Rencontre avec le Collectif du 9 août, vendredi 2 juin à 18h30

Le 2 juin, venez rencontrer le Collectif du 9 août !

Vendredi 2 juin à 18h30, Yohan Selponi et Bérénice Crunel, membres du Collectif du 9 août présenteront « Quand ils ont fermé l’usine », aux éditions Agone.

Une brève présentation du collectif

Le Collectif du 9 août est composé de neuf politistes et sociologues, en poste à Toulouse, Paris, Lyon, Lille et Marseille. Ils sont issus de diverses spécialités – sociologie politique, sociologie du travail, sociologie des médias, socio-histoire : Olivier Baisnée, Anne Bory, Bérénice Crunel, Éric Darras, Caroline Frau, Jérémie Nollet, Alexandra Oeser, Audrey Rouger, Yohan Selponi. Le nom du collectif est une référence à la décision de la cour d’appel de Toulouse du 9 août 2016 qui juge le licenciement économique des salariés de Molex Villemur « sans cause réelle et sérieuse » tout en précisant qu’en l’absence de situation de co-emploi la maison mère Molex Inc. ne paiera pas d’indemnités.

Le résumé du livre 

Il est 11 h 30 le 23 octobre 2008 lorsque les haut-parleurs de l’usine appellent les salariés à se rassembler. Dans la cour, les représentants syndicaux lancent avec effroi : « L’usine va fermer. » Les salariés présents cessent aussitôt le travail ; les autres apprennent la nouvelle par téléphone sur leur lieu de vacances ou dans les travées d’un supermarché. Une ouvrière parle d’un choc monstre : « On s’est tous regardés, en silence, anéantis. Quand on est sortis, les gens partaient à droite, à gauche, des cris et des larmes. On aurait dit qu’on avait assisté au crash d’un avion. » Peu après, une manifestation est organisée dans les rues de Villemur. Les commerçants baissent leur rideau en solidarité avec les salariés, le prêtre fait sonner le tocsin. Les habitants défilent avec les salariés.
Juste après l’irruption de la crise de 2008, les plans sociaux se multiplient avec une nouvelle excuse toute trouvée pour licencier et délocaliser ce qui doit rester compétitif. Ici et là, des conflits éclatent : à Continental (Clairoix), à Freescale (Toulouse), les salariés se battent pour faire payer leur licenciement le plus cher possible à leurs employeurs. Pour ceux de l’usine Molex de Villemur-sur-Tarn, le mot d’ordre est le refus de la fermeture et le maintien de l’emploi sur un site économiquement rentable. Leur combat a quelque chose d’improbable : par son objectif, par le choix des armes (principalement juridiques), par son succès médiatique.
Fruit d’une enquête menée durant six ans par un collectif de sociologues, de politistes et d’historiens, ce livre montre comment l’ancrage local des Molex a pu constituer une ressource pour la mobilisation et faire de cette usine d’une petite ville de Haute-Garonne un symbole de la lutte contre le capitalisme international.

 

 

Pour en savoir plus…

http://www.sciencespo-toulouse.fr/quand-ils-ont-ferme-l-usine-lutter-contre-une-delocalisation-dans-une-economie-globalisee–630361.kjsp

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/27/molex-chronologie-d-un-conflit_4391091_3234.html

5 juin, 18h30, conférence-projection sur les grottes ornées de Bornéo

Encore une date à marquer d’une pierre blanche !

Le 5 juin à 18h30, Luc-Henri FAGE, spéléologue, explorateur et réalisateur nous présentera ses fantastiques découvertes concernant les grottes ornées de Bornéo. Une présentation qui promet d’être passionnante.

Lieu : salle des congrès, Mairie de Saint-Antonin-Noble-Val, gratuit.

A l’issue de la conférence et de la projection, le livre « Bornéo, la mémoire des grottes  » sera en vente et pourra être dédicacé par Luc-Henri Fage.

