Rencontre avec Titiou Lecoq

Samedi 30 novembre à 18h30

Parce qu’il a réussi sa vie en passant son temps à la rater, Balzac est mon frère.

Nous avons eu un coup de cœur pour Honoré et moi. Avec verve et humour, Titiou Lecoq raconte la vie d’Honoré de Balzac qui fut aussi un looser magnifique et un personnage très attachant. Comme Titiou est un fille vraiment sympa, elle a accepté notre invitation et nous sommes ravies !

Alors, venez venez samedi 30 novembre, ce sera rudement bien !

Honoré et moi

À la suite du succès de son livre Délivrées ! Titiou Lecoq ne va pas bien. L’époque lui dicte de réussir, elle réussit. Mais pourquoi est-ce que cela ne la rend pas heureuse ?
Un jour, pour tromper la déprime, elle décide de visiter la maison d’Honoré de Balzac. Une rencontre s’opère. Une révélation également. Balzac, que Victor Hugo désignait comme « le travailleur puissant et jamais fatigué », n’est pas seulement ça. Il existe un Balzac intime, humain, fatigué, qu’on pourrait nommer le plus grand poissard de l’histoire littéraire. Et pour une société comme la nôtre, obsédée par l’idée de réussite, c’est un flamboyant contre-exemple. Alors, il devient son alter ego…

Honoré et moi par Titiou Lecoq, éditions L’iconoclaste, 256 pages, 18€

Extrait

« Il y a deux tartes à la crème concernant Balzac : il buvait trop de café et sa mère était une mégère hystérique. Cette dernière affirmation rejoint une règle plus ou moins implicite en littérature qui veut que les écrivains ont soit une enfance heureuse, soit une mère méchante. Or il se trouve que plusieurs lettres de Balzac dressent un portrait effroyable de sa mère. […] Balzac a alors 43 ans. Malgré les montagnes d’argent que lui ont rapportées ses succès littéraires, son statut de star de l’époque, son portrait dans les journaux, il faut dire les choses simplement : il est ruiné. […] Il lui faut donc un bouc-émissaire et sa mère semble toute désignée pour le rôle. Il écrit alors de longues lettres dans lesquelles il charge sa mère en racontant sa vie passée selon une nouvelle trame narrative. Quand on peut réécrire ses livres, pourquoi ne pas réécrire sa vie ? »

Titiou Lecoq

Titiou Lecoq est féministe, romancière et essayiste. Elle a notamment publié Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale (Fayard, 2017 ; Le livre de poche, 2019) et Les Morues (Au diable vauvert, 2011 ; Le livre de poche, 2013). Elle collabore à plusieurs médias, dont Slate, et anime un blog, Girls and Geeks.

« Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec la “Comédie humaine”, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac”.

En savoir plus

Sa bibliographie, en vrac…

Les morues(Au diable vauvert, 2011 ; Le livre de poche, 2013)

Libérées, le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale(Fayard, 2017 ; Le livre de poche, 2019)

La théorie de la tartine (Au diable vauvert, 2015 ; Le livre de poche, 2016)

Chroniques de la débrouille (Le livre de poche 2015) (paru chez Fayard sous le titre de Sans télé, on ressent davantage le froid, 2014)

Encyclopédie de la webculture (Robert Laffont 2011)

Kata Sutra, la vérité crue sur la vie sexuelle des filles (Jacob Duvernet 2009)


Rencontre avec Cédric Le Penven

Vendredi 8 novembre à 19h

je trace des lignes invisibles dans le verger. J’imagine qu’elles accrochent les herbes humides, les troncs à chaque virage

tout un périmètre d’inquiétudes et de marmonnements où croissent des racines et chahute un crâne

je marche dehors en pleine nuit parce qu’il y a trop à faire à l’intérieur 

C’est autour de son livre Verger publié aux éditions Unes que nous avons le plaisir d’accueillir le poète Cédric Le Penven.

Un ouvrage à la lisière entre journal et poésie, qui interroge la notion du temps, qui parle de l’apaisement par la contemplation. Un livre qui est un regard posé sur les choses minuscules mais qui font le bonheur d’être au monde.

