Rencontre avec Sarah Chiche

Samedi 11 mai à 19h

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Sarah Chiche pour la présentation de son dernier livre “Les enténébrés”, aux éditions du Seuil.

Ce roman sombre et puissant nous a happé. Nous vous invitons à découvrir l’écriture hypnotique de Sarah Chiche et ce roman qui entremêle la vie d’une femme, ses démons familiaux et les fantômes de l’Histoire.

Nous avons eu la joie de découvrir qu’il avait reçu le Prix de la Closerie des Lilas et qu’il était sélectionné pour le prix du livre Inter ! 😀

L’écrivaine et psychanalyste Sarah Chiche, en 2018. HERMANCE TRIAY / OPALE / LEEMAGE

Les enténébrés

Automne 2015. Alors qu’une chaleur inhabituelle s’attarde sur l’Europe, une femme se rend en Autriche pour écrire un article sur les conditions d’accueil des réfugiés. Elle se prénomme Sarah. À Vienne, elle rencontre Richard, un musicien mondialement célébré. Ils se voient. Ils s’aiment. S’ouvre alors une fresque puissante et sombre sur l’amour fou, où le mal familial côtoie celui de l’Histoire en marche, de la fin du XIXe siècle aux décombres de la Deuxième Guerre mondiale, de l’Afrique des indépendances à la catastrophe climatique de ce début de millénaire.

Sarah Chiche

Sarah Chiche est écrivaine, psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle est l’auteure de deux romans : L’inachevée (Grasset, 2008) et L’Emprise (Grasset, 2010), et de trois essais : Personne(s), d’après Le Livre de l’Intranquillité de Fernando Pessoa (Éditions Cécile Defaut, 2013), Éthique du mikado, essai sur le cinéma de Michael Haneke (PUF, 2015), Une histoire érotique de la psychanalyse : de la nourrice de Freud aux amants d’aujourd’hui (Payot, 2018).

En savoir plus…

France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/le-reveil-culturel/sarah-chiche-je-nai-pas-de-moi-mon-seul-centre-se-trouve-dans-lecriture

Le Monde : https://www.lemonde.fr/livres/article/2019/01/03/les-entenebres-de-sarah-chiche-cherchent-la-lumiere_5404824_3260.html

Les inrocks : https://www.lesinrocks.com/2019/01/04/livres/livres/les-entenebres-de-sarah-chiche-une-double-vie-existentielle/

La Croix : https://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Entenebres-Sarah-Chiche-2019-01-03-1200992914

Rencontre avec Franck Bouysse

Nous sommes ravies d’accueillir Franck Bouysse pour son dernier livre publié aux éditions La Manufacture de LivresNé d’aucune femme“.

Un roman à l’écriture ciselée qui vous laissera pantelant…

Nous avons eu la joie de découvrir qu’il était sélectionné pour le prix du livre Inter ! 😀

La rencontre aura lieu jeudi 18 avril à 19h à la librairie. Elle sera suivie d’un verre de l’amitié.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Né d’aucune femme

” Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose.”
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse nous offre avec Né d’aucune femme la plus vibrante de ses œuvres. Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine…

Franck Bouysse

Franck Bouysse est né en 1965 et partage sa vie entre Limoges et sa Corrèze natale. Il est lauréat de plus de dix prix littéraires.

Franck Bouysse, photo Pierre Demarty

Son écriture penche vers le polar ou le roman noir. Avec “Né d’aucune femme”, roman choral, il transcende les genres.

En savoir plus…

La Grande Librairie

Le Monde

Le Matricule des Anges

Actualitté

Télérama

Le JDD

Exceptionnel, venez rencontrer David Diop !

Samedi 24 novembre à 18h30 au Bazart

Il s’agit d’un livre de la rentrée littéraire qui a été particulièrement remarqué. Prix Goncourt des lycéens, “Frère d’âme” de David Diop a été notre coup de Tracteur de cette rentrée ! Il met en scène deux tirailleurs sénégalais pendant la 1ère guerre mondiale. Il s’agit d’un livre époustouflant, dont l’écriture incantatoire vous entraîne dans la folie du narrateur. Folie autorisée, folie inacceptable, horreur de ces jeunes gens jetés comme chair à canon, ce roman incarne la guerre, incarne la vie de ces hommes oubliés.