Borneo_Memoire_des_grottes_couverture

Présentation de l’éditeur :

Bornéo, la mémoire des grottes est le témoignage d’une aventure hors du commun, racontée par les protagonistes eux-mêmes: la découverte exceptionnelle d’un art pariétal vieux de plus de 10000 ans qui éclaire les processus de peuplement entre Asie et Australie. Depuis 1988, mission après mission, se dessine le profil des populations anciennes de Bornéo, probablement apparentées aux Aborigènes d’Australie, et les relations particulières qu’elles ont tissées avec les cavernes en créant un art rupestre caractérisé par l’abondance de mains négatives: on en a dénombré près de 2000, qui permettent de proposer de nouvelles interprétations de ce motif universel. Cet ouvrage magnifiquement illustré nous fait découvrir la richesse, la complexité et l’ancienneté de cette région du monde aujourd’hui menacée.

LHFage_releves-GuaTewet_

Biographie de Luc-Henri Fage :

Luc-Henri Fage
Né trop tard dans un monde trop connu, Luc-Henri Fage trouve très jeune dans les gouffres des Monts du Vaucluse le frisson de l’exploration véritable… Une passion qui l’amène au bout du monde, dans une expédition de spéléologie au pays des Papous, il y a 30 ans cette année. C’est une triple découverte : les gouffres géants de Papouasie, la forêt primaire encore intacte et ses habitants… Utiisant une vieille caméra 16 mm, il ramène son premier film, qui sera le début d’une activité professionnelle où il conjugue son goût de l’aventure et son regard curieux des gens et des choses de ce vaste monde.
Suivent une série d’expéditions où il participe, caméra en main, : la descente du fleuve Congo et ses rapides démentiels, la traversée est-ouest de Bornéo, celle sud-nord de la Papouasie Indonésienne (La Mémoire des Brumes, livre chez Albin Michel et film pour Canal +)… mais aussi en Patagonie, en Afrique et en Chine. Plus de 15 films documentaires, où l’aventure et la science vont de pair.
C’est au cours du transect de Bornéo qu’il observe des dessins au charbons de bois dans une petite grotte, pile au centre de cette grande île, habitée par les Dayak et les Punans. La curiosité et l’envie d’en savoir plus le pousse à revenir avec un archéologue du CNRS, Jean-Michel Chazine. De 1992 à 2006, ils mènent des missions de reconnaissances dans les montagnes calcaires quasiment inacessibles, couvertes de jungle et les grottes de la partie indonésienne de Bornéo, appelée Kalimantan. C’est une « terre vierge » sur le plan archéologique, et ils découvrent au fil de 15 expéditions, les traces d’un peuple disparu de la Préhistoire, qui a produit des fresques étonnantes où la main négative est utilisée d’une façon étonnement complexe et unique au monde. Ce trésor de l’humanité est digne de figurer un jour au patrimoine mondial de l’Unesco, riche aujourd’hui de 38 grottes ornées de près de 2500 peintures préhistoriques, datées de plus de 13.000 ans. Soutenu par un Rolex Award et un financement de la National Geograpic Society, ils organisent en 2003 la première expédition franco-indonésienne qui entreprend les premières fouilles archéologiques dans la partie indonésienne de Bornéo. C’est cette aventure qui fait l’objet d’un film de 52 minutes, « Bornéo, la Mémoire des Grottes », diffusé sur ARTE. Suit en 2009 un beau livre éponyme, chez Fage Editions (son frère), traduit en anglais et en indonésien. Il est installé à Caylus depuis 8 ans, partant réglièrement en expédition, la dernière en octobre 2014, sur l’île de Sulawesi (Indonésie) où l’équipe découvre également une grotte ornée !

www.kalimanthrope.com
www.felis.fr

 

GuaTewet_from_Heli_L-H.Fage_2002

Conférence sur la Guerre d’Espagne le 9 mai à 18h30

Réservez votre agenda ! Le 9 mai à 18h30 : présentation par Philippe Olivera de l’ouvrage monumental de Burnett Bolloten : La Guerre d’Espagne, Révolution et contre-révolution (1934-1939), aux Editions Agone.
L’approche originale de B. Bolloten (1909-1987) est notamment l’étude de la presse de l’époque. Cinquante années de recherches et d’analyse ont été nécessaires pour ce livre. Il s’agit d’une des sources les plus importantes au monde sur le sujet.
Entrée gratuite. Salle du Prieur Mage, Mairie de Saint-Antonin-Noble-Val.
Organisé par Le Tracteur Savant et les éditions Agone.

GuerrEspagne

Succès fou pour la soirée Vaches et Rhinocéros !