Verger est un de nos coups de cœur et nous vous invitons vivement à rencontrer celui que Joseph Ponthus considère comme “le plus grand poète français vivant” !

L’auteur

Cédric Le Penven est né en 1980. Agrégé de Lettres Modernes, il vit et enseigne dans le Sud-Ouest de la France. Spécialiste de l’œuvre poétique de Thierry Metz, il a publié une dizaine de recueils où se développe une interrogation du biographique dans le monde, entre réminiscences et voyages, quotidien et introspection.
Il a obtenu le prix Voronca en 2004 pour Elle, le givre, paru aux éditions Jacques Brémond, et le prix Yvan Goll pour son recueil Nuit de peu, paru aux éditions Tarabuste en 2016. 

Présentation de “Verger”, éditions Unes

Le verger n’est pas une métaphore, c’est un rapport au monde. Une attention constante au soin, à la forme des fruits, à la hauteur et la direction des branches. Une attention à des cycles plus vastes que l’homme. Faire croître c’est avoir conscience de l’environnement : pruniers, abricotiers, cerisiers, chaque arbre porte son caractère, sa nature. Patience, attention et gestes sûrs sont nécessaires à leur apprivoisement. Cédric Le Penven pèse les heures dans ce livre rythmé par l’écoute des branches et la récolte silencieuse de leurs fruits. Face à l’immobilité apparente de ces arbres, à leur impassibilité, on presse notre fatigue, notre porosité. Dans le fourmillement de vie, de plantes et d’insectes, on reste malgré tout des intrus, comme si notre capacité à englober toutes ces vies dans notre conscience et dans nos gestes nous en excluait.

2019, imprimé en typographie ; 80 p., 15×21 cm, 16 €


En savoir plus

https://www.editionsunes.fr/catalogue/c%C3%A9dric-le-penven/verger/

Rencontre avec Joseph Ponthus

Mercredi 25 septembre à 19h à la librairie

Son livre est un de nos coups de cœur

On lui a demandé des conseils de lecture

Le livre

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer.
Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes.

Qui est Joseph Ponthus ?

Joseph Ponthus est né en 1978. Après des études de littérature à Reims et de travail social à Nancy, il a exercé plus de dix ans comme éducateur spécialisé en banlieue parisienne où il a notamment dirigé et publié Nous… La Cité (Editions Zones, 2012). Il vit et travaille désormais en Bretagne

En savoir plus

https://www.editionslatableronde.fr/Catalogue/vermillon/a-la-ligne

https://www.youtube.com/watch?v=-XIpHUOurIA

https://www.liberation.fr/france/2019/01/19/joseph-ponthus-l-epreuve-de-l-usine-s-est-peut-etre-substituee-a-celle-de-l-angoisse_1703795

https://blogs.mediapart.fr/edition/aux-lecteurs-et-lectrices-emancipe-es/article/170919/saigner-sa-vie-dinterimaire-lusine?fbclid=IwAR0-rcl57WknNK8XpnwlknPVo4upfkb7DYNkchYVgYkSVSJbHojn-kYQe7w

Rencontre avec Sarah Chiche

Samedi 11 mai à 19h

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Sarah Chiche pour la présentation de son dernier livre “Les enténébrés”, aux éditions du Seuil.

Ce roman sombre et puissant nous a happé. Nous vous invitons à découvrir l’écriture hypnotique de Sarah Chiche et ce roman qui entremêle la vie d’une femme, ses démons familiaux et les fantômes de l’Histoire.

Nous avons eu la joie de découvrir qu’il avait reçu le Prix de la Closerie des Lilas et qu’il était sélectionné pour le prix du livre Inter ! 😀

L’écrivaine et psychanalyste Sarah Chiche, en 2018. HERMANCE TRIAY / OPALE / LEEMAGE

Les enténébrés

Automne 2015. Alors qu’une chaleur inhabituelle s’attarde sur l’Europe, une femme se rend en Autriche pour écrire un article sur les conditions d’accueil des réfugiés. Elle se prénomme Sarah. À Vienne, elle rencontre Richard, un musicien mondialement célébré. Ils se voient. Ils s’aiment. S’ouvre alors une fresque puissante et sombre sur l’amour fou, où le mal familial côtoie celui de l’Histoire en marche, de la fin du XIXe siècle aux décombres de la Deuxième Guerre mondiale, de l’Afrique des indépendances à la catastrophe climatique de ce début de millénaire.