Chose exceptionnelle, nous vous proposons de rencontrer David Diop samedi 24 novembre à 18h30.

La rencontre aura lieu à la mairie (Salle des Congrès au rdc) de Saint-Antonin-Noble-Val et sera suivie d’un verre de l’amitié.

Frère d’âme

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

“Frère d’âme” est publié aux éditions du Seuil.

176 pages, paru le 16/08/18, 17€.

David Diop

 Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences en littérature du XVIIIe siècle à l’université de Pau, spécialiste des représentations européennes de l’Afrique et de l’Africain au siècle des Lumières. Il est l’auteur d’un premier roman paru en 2012 à L’Harmattan, 1889. L’attraction universelle.

Dans la presse

Gladys Marivat Le Monde des Livres
“Et c’est bien le sens, en creux, de ce formidable roman sur la Grande Guerre, qui rappelle que les histoires seront toujours une ressource pour l’homme. ”

Tahar Ben Jelloun Le Point
“Ce roman est une merveille. Écrit dans un style simple, presque naïf, mais étonnant, il nous raconte la tragédie des tranchées avec une délicatesse émouvante.”

Sylvie Tanette Les Inrocks
“Un questionnement philosophique sur la trahison et la loyauté. Mais aussi un texte sur l’émigration, un voyage dans l’âme écrasée de chagrin de celui qui choisit de partir, et une magnifique parabole sur l’impossibilité du retour.”

Nathalie Crom Télérama
“A travers la dérive confessée de son narrateur, Frère d’âme, roman humaniste et éprouvant, interroge l’illusoire légitimité de la violence, les séquelles psychologiques et surtout morales du basculement dans la férocité. Des questionnements que la voix si incarnée d’Alfa investit d’une intimité, d’une intériorité poignantes.”

Frédérique Roussel Libération
“[Un] texte d’une puissance déchirante…”

Que Lire ? Livres Hebdo
“Ce texte puissant, hypnotique et ténébreux nous emporte comme une tornade. […] Epoustouflant !”

Jérôme Garcin L’Obs
“[…] une langue obsédante, chantante, gorgée de métaphores et d’allégories.”

Mediapart
“Parmi les innombrables parutions de cette rentrée littéraire, le roman de David Diop marque d’ores et déjà notre présent par sa splendeur et la force de sa proposition.”

Elisabeth Barillé Le Figaro Magazine
“L’auteur n’oppose jamais les bons aux méchants, les Blancs aux Noirs, l’innocence au crime, la trahison à l’amitié, il les mêle dans un même chant, troublant ­d’humanité.”

Muriel Steinmetz L’Humanité
“[…] un style puissamment rythmé, en même temps classique et moderne, semé d’images fortes et parlantes.”

Baptiste Liger Lire
“Au-delà de la réflexion sur la violence et l’amitié absolue, Frère d’âme interroge sur les rapports ambigus entre la France et l’Afrique coloniale, à la fois si éloignées et pourtant si proches.”

En savoir plus

La Grande Librairie

https://next.liberation.fr/livres/2018/09/21/la-grande-guerre-d-un-tiraille-senegalais_1680333

https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/david-diop-subvertit-le-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale_5354283_3260.html

http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2018/09/19/david-diop-frere-dame/

 

David DIOP vient nous rendre visite le 24 novembre !

Nous avions eu le coup de cœur pour “Frère d’âme” aux éditions du Seuil et David Diop avait tout de suite répondu présent pour une rencontre. La date arrêtée est le 24 novembre.

Nous sommes heureuses de savoir que, depuis, “Frère d’âme” remporte l’adhésion des jurys des prix de l’automne : il est en lice pour les Prix Goncourt et Prix Goncourt des lycéens, le Prix Femina, le Prix Médicis,  les Prix Renaudot et Renaudot des Lycéens, le Prix Révélations de la SGDL [Société des Gens de Lettres], le Prix Malraux, le Prix Patrimoines/BPE, le Prix des lecteurs de l’Escale du Livre ainsi que le Prix du Style. (source : Actualitté)

Mais le Prix que David Diop convoite le plus c’est celui du Tracteur Savant ! 

