Dans la remorque du Tracteur…

Une sélection d’ouvrages pour petits et grands…!

Dans la remorque du Tracteur…, il y a un album dont on adore l’humour et les illustrations ! 😃

J’en rêvais depuis longtemps d’Olivier Tallec, ed. ACTES SUD junior.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la remorque du Tracteur…, il y a un album drôle et plein de philosophie !

Vous allez adorer ces animaux croqués par Antonin Louchard. IRRESISTIBLE ! ❤️😃

Pas de cadeau pour les bêtes de Paul Martin et Antonin Louchard, ed. Seuil Jeunesse.

 

Dans la remorque du Tracteur… il y a un livre doux et poétique qui donne envie de faire des câlins ! ❤️

Dans la boutique de Madame Nou de Jo Witek et Nathalie Choux, ACTES SUD junior.

 

Dans la remorque du Tracteur…, il y a Un roman percutant, avec une héroïne attachante, au style haletant avec de la personnalité. On a adoré ! ❤️

La vraie vie d’Adeline Dieudonné, Éditions de L’Iconoclaste.

 

Dans la remorque du Tracteur… il y a les mystères d’un village un peu particulier !
Mille détails à observer dans ce petit album délicieux, joli comme un conte de Noël… ❤️

Le village sens dessus dessous de Michaël Rivière, éditions Hélium.

 

Dans la remorque du Tracteur, il y a … la brigade du silence qui n’aime pas les bruyants tracteurs mais nous on adôôôre la brigade du silence ! Un univers imaginatif et plein de fantaisie qui apportera des réponses à vos tracas quotidiens. 😉❤️
La brigade du silence d’Alex Cousseau et Charles Dutertre, Éditions du Rouergue Jeunesse

Exceptionnel, venez rencontrer David Diop !

Samedi 24 novembre à 18h30 au Bazart

Il s’agit d’un livre de la rentrée littéraire qui a été particulièrement remarqué. Prix Goncourt des lycéens, “Frère d’âme” de David Diop a été notre coup de Tracteur de cette rentrée ! Il met en scène deux tirailleurs sénégalais pendant la 1ère guerre mondiale. Il s’agit d’un livre époustouflant, dont l’écriture incantatoire vous entraîne dans la folie du narrateur. Folie autorisée, folie inacceptable, horreur de ces jeunes gens jetés comme chair à canon, ce roman incarne la guerre, incarne la vie de ces hommes oubliés.

Chose exceptionnelle, nous vous proposons de rencontrer David Diop samedi 24 novembre à 18h30.

La rencontre aura lieu à la mairie (Salle des Congrès au rdc) de Saint-Antonin-Noble-Val et sera suivie d’un verre de l’amitié.

Frère d’âme

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

“Frère d’âme” est publié aux éditions du Seuil.

176 pages, paru le 16/08/18, 17€.

David Diop

 Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences en littérature du XVIIIe siècle à l’université de Pau, spécialiste des représentations européennes de l’Afrique et de l’Africain au siècle des Lumières. Il est l’auteur d’un premier roman paru en 2012 à L’Harmattan, 1889. L’attraction universelle.

Dans la presse

Gladys Marivat Le Monde des Livres
“Et c’est bien le sens, en creux, de ce formidable roman sur la Grande Guerre, qui rappelle que les histoires seront toujours une ressource pour l’homme. ”

Tahar Ben Jelloun Le Point
“Ce roman est une merveille. Écrit dans un style simple, presque naïf, mais étonnant, il nous raconte la tragédie des tranchées avec une délicatesse émouvante.”

Sylvie Tanette Les Inrocks
“Un questionnement philosophique sur la trahison et la loyauté. Mais aussi un texte sur l’émigration, un voyage dans l’âme écrasée de chagrin de celui qui choisit de partir, et une magnifique parabole sur l’impossibilité du retour.”

Nathalie Crom Télérama
“A travers la dérive confessée de son narrateur, Frère d’âme, roman humaniste et éprouvant, interroge l’illusoire légitimité de la violence, les séquelles psychologiques et surtout morales du basculement dans la férocité. Des questionnements que la voix si incarnée d’Alfa investit d’une intimité, d’une intériorité poignantes.”

Frédérique Roussel Libération
“[Un] texte d’une puissance déchirante…”

Que Lire ? Livres Hebdo
“Ce texte puissant, hypnotique et ténébreux nous emporte comme une tornade. […] Epoustouflant !”

