_1_75 51k0UXe3sgL._SX358_BO1,204,203,200_

Pour les ados :

51FFshzKXcL._SY344_BO1,204,203,200_   wonder   51bC87jz6SL  dessiner-les-mangas-eyrolles  51cmyoYBiUL._AC_UL320_SR218,320_

Pour les fauchés (mais qui veulent faire des cadeaux originaux) :

9791091623018_1_75 786_9782844145703FS

Pour les bricoleurs :

9782841386055_1_75     9782841385652-gd  bricolages-ecologiques-et-malins.net

Pour les gourmands :

9782360981779_1_75  1433510884-gd  cadeaux_gourmands9782501109499-001-X_0

Pour les amateurs de BD :

003598037  zai0_  les-vieux-fourneaux-tome-1-ceux-qui-restentles-vieux-fourneaux-tome-3-celui-qui-part

tcherno  album-cover-large-25490 Les_equinoxes 9782369811244_cg

Pour les jardiniers :

12773_1 51aLKlzVj8L  potager-pour-nourrir-ma-famille-14233-300-300 de-mmoire-dglantine-vol16

Pour les amateurs de manga (à partir de 16 ans) :

5092_36xy   bn14_demokratia01  10717842 000630485

Pour les poètes :

105400397_o   9788361488774_1_75

Pour ceux qui ne manquent pas d’humour :

35219484_8024027 carnet-les-bons-mots-d-excuse-pour-automobile-serge-morin renard_couv

Pour les amateurs d’art et d’archéologie :

Villes_en_ruines_vignette_9290051189  2205201922  palette-art_et_bd-couverture cezanne

 

Et pour ceux qui hésitent encore… il y a des “bons cadeaux” !

Sarah Turquety au Tracteur Savant

Un grand merci à Sarah Turquety qui est venue faire une lecture et présenter une nouvelle publication à laquelle elle a participé : la revue Bacchanales.

bacchanales

Cette revue, dont la thématique de ce dernier numéro est “la guerre et la paix” présente un panel de poètes contemporains, dont Sarah Turquety.

Les textes lus par Sarah Turquety sont le fruit d’un long travail d’élaboration, mûrement épuré.

Pour les livres-CD La Tresse et le Silence des pierres, Sarah a travaillé avec Ingrid Obled une électroacousticienne.

Vous pourrez retrouver ces écrits à la librairie.

sarah-tracteur

Sarah Turquety le 14 décembre au Tracteur Savant

 

Dimanche 14 décembre, 11h – Lecture-dédicace de Sarah Turquety

sarahLa Revue Bacchanales est outil essentiel de diffusion de la poésie contemporaine sous toutes ses formes. Offrant de l’aide aux poètes émergents et recherchant toujours des lecteurs de poésie, la revue compte à ce jour, reconnus ou méconnus, plus de 1500 poètes publiés. Cette revue est diffusée dans de nombreux salons ou manifestations, bibliothèques, librairies et abonnés. La maison de la poésie Rhône-Alpes édite Bacchanales depuis 1992 avec environ deux numéros par an. La singularité de la revue est de répandre l’écho actuel de la poésie dans la région, mais aussi plus largement en France et à l’étranger. Les 21 premiers numéros et le numéro 23 sont édités en feuillets, le numéro 22 et tous les numéros à partir du 24 sont brochés. Le format de la revue est en 15 x 29,5 et chaque numéro est illustré par un plasticien différent.

Bacchanales n°51 Novembre 2014

Sur la guerre et la paix”
86 poètes d’aujourd’huibacchanales
Couverture, illustrations et hors-texte :
 Ali Silem
240 pages • Prix : 20 €

Sarah Turquety, née en 1980, écrit, réalise des actes poétiques entre composition et improvisation, autour de ses axes de recherche : la féminité, l’envers, l’ellipse, la notion d’altérité, la création d’espaces sensibles. Elle aime les échanges avec d’autres artistes, plasticiens, tels Bruce Clarke ou Melanie Gabu, musiciens, tels le bassiste Thierry Sterckval ou Ingrid Obled, compositrice de musique électroacoustique, avec laquelle elle a réalisé deux livres-CD, Le souffle des pierres, La tresse. Elle s’investit tout particulièrement sur son lieu de vie, à la frontière entre le Lot, le Tarn et le Tarn-et-Garonne, proposant happenings, rencontres, ateliers.