Les avis de nos lecteurs

David Diop “Frère d’âme”, ed. du Seuil

“On a envie de le lire à voix haute, entre poésie et slam, une complainte lancinante comme pour nous bercer… Pourtant le sujet est terrible, violent. Nous sommes en pleine guerre de 1914, dans le ventre de la terre et nous vacillons entre folie collective et folie individuelle à travers les oubliés de la grande guerre, les tirailleurs sénégalais.”

Elisabeth B.

Gabriel Tallent “My absolute darling”, ed. Gallmeister

“Très beau livre.
Ambiguïté totale.
Je suis aussi terrifiée que charmée.”
Elisabeth B.

Valentine Goby “Kinderzimmer”, ed. Babel/Actes Sud

“Gros coup de cœur pour ce livre.
Des émotions à n’en plus finir mais pas de pleurnicheries inutiles.”
Evelyne

Coups de Tracteur Littérature

“Les enténébrés” de Sarah Chiche, ed. du Seuil

“Un amour parfait” de Gilda Piersanti, ed. Le Passage

“ça raconte Sarah” de Pauline Delabroy-Allard, ed. de Minuit

“Isidore et les autres” de Camille Bordas, ed. Inculte

“Nulle autre voix” de Maïssa bey, ed. de l’Aube

“L’île” de Sigridur Hagalin Björnsdottir, ed. Gaïa

Du jour au lendemain, plus de communication sur l’Islande, ni avec le reste du monde. Le monde extérieur existe t-il encore ? L’Islande devient “l’île”, un bout de terre qui se replie sur elle-même et où tout se met en place pour se transformer en en une nasse effrayante.

Une dystopie rondement menée, un livre que vous ne lâcherez pas, avec une réflexion philosophico-politique passionnante.

On vous le recommande !

“Le lambeau” de Philippe Lançon, ed. Gallimard

Pas de nombrilisme, ni d’apitoiement sur soi-même. Une grande finesse d’analyse. On ne veut pas refermer le livre car on a l’impression de quitter un ami. Un bijou d’écriture.

“Candyland” de Jax Miller, Éditions J’ai Lu

Profitez de la sortie en poche de “Candyland”, un très bon polar à tiroirs, à l’ambiance lourde et originale, où passé et présent se répondent. Un roman policier (et bien plus) que l’on vous recommande!

 

“L’été circulaire” de Marion Brunet, ed. Albin Michel

“Hôtel du Grand Cerf” de Franz Bartelt, ed. du Seuil

“C’est parce que tu ne t’intéresses pas aux gens qui te parlent. Tu n’as pas envie de les connaître dans leur nudité. En cautionnant les fables qu’ils te racontent, tu sauvegardes les fables que tu te racontes toi-même sur ton propre compte. Je te donne raison, bien sûr. Sans illusions, la vie serait insupportable…”

Quelle gourmandise que ce polar drôle et grinçant ! Certaines scènes resteront dans vos rétines ! Écrit dans un style impeccable, avec un scénario bien ficelé et des personnages auxquels on s’attache, tel l’inspecteur Vertigo Kulbertus qui s’est fait de l’obésité une spécialité…

 

 

 

“Le bal mécanique” de Yannick Grannec, ed. Pocket

“Glaise” de Franck Bouysse, ed. La manufacture de livres

Créant une ambiance pesante, Franck Bouysse, nous entraîne dans une cette chronique de la vie rurale, pleine de rage et de beauté, loin des champs de bataille mais bousculée par la guerre. Tensions, secrets de famille, nature amie ou hostile, personnages détestables ou qui grandissent, il y a tout ceci et bien plus encore dans ce roman de Franck Bouysse.
De plus, il a été lauréat du super Prix Libr’à Nous 😉 dans la catégorie littérature francophone, c’est bon signe, non ? 😃

“Piégée” de l’auteure islandaise Lilja Sigurdardóttir, Editions Points

Ce polar islandais au rythme soutenu, avec une héroïne de tempérament donne diablement envie de lire la suite !