Jérôme Garcin L’Obs
“[…] une langue obsédante, chantante, gorgée de métaphores et d’allégories.”

Mediapart
“Parmi les innombrables parutions de cette rentrée littéraire, le roman de David Diop marque d’ores et déjà notre présent par sa splendeur et la force de sa proposition.”

Elisabeth Barillé Le Figaro Magazine
“L’auteur n’oppose jamais les bons aux méchants, les Blancs aux Noirs, l’innocence au crime, la trahison à l’amitié, il les mêle dans un même chant, troublant ­d’humanité.”

Muriel Steinmetz L’Humanité
“[…] un style puissamment rythmé, en même temps classique et moderne, semé d’images fortes et parlantes.”

Baptiste Liger Lire
“Au-delà de la réflexion sur la violence et l’amitié absolue, Frère d’âme interroge sur les rapports ambigus entre la France et l’Afrique coloniale, à la fois si éloignées et pourtant si proches.”

En savoir plus

La Grande Librairie

https://next.liberation.fr/livres/2018/09/21/la-grande-guerre-d-un-tiraille-senegalais_1680333

https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/david-diop-subvertit-le-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale_5354283_3260.html

http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2018/09/19/david-diop-frere-dame/

 

David DIOP vient nous rendre visite le 24 novembre !

Nous avions eu le coup de cœur pour “Frère d’âme” aux éditions du Seuil et David Diop avait tout de suite répondu présent pour une rencontre. La date arrêtée est le 24 novembre.

Nous sommes heureuses de savoir que, depuis, “Frère d’âme” remporte l’adhésion des jurys des prix de l’automne : il est en lice pour les Prix Goncourt et Prix Goncourt des lycéens, le Prix Femina, le Prix Médicis,  les Prix Renaudot et Renaudot des Lycéens, le Prix Révélations de la SGDL [Société des Gens de Lettres], le Prix Malraux, le Prix Patrimoines/BPE, le Prix des lecteurs de l’Escale du Livre ainsi que le Prix du Style. (source : Actualitté)

Mais le Prix que David Diop convoite le plus c’est celui du Tracteur Savant ! 

Rencontre exceptionnelle avec Stéphane Servant !

Nous avions adoré SIRIUS et nous rêvions d’organiser un événement autour de ce livre et de Stéphane Servant.

Notre rêve va devenir réalité le 28 septembre prochain et nous vous invitons à le partager avec nous !

La rencontre… dans une grotte

Pour un livre qui nous avait frappé autant, on souhaitait une rencontre atypique. Alors, avec nos amis de La Caverne, nous vous invitons vendredi 28 septembre à partir de 18h30 pour une rencontre en musique. Questions par François-Henri Soulié, lecture d’extraits par Stéphane Servant et en musique par Jean-Marc Parayre seront au programme, tout ceci dans une grotte !

Le livre

Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive !

Le livre édité aux éditions du Rouergue a reçu le Prix Sorcières, catégorie Carrément passionnant maxi et le Prix Chapitre Nature 2018, catégorie roman jeunesse.

Bien que classé dans la catégorie “ados”, ce livre peut être lu avec grand plaisir par les adultes. Et c’est aussi ça qui est formidable avec “Sirius”, c’est qu’il s’agit d’un livre à partager entre générations !

Le lieu

La Caverne est un rêve imaginé par une bande d’amis un peu fous qui ont décidé de dédié ce lieu unique à l’échange d’émotions artistiques et à l’esprit de création. Cet espace est réservé aux amis de l’art et de la culture, sur invitation.

Elle se situe route de la Madeleine, sur la commune de Penne. Pour s’y rendre, prendre la direction de Bruniquel, ne pas entrer dans le village mais franchir le pont (vous traversez donc l’Aveyron). Tout de suite après le pont, suivre la route sur la droite. Continuer sur 800 mètres, La Caverne sera sur votre gauche (et l’Aveyron sur votre droite). C’est clair ? N’oubliez pas votre petite laine, La Caverne n’est chauffée que par la chaleur humaine, ce qui est déjà beaucoup mais pas toujours suffisant…

Stéphane Servant

Depuis une dizaine d’années, Stéphane Servant trace une route singulière et exigeante dans le paysage de la littérature jeunesse. Il est l’auteur d’une trentaine d’albums et de romans, souvent imprégnés du merveilleux des contes, chez des éditeurs tels que Didier Jeunesse, Thierry Magnier, Gallimard, Actes Sud Junior ou Le Rouergue, chez qui il publie notamment ses romans pour adolescents et jeunes adultes. Il a été lauréat de nombreux prix : Incorruptibles, Chronos, Farniente, Épopée, etc.