Le 6 décembre, plus de 60 personnes sont venus assister à la soirée proposée par Le Tracteur Savant, avec le soutien de l’association Mosaïque en Val.

Cette présentation de deux livres brillants sur l’histoire et l’archéologie africaine :  Le Rhinocéros d’or (dont la version poche est juste sortie) et Vols de vaches à Christol Cave, en présence de deux auteurs François-Xavier Fauvelle et François Bon a charmé l’auditoire.

L’érudition et la simplicité des deux historiens et archéologues, le jeu de questions réponses ont instauré une séance interactive et conviviale clôturée par un verre de l’amitié et suivie par des dédicaces pendant une heure et demie !

rhino2

 

Vaches et Rhinocéros à Saint-Antonin le 6 décembre

Le 6 décembre la librairie Le Tracteur Savant, avec le soutien de l’association Mosaïque en Val, propose une conférence-signature autour de deux livres brillants sur l’histoire et l’archéologie africaine :
Le Rhinocéros d’or (dont la version poche est juste sortie) et Vols de vaches à Christol Caveen présence de deux auteurs François-Xavier Fauvelle Aymar et François Bon.
Cette présentation voulue comme interactive aura lieu salle du Prieur, à la Mairie de Saint-Antonin-Noble-Val, de 18h à 19h30.  Entrée libre dans la limite des places disponibles.
affichette-rhino

Le Rhinocéros d’or

En 34 courts essais, le panorama fascinant d’une Afrique inconnue : l’Afrique médiévale des « siècles d’or ». L’un des rares spécialistes mondiaux de l’Afrique ancienne redécouvre un monde que l’on croyait à jamais perdu.

Si l’Afrique ancienne n’a pas d’écritures, elle a bien sûr une histoire depuis longtemps sous-estimée lorsqu’elle n’est pas simplement niée. À partir des traces laissées par des civilisations brillantes et les traditions orales. François-Xavier Fauvelle-Aymar reconstitue de manière captivante la richesse de ce continent retrouvé. En trente-quatre courts essais, Le Rhinocéros d’or  offre un panorama de l’Afrique subsaharienne du VIII ͤ au XV ͤ siècles.

Le Rhinocéros d’or a obtenu le Grand prix des Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2013.

Vols de vaches à Christol Cave

Vols de vaches à Christol Cave. Histoire critique d’une image rupestre d’Afrique du Sud par Jean-Loïc Le Quellec, François-Xavier Fauvelle-Aymar, François Bon, Publications de la Sorbonne, 2009. Et si les voleurs n’étaient pas ceux que l’on croit ? Pour la première fois, une image rupestre est ici considérée comme un document d’histoire sur la société qui l’a créée mais aussi sur celles qui l’ont interprétée.
François-Xavier Fauvelle-Aymar est historien et archéologue spécialiste de l’Afrique ancienne. Directeur de recherches au CNRS, directeur du laboratoire TRACES (université de Toulouse Jean-Jaurès), il a séjourné plusieurs années en Afrique du Sud et en Ethiopie. Dans ce dernier pays, il a dirigé le Centre Français d’Etudes Ethiopiennes et coordonné plusieurs programmes de recherche sur les domaines chrétien et musulman médiévaux. Il est aujourd’hui le co-directeur de la mission archéologique franco-marocaine à Sijilmâsa au Maroc. Le défi dans lequel il inscrit son travail consiste à penser le croisement des documentations écrites et archéologiques se rapportant au passé ancien de l’Afrique. Conscient que l’histoire de ce continent est toujours, en raison des lacunes documentaires, une histoire-problème, il a placé la question du récit historien au cœur de sa démarche. François-Xavier Fauvelle est l’auteur d’une centaine d’articles et d’une quinzaine d’ouvrages.

François Bon est professeur des universités à Toulouse en archéologie préhistorique. Il est également directeur de l’école doctorale. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’archéologie préhistorique, notamment Préhistoire. La fabrique de l’homme. Paris, Editions du Seuil, L’Aurignacien entre Mer et Océan, Paris, SPF.http://traces.univ-tlse2.fr/ accueil-traces/equipes-et- poles-de-recherche/smp3c- societes-et-milieux-des- populations-de-chasseurs- cueilleurs-collecteurs/bon- francois-47310.kjsp?STNAV=& RUBNAV=&RH=annuaire_traces