“Chanson de la ville silencieuse” par Olivier Adam, Ed. Flammarion

Un livre qui se boit comme une tasse de thé, qui semble léger mais qui est tannique, bref, un livre qu’on a savouré !! 😍

 

 

 

 

 

 

“Illusion tragique” de Gilda Piersanti, ed. Le Passage

“Car l’enfance qui continue d’agir sous le manteau dicte nos mouvements bien plus souvent que nous n’en avons conscience…” 
L’origine de la perversité des personnages trouve t-elle sa source dans l’enfance menacée ?
En commençant la lecture de ce roman noir, il faut courir le risque de ne plus pouvoir le refermer avant de l’avoir terminé… Préparez-vous à perdre vos repères !
Original, une belle écriture qui tient en haleine jusqu’à la dernière page…un vrai coup de !

 

Léonor de RECONDO : “Point cardinal”, ed. Sabine Wespieser

Laurent, Mathilda , Lauren… Thème du transgrenre abordé avec délicatesse grâce à l’écriture juste et toujours pleine de sensibilité de Léonor de Recondo.
Un regard bienveillant et qui va bien plus loin que la description de la transformation d’un homme : ” Doit-on être ce que voient les autres, être tel qu’on nous a aimé ? “
Un coup de cœur, une lecture émouvante, un bel exemple de tolérance.

188 mètres sous Berlin de Magdalena Parys, ed. Agullo

Berlin, 1998. Klaus Kreifeld reçoit la visite d’un certain Foerster, accompagné de son garde du corps. Peu après, il est assassiné. Vingt ans auparavant, en 1981, Klaus avait été chargé de diriger la construction d’un tunnel de 188 mètres de long entre Berlin Ouest et Berlin Est. L’objectif officiel de l’opération était d’organiser l’évasion d’un haut fonctionnaire communiste, le trouble Franz. Peter, un des membres de l’équipe ayant participé à la mise en œuvre de cette entreprise périlleuse, décide de mener l’enquête pour découvrir le meurtrier de son ami. Persuadé que la mort de Klaus est liée au tunnel, il retrouve ses camarades de l’époque et recueille leurs témoignages pour tenter de faire toute la lumière sur cette étrange aventure souterraine…
Complexe et dense, 188 mètres sous Berlin est un premier roman de Magdalena Parys publié par les superbes Agullo Editions qui font régulièrement des choix éditoriaux originaux. Ce roman nous en apprend beaucoup sur l’ambiance des sombres années du mur de Berlin…

“Rupture” de Maryline Desbiolles, ed. Flammarion

« Il venait d’une ville noire, pas autant que cette nuit de désastre mais bien sombre tout de même, il venait d’une ville noire, les pêchers, il avait trouvé ça très beau. »
D’une écriture poétique et envoûtante, Maryline Desbiolles entraîne le lecteur dans le rythme d’une vie. Cette vie, c’est celle de François, tantôt subjugué par la beauté des paysages qu’il découvre, tantôt anesthésié par le travail harassant ou la douleur…
Résumé : Embauché sur le chantier du barrage de Malpasset, près de Fréjus – qui va « changer la vie des gens » –, François quitte Ugine, la ville-usine, et son enfance silencieuse. Il découvre avec émerveillement la vallée rose, les bains de mer, la photo, les conversations politiques des camarades ouvriers. Et il tombe amoureux de Louise Cassagne, la fille d’un producteur de pêches. « Pas une fille pour toi », lui dit-on. Pourtant c’est elle qui lui donne le monde, et François croit en ce cadeau autant qu’en la solidité du barrage.
Maryline Desbiolles, “Rupture”, ed. Flammarion, un beau roman à découvrir ! 📖

Dédicace de Marion Brunet et happening musical

Dimanche 3 juin à 11h01 !

C’est dimanche 3 juin que nous aurons le plaisir de rencontrer Marion Brunet à la librairie. Pour fêter cela dignement, nous vous proposons un petit happening musical à 11h01 précises ! 😉

Cet événement est un partenariat avec O’Babeltut et la Médiathèque Amélie Galup, avec le soutien des éditions Sarbacane.