Après des études de littérature anglophone, Stéphane Servant a été intervenant artistique en milieu scolaire et associatif. Il s’est ensuite aventuré dans le développement culturel, les arts du cirque, le graphisme, l’illustration de presse. Il se consacre aujourd’hui pleinement à l’écriture d’albums jeunesse et de romans.

 

Jean-Marc Parayre

 

Les instruments joués par Jean-Marc Parayre ? Il faudrait un carnet entier pour les citer ! Pour faire bref : flûte, piano, batterie, accordéon diatonique et chromatique, vielle à roue, bodega (grande cornemuse du Haut Languedoc), cornemuses, nyckelharpa, violon, euphonium…

Touche-à-tout génial de la musique, formé à l’enseignement classique, Jean-Marc Parayre a éclaté son horizon en se frottant aux instruments non enseignés dans les conservatoires, mais aussi en s’intégrant au monde du cirque (“Cirque bidon” en Italie).

Il a participé à la création de différents collectifs d’artistes et notamment la “Cie des frères Locomotive” car il s’intéresse aussi au Théâtre forain et de rue.

Depuis plusieurs années Jean-Marc accompagne les lectures de Stéphane Servant au travers de performances, de « lectures en musiques pour petites personnes et grandes oreilles » et récemment de livres disques.

Dans la presse

Liens

http://stephaneservant.over-blog.com/

https://lacaverne.wixsite.com/lacaverne

https://www.lerouergue.com/fabrique/un-road-trip-post-apocalyptique

Rencontre et dédicace avec Claire Garralon

Dimanche 5 août de 10h30 à 12h30

Nous avons le grand plaisir d’accueillir Claire Garralon. Cette auteure illustratrice jeunesse se distingue par sa fraîcheur et ses couleurs franches. Un univers joyeux où le jeune enfant peut s’interroger et enrichir sa curiosité du monde. Poésie et humanité côtoient poules, canards ou chats. Au Tracteur Savant, on aime beaucoup son travail !

Qui est Claire Garralon ?

Installée à Toulouse, Claire Garralon est auteure illustratrice de nombreux albums pour enfants. Elle accompagne ses albums de rencontres avec le jeune public, dans les écoles, les crèches, les librairies et les bibliothèques.

Un brin solitaire, elle est toujours restée attentive aux autres et interroge souvent dans ses livres ce principe d’altérité. L’océan, les pins et le temps qui s’écoulait doucement l’ont élevé vers une sensibilité contemplative, faite d’étonnement et de naïveté, mais aussi d’indignations et d’engagements. De sa terre gasconne natale, elle conserve un attachement fort à un environnement respecté où l’homme est lui même respecté. Elle construit un univers sensible, dans lequel ses jeunes lecteurs glissent d’eux-même. Car si ses histoires sont profondes, elle choisit des mots simples qui ne laissent jamais indifférent.

Les Beaux-Arts à Bordeaux, puis la faculté d’Arts Plastiques à Toulouse, ont complété sa démarche intuitive et inspirée. Sans moralisme et sans concession, ses textes et illustrations sont les pépites d’un environnement.

Ses albums

   

C’est ma mare a reçu le prix littéraire Bébé Bouquine 2018 de Boulogne-Billancourt.

  

En savoir plus

Le site de Claire Garralon

Les éditions Memo

Coups de Tracteur BD

“Le dieu vagabond” de Fabrizio Dori, éditions Sarbacane

“Jamais” de Bruno Duhamel, Editions Bamboo

Voilà une bande dessinée tantôt drôle, tantôt émouvante, légère et touchante à la fois que l’on vous la recommande ! ❤️

Vous verrez, vous repenserez à Madeleine après avoir fermé votre livre…

“Collaboration horizontale” de Navie et Carole Maurel, Éditions Delcourt/Mirages.