Sarah Chiche

Sarah Chiche est écrivaine, psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle est l’auteure de deux romans : L’inachevée (Grasset, 2008) et L’Emprise (Grasset, 2010), et de trois essais : Personne(s), d’après Le Livre de l’Intranquillité de Fernando Pessoa (Éditions Cécile Defaut, 2013), Éthique du mikado, essai sur le cinéma de Michael Haneke (PUF, 2015), Une histoire érotique de la psychanalyse : de la nourrice de Freud aux amants d’aujourd’hui (Payot, 2018).

En savoir plus…

France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/le-reveil-culturel/sarah-chiche-je-nai-pas-de-moi-mon-seul-centre-se-trouve-dans-lecriture

Le Monde : https://www.lemonde.fr/livres/article/2019/01/03/les-entenebres-de-sarah-chiche-cherchent-la-lumiere_5404824_3260.html

Les inrocks : https://www.lesinrocks.com/2019/01/04/livres/livres/les-entenebres-de-sarah-chiche-une-double-vie-existentielle/

La Croix : https://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Entenebres-Sarah-Chiche-2019-01-03-1200992914

Rencontre avec Franck Bouysse

Nous sommes ravies d’accueillir Franck Bouysse pour son dernier livre publié aux éditions La Manufacture de LivresNé d’aucune femme“.

Un roman à l’écriture ciselée qui vous laissera pantelant…

Nous avons eu la joie de découvrir qu’il était sélectionné pour le prix du livre Inter ! 😀

La rencontre aura lieu jeudi 18 avril à 19h à la librairie. Elle sera suivie d’un verre de l’amitié.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Né d’aucune femme

” Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose.”
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse nous offre avec Né d’aucune femme la plus vibrante de ses œuvres. Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine…

Franck Bouysse

Franck Bouysse est né en 1965 et partage sa vie entre Limoges et sa Corrèze natale. Il est lauréat de plus de dix prix littéraires.

Franck Bouysse, photo Pierre Demarty

Son écriture penche vers le polar ou le roman noir. Avec “Né d’aucune femme”, roman choral, il transcende les genres.

En savoir plus…

La Grande Librairie

Le Monde

Le Matricule des Anges

Actualitté

Télérama

Le JDD

Exceptionnel, venez rencontrer David Diop !

Samedi 24 novembre à 18h30 au Bazart

Il s’agit d’un livre de la rentrée littéraire qui a été particulièrement remarqué. Prix Goncourt des lycéens, “Frère d’âme” de David Diop a été notre coup de Tracteur de cette rentrée ! Il met en scène deux tirailleurs sénégalais pendant la 1ère guerre mondiale. Il s’agit d’un livre époustouflant, dont l’écriture incantatoire vous entraîne dans la folie du narrateur. Folie autorisée, folie inacceptable, horreur de ces jeunes gens jetés comme chair à canon, ce roman incarne la guerre, incarne la vie de ces hommes oubliés.

Chose exceptionnelle, nous vous proposons de rencontrer David Diop samedi 24 novembre à 18h30.

La rencontre aura lieu à la mairie (Salle des Congrès au rdc) de Saint-Antonin-Noble-Val et sera suivie d’un verre de l’amitié.

Frère d’âme

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

“Frère d’âme” est publié aux éditions du Seuil.

176 pages, paru le 16/08/18, 17€.

David Diop

 Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences en littérature du XVIIIe siècle à l’université de Pau, spécialiste des représentations européennes de l’Afrique et de l’Africain au siècle des Lumières. Il est l’auteur d’un premier roman paru en 2012 à L’Harmattan, 1889. L’attraction universelle.