Le début de l’aventure…

Avec les médiathécaires et les babelières, nous avons beaucoup aimé les livres de Marion Brunet. Que ce soit les histoires impertinentes des ogres [“L’ogre au pull vert moutarde”, “L’ogre au pull rose griotte” ou ‘L’ogre à poil(s)”], les histoires plus sombres comme “Frangine” ou “Dans la gueule du loup”, livres publiés aux éditions Sarbacane. Et nous avons aussi toutes été séduites par “L’été circulaire”, roman noir pour adultes, publié chez Albin Michel.

Qui est Marion Brunet ?

Marion Brunet a grandi dans le Vaucluse. Très rapidement accro aux bouquins, aux bandes dessinées et à diverses formes de littérature, elle se met à écrire.

Après des études de Lettres et quelques tentatives d’exil – Madagascar, Budapest –, Marion Brunet décide d’être éducatrice spécialisée et travaille en psychiatrie, dans un hôpital de jour pour adolescents.

Elle anime en parallèle des ateliers d’écriture au sein d’une compagnie théâtrale, pour les comédiens et divers groupes d’écoliers et de collégiens.

Elle est couronnée de plus de 30 prix pour ses différents romans, comme le prix Unicef de littérature jeunesse 2017.

“Frangine” (Sarbacane – collection X’prim – 2013) est son premier roman. Suivront “L’ogre au pull vert”, “La gueule du loup” ou encore “L’été circulaire”.

Elle vit à Marseille.

Dans les médias

La Grande Librairie

Livres Hebdo

Télérama

 

 

 

Rencontre avec Karim Kattan, auteur franco-palestinien

Vendredi 19 janvier à 19h30, au Rial (Vaour)

L’association Vent Propice a le plaisir d’accueillir Karim Kattan, jeune auteur franco-palestinien, concernant son premier ouvrage “Préliminaires pour un verger futur” aux éditions Elyzad. Le Tracteur Savant s’associe à cette rencontre ! Si vous souhaitez échanger avec l’auteur, vous faire dédicacer un ouvrage puis partager le verre de l’amitié, réservez votre soirée !

Préliminaires pour un verger futur

“Les quartiers de Gaza portent des noms de fruits et de légumes. C’est la topographie d’un pays de merveilles, une île aux fleurs.”

Trois nouvelles, des bribes de vies : Huis-clos à Gaza. Au son du ressac de la mer au pied de leur chambre d’hôtel, le narrateur et son amoureux font renaître la langue maternelle – celle que l’on tait dans l’exil. Vivre au Soudan, à Kobé, Shangai et Bombay. Émilie, la grand-mère du narrateur, tente de se construire loin de sa terre natale. A Londres, Asma, Shéhérazade des temps modernes, libre et fantasque, guide le narrateur dans la ville et mène à sa guise le jeu amoureux.
Autour de la Palestine d’aujourd’hui et de son souvenir se construisent des personnages sur le fil, suspendus à leur exil physique, qui est aussi langagier. L’absence de terre fait naître un imaginaire à la fois dense et lacunaire, nourri de légendes vacillantes et parcouru par une modernité affirmée, porteuse d’espoir, de renouvellement, d’amour.

“puis un jour il a aussi arrêté de parler la langue, comme ça, et c’est comme s’il avait disparu, il s’est absenté, il a pris des vacances de la langue.”

Qui est Karim Kattan ?

Né à Jérusalem en 1989, Karim Kattan vit entre Paris et Bethléem. Il est actuellement doctorant en littérature comparée à l’Université Paris-X. Il a par ailleurs fondé l’association El-Atlal, une résidence d’artistes et d’écrivains à Jéricho, en Palestine. Préliminaires pour un verger futur est sa première publication.

Les éditions Elyzad

Les éditions elyzad ont été créées à Tunis en 2005. Malgré un contexte politique pesant, face à la censure et à la situation de « douce » asphyxie, il était vital pour cette maison d’édition de donner à entendre les voix des romanciers, « ces historiens de l’imaginaire », qui disent la parole tue, explorent l’âme humaine dans toute sa nudité.

http://elyzad.com/

Dans la presse

http://rfi-en-sol-majeur.lepodcast.fr/karim-kattan

http://next.liberation.fr/livres/2017/11/24/vient-de-paraitre_1612303

Le Matricule des Anges, déc. 2017

Informations pratiques