 

Collaboration Horizontale, c’est l’histoire d’un amour interdit, d’une communauté de femmes solidaires, du quotidien d’un immeuble sous l’occupation… Collaboration Horizontale, c’est émouvant, sensible et intelligent avec des scènes graphiques où l’on s’est dit “Wouah”. Bref, on vous le recommande chaudement ! ❤️

 

 

 

 

“Ces jours qui disparaissent” de Timothé Le Boucher, ed. Glénat

 

Que feriez-vous si vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive au jeune Lubin Maréchal, qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ses absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir…
Intrigant et émouvant, un album très esthétique qui interroge sur la dualité et qui fait résonner la relation de chacun au temps qui passe… Coup de ❤️!

 

 

 

“Et si l’amour, c’était aimer ?” de Fabcaro, ed. Six Pieds sous terre

Youhou ! Un nouveau Fabcaro de 56 pages ! 56 raisons de rire, se bidonner, se poiler, s’enthousiasmer, se fendre la poire et commander de la macédoine… Les amoureux de Fabcaro vont être ravis, c’est du lourd ! Allez, ça ne se résume pas, ça se vit ! On a a-do-ré ! ❤️ 💞 💖

“Cobalt” de Pablo de Santis et Juan Saenz Valiente, Ed. Michel Lafon.

 

M. Cobalt, un pharmacien sexagénaire, est en réalité un agent « endormi » depuis longtemps. M. Cuivre, une vieille connaissance, se rend à la pharmacie et lui demande de réaliser une toute dernière mission, éliminer quatre personnes ! Cobalt n’a aucune envie de reprendre du service…
Un polar subtil aux illustrations qui le sont tout autant… Coup de ❤️ !

 

 

 

 

 

Retour à Zéro de Thierry Smolderen et Laurent Bourlaud 

album-cover-large-25490

L’histoire

Adaptée d’un roman de Stefan Wul.

Depuis des siècles, la Terre exile ses criminels sur la Lune. Mais la civilisation lunaire dispose à présent d’une science alternative capable de détruire la planète. L’espion envoyé sur la Lune saura-t-il déjouer cette attaque imminente ?

Pourquoi Le Tracteur Savant a aimé ?

Déjà, dès la couverture, l’aspect vintage soigné capte l’attention. A l’intérieur, un univers visuel très original, avec un graphisme d’une grande fraîcheur au service d’un scénario bien ficelé. De nombreuses allusions aux avant-gardes (Aelita premier film de science-fiction, le Bauhaus, Fernand Léger) pour le plaisir des yeux et de l’esprit… Un régal. A la fin de l’album, un carnet documentaire.

A qui ça peut plaire ?

A ceux qui aiment un graphisme clair et net, les scénarios de science-fiction, les allusions aux mouvements artistiques, être plongé dans un scénario d’aventure.

Retour à Zéro de Thierry Smolderen et Laurent Bourlaud, Ed. Ankama, 14.90 euros

 

Petites coupures à Shioguni de Florent Chavouet  

9782809710458_1_75

L’histoire

Au Japon, un jeune homme se fait agresser par une bande de malfrats, une jeune femme au pull rose semble ne pas être étrangère à l’affaire. Tel un détective, l’auteur amène le lecteur à étudier, observer chaque scène pour comprendre les faits.

Pourquoi Le Tracteur Savant a aimé ?

Un graphisme riche et époustouflant, un scénario qui se tient. Une galerie de personnages.

On décortique à loisir les notes de l’enquêteur. 7276480-11184360

A qui ça peut plaire ?

A ceux qui aiment déguster et regarder, à ceux qui aiment les livres au graphisme riche, à ceux qui apprécient le type enquête et reportage.

Un polar qui reste décalé, dépaysant par son action au Japon. De l’humour.

Petites coupures à Shioguni de Florent Chavouet, Ed. Picquier, 21,50€

 

Automne de John McNaught

9781907704239_1_75

L’histoire 

Dans une petite ville, des personnages vaquent à leurs occupations quotidiennes. Chacun a son rythme : les hommes, les oiseaux, les feuilles.

Pourquoi Le Tracteur Savant a aimé ?

Un beau graphisme au service d’une douce mélancolie. Les personnages semblent être absents, au contraire des  animaux, presque plus vivants.

L’auteur fait ressortir un désir d’échapper au quotidien où pourtant la beauté est là. Un rythme se répète.