Dans la presse

Gladys Marivat Le Monde des Livres
“Et c’est bien le sens, en creux, de ce formidable roman sur la Grande Guerre, qui rappelle que les histoires seront toujours une ressource pour l’homme. ”

Tahar Ben Jelloun Le Point
“Ce roman est une merveille. Écrit dans un style simple, presque naïf, mais étonnant, il nous raconte la tragédie des tranchées avec une délicatesse émouvante.”

Sylvie Tanette Les Inrocks
“Un questionnement philosophique sur la trahison et la loyauté. Mais aussi un texte sur l’émigration, un voyage dans l’âme écrasée de chagrin de celui qui choisit de partir, et une magnifique parabole sur l’impossibilité du retour.”

Nathalie Crom Télérama
“A travers la dérive confessée de son narrateur, Frère d’âme, roman humaniste et éprouvant, interroge l’illusoire légitimité de la violence, les séquelles psychologiques et surtout morales du basculement dans la férocité. Des questionnements que la voix si incarnée d’Alfa investit d’une intimité, d’une intériorité poignantes.”

Frédérique Roussel Libération
“[Un] texte d’une puissance déchirante…”

Que Lire ? Livres Hebdo
“Ce texte puissant, hypnotique et ténébreux nous emporte comme une tornade. […] Epoustouflant !”

Jérôme Garcin L’Obs
“[…] une langue obsédante, chantante, gorgée de métaphores et d’allégories.”

Mediapart
“Parmi les innombrables parutions de cette rentrée littéraire, le roman de David Diop marque d’ores et déjà notre présent par sa splendeur et la force de sa proposition.”

Elisabeth Barillé Le Figaro Magazine
“L’auteur n’oppose jamais les bons aux méchants, les Blancs aux Noirs, l’innocence au crime, la trahison à l’amitié, il les mêle dans un même chant, troublant ­d’humanité.”

Muriel Steinmetz L’Humanité
“[…] un style puissamment rythmé, en même temps classique et moderne, semé d’images fortes et parlantes.”

Baptiste Liger Lire
“Au-delà de la réflexion sur la violence et l’amitié absolue, Frère d’âme interroge sur les rapports ambigus entre la France et l’Afrique coloniale, à la fois si éloignées et pourtant si proches.”

En savoir plus

La Grande Librairie

https://next.liberation.fr/livres/2018/09/21/la-grande-guerre-d-un-tiraille-senegalais_1680333

https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/david-diop-subvertit-le-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale_5354283_3260.html

http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2018/09/19/david-diop-frere-dame/

 

David DIOP vient nous rendre visite le 24 novembre !

Nous avions eu le coup de cœur pour “Frère d’âme” aux éditions du Seuil et David Diop avait tout de suite répondu présent pour une rencontre. La date arrêtée est le 24 novembre.

Nous sommes heureuses de savoir que, depuis, “Frère d’âme” remporte l’adhésion des jurys des prix de l’automne : il est en lice pour les Prix Goncourt et Prix Goncourt des lycéens, le Prix Femina, le Prix Médicis,  les Prix Renaudot et Renaudot des Lycéens, le Prix Révélations de la SGDL [Société des Gens de Lettres], le Prix Malraux, le Prix Patrimoines/BPE, le Prix des lecteurs de l’Escale du Livre ainsi que le Prix du Style. (source : Actualitté)

Mais le Prix que David Diop convoite le plus c’est celui du Tracteur Savant ! 

Les avis de nos lecteurs

David Diop “Frère d’âme”, ed. du Seuil

“On a envie de le lire à voix haute, entre poésie et slam, une complainte lancinante comme pour nous bercer… Pourtant le sujet est terrible, violent. Nous sommes en pleine guerre de 1914, dans le ventre de la terre et nous vacillons entre folie collective et folie individuelle à travers les oubliés de la grande guerre, les tirailleurs sénégalais.”

Elisabeth B.

Gabriel Tallent “My absolute darling”, ed. Gallmeister

“Très beau livre.
Ambiguïté totale.
Je suis aussi terrifiée que charmée.”
Elisabeth B.

Valentine Goby “Kinderzimmer”, ed. Babel/Actes Sud

“Gros coup de cœur pour ce livre.
Des émotions à n’en plus finir mais pas de pleurnicheries inutiles.”
Evelyne