A qui ça peut plaire ?

Quasiment sans paroles, ce livre est plus destinés aux amoureux du graphisme et de l’art qu’aux amateurs de BD (mais les deux sont possibles!).

Automne de John McNaught, Ed. Nobrow, 18€

 

Ici de Richard McGuire   

ici

L’histoire

Richard McGuire a choisi un même lieu, vu du même point de vue, à travers le temps. Défilerons alors devant nos yeux de lecteurs subjugués des images de 10000 av. J.-C., 1960, 2015, 2313…

Pourquoi Le Tracteur Savant a aimé ?

Un ovni, un inclassable, une idée géniale, un graphisme. Une nostalgie. Un serrement. Une douceur.

ici2

A qui ça peut plaire ?

Aux amoureux du graphisme, à ceux qui aiment les livres originaux, aux curieux, aux amoureux de la poésie.

Ici de Richard McGuire, Ed. Gallimard, 29€

 

Erased de Kei Sanbe MANGA

erased-1-ki-oon

L’histoire

Satoru possède un don exceptionnel : être projeté dans le passé quelques minutes avant qu’un drame se déroule et ainsi tenter d’éviter le pire.

D’une nature plutôt réservée, Satoru va peu à peu voir certains souvenirs ressurgir, ce qui sera le début d’une enquête peu commune.

Pourquoi Le Tracteur Savant a aimé ?

Un thriller haletant où l’on se laisse entraîner sans même y prendre garde…

A qui ça peut plaire ?

A ceux qui aiment l’ambiance polar, à ceux qui aiment les histoire palpitantes, à ceux qui veulent découvrir le manga.

Pour adultes et adolescents, à partir de 13 ans.

Erased de Kei Sanbe, Ed. Ki-Oon, 7,65€

51FFshzKXcL._SY344_BO1,204,203,200_

 

Coups de Tracteur Littérature

“Les enténébrés” de Sarah Chiche, ed. du Seuil

“Un amour parfait” de Gilda Piersanti, ed. Le Passage

“ça raconte Sarah” de Pauline Delabroy-Allard, ed. de Minuit

“Isidore et les autres” de Camille Bordas, ed. Inculte

“Nulle autre voix” de Maïssa bey, ed. de l’Aube

“L’île” de Sigridur Hagalin Björnsdottir, ed. Gaïa

Du jour au lendemain, plus de communication sur l’Islande, ni avec le reste du monde. Le monde extérieur existe t-il encore ? L’Islande devient “l’île”, un bout de terre qui se replie sur elle-même et où tout se met en place pour se transformer en en une nasse effrayante.

Une dystopie rondement menée, un livre que vous ne lâcherez pas, avec une réflexion philosophico-politique passionnante.

On vous le recommande !

“Le lambeau” de Philippe Lançon, ed. Gallimard

Pas de nombrilisme, ni d’apitoiement sur soi-même. Une grande finesse d’analyse. On ne veut pas refermer le livre car on a l’impression de quitter un ami. Un bijou d’écriture.

“Candyland” de Jax Miller, Éditions J’ai Lu

Profitez de la sortie en poche de “Candyland”, un très bon polar à tiroirs, à l’ambiance lourde et originale, où passé et présent se répondent. Un roman policier (et bien plus) que l’on vous recommande!

 

“L’été circulaire” de Marion Brunet, ed. Albin Michel

“Hôtel du Grand Cerf” de Franz Bartelt, ed. du Seuil

“C’est parce que tu ne t’intéresses pas aux gens qui te parlent. Tu n’as pas envie de les connaître dans leur nudité. En cautionnant les fables qu’ils te racontent, tu sauvegardes les fables que tu te racontes toi-même sur ton propre compte. Je te donne raison, bien sûr. Sans illusions, la vie serait insupportable…”

Quelle gourmandise que ce polar drôle et grinçant ! Certaines scènes resteront dans vos rétines ! Écrit dans un style impeccable, avec un scénario bien ficelé et des personnages auxquels on s’attache, tel l’inspecteur Vertigo Kulbertus qui s’est fait de l’obésité une spécialité…

 

 

 

“Le bal mécanique” de Yannick Grannec, ed. Pocket

“Glaise” de Franck Bouysse, ed. La manufacture de livres

Créant une ambiance pesante, Franck Bouysse, nous entraîne dans une cette chronique de la vie rurale, pleine de rage et de beauté, loin des champs de bataille mais bousculée par la guerre. Tensions, secrets de famille, nature amie ou hostile, personnages détestables ou qui grandissent, il y a tout ceci et bien plus encore dans ce roman de Franck Bouysse.
De plus, il a été lauréat du super Prix Libr’à Nous 😉 dans la catégorie littérature francophone, c’est bon signe, non ? 😃

“Piégée” de l’auteure islandaise Lilja Sigurdardóttir, Editions Points

Ce polar islandais au rythme soutenu, avec une héroïne de tempérament donne diablement envie de lire la suite !

“Chanson de la ville silencieuse” par Olivier Adam, Ed. Flammarion

Un livre qui se boit comme une tasse de thé, qui semble léger mais qui est tannique, bref, un livre qu’on a savouré !! 😍

 

 

 

 

 

 

“Illusion tragique” de Gilda Piersanti, ed. Le Passage

“Car l’enfance qui continue d’agir sous le manteau dicte nos mouvements bien plus souvent que nous n’en avons conscience…” 
L’origine de la perversité des personnages trouve t-elle sa source dans l’enfance menacée ?
En commençant la lecture de ce roman noir, il faut courir le risque de ne plus pouvoir le refermer avant de l’avoir terminé… Préparez-vous à perdre vos repères !
Original, une belle écriture qui tient en haleine jusqu’à la dernière page…un vrai coup de !

 

Léonor de RECONDO : “Point cardinal”, ed. Sabine Wespieser

Laurent, Mathilda , Lauren… Thème du transgrenre abordé avec délicatesse grâce à l’écriture juste et toujours pleine de sensibilité de Léonor de Recondo.
Un regard bienveillant et qui va bien plus loin que la description de la transformation d’un homme : ” Doit-on être ce que voient les autres, être tel qu’on nous a aimé ? “
Un coup de cœur, une lecture émouvante, un bel exemple de tolérance.

188 mètres sous Berlin de Magdalena Parys, ed. Agullo

Berlin, 1998. Klaus Kreifeld reçoit la visite d’un certain Foerster, accompagné de son garde du corps. Peu après, il est assassiné. Vingt ans auparavant, en 1981, Klaus avait été chargé de diriger la construction d’un tunnel de 188 mètres de long entre Berlin Ouest et Berlin Est. L’objectif officiel de l’opération était d’organiser l’évasion d’un haut fonctionnaire communiste, le trouble Franz. Peter, un des membres de l’équipe ayant participé à la mise en œuvre de cette entreprise périlleuse, décide de mener l’enquête pour découvrir le meurtrier de son ami. Persuadé que la mort de Klaus est liée au tunnel, il retrouve ses camarades de l’époque et recueille leurs témoignages pour tenter de faire toute la lumière sur cette étrange aventure souterraine…
Complexe et dense, 188 mètres sous Berlin est un premier roman de Magdalena Parys publié par les superbes Agullo Editions qui font régulièrement des choix éditoriaux originaux. Ce roman nous en apprend beaucoup sur l’ambiance des sombres années du mur de Berlin…

“Rupture” de Maryline Desbiolles, ed. Flammarion

« Il venait d’une ville noire, pas autant que cette nuit de désastre mais bien sombre tout de même, il venait d’une ville noire, les pêchers, il avait trouvé ça très beau. »
D’une écriture poétique et envoûtante, Maryline Desbiolles entraîne le lecteur dans le rythme d’une vie. Cette vie, c’est celle de François, tantôt subjugué par la beauté des paysages qu’il découvre, tantôt anesthésié par le travail harassant ou la douleur…
Résumé : Embauché sur le chantier du barrage de Malpasset, près de Fréjus – qui va « changer la vie des gens » –, François quitte Ugine, la ville-usine, et son enfance silencieuse. Il découvre avec émerveillement la vallée rose, les bains de mer, la photo, les conversations politiques des camarades ouvriers. Et il tombe amoureux de Louise Cassagne, la fille d’un producteur de pêches. « Pas une fille pour toi », lui dit-on. Pourtant c’est elle qui lui donne le monde, et François croit en ce cadeau autant qu’en la solidité du barrage.
Maryline Desbiolles, “Rupture”, ed. Flammarion, un beau roman à découvrir ! 📖