Rencontre avec la designeuse Iris Soleil

Rencontre avec Iris Soleil vendredi 22 février à 18h30

Quand Iris Soleil (quel joli nom!) est venue nous rencontrer au Tracteur Savant, nous avons pris le temps de l’écouter sans trop comprendre quel pourrait être notre rôle…

Au fil de la discussion, il s’avérait évident que des liens se tissaient entre cette jeune designeuse et Le Tracteur Savant (au passage, librairie essentiellement meublée en mobilier de récupération issu de recycleries…) : une vision humaine du monde, le désir d’être acteur d’un territoire, le souhait de privilégier l’échange à l’objet.

Iris viendra nous présenter une partie des objets réalisés (des tabourets en livres) qui seront en vente à la librairie et nous présenter son projet. Vendredi 22 février à 18h30 à la librairie. Après, on boit un coup et on cause. 😉

Quel est le projet d’Iris Soleil ?

Son projet est né de rencontres, de discussions et d’échanges.

Trois étapes
“Une première étape a consisté à collecter des matériaux et du mobilier à la Recyclerie de Caussade pour créer assises et tables, ainsi que les accessoires nécessaires à l’organisation d’un repas. Une partie de la découpe du bois a été réalisée au Fablab grâce à une fraiseuse à commande numérique. La deuxième étape a consisté en un repas organisé dans le cadre de l’assemblée générale de la Recyclerie, un moment pour célébrer la réussite d’un travail collaboratif. La dernière étape est consacrée à l’exposition itinérante sur des lieux culturels locaux.” explique Iris.

Les acteurs

La recyclerie I.D.D.E.E.S travaille à l’insertion d’un public en difficulté sociale et éloigné de l’emploi, dans le cadre d’actions en lien avec l’environnement, la réutilisation, le réemploi et la vente d’objets d’occasion.

Le Fablab de Caylus, de par sa labellisation “artisan du numérique” et son lien avec la chambre des métiers et de l’artisanat, est un lieu de rencontre et de partage de savoir-faire qui vont au-delà de l’aspect numérique et technologique.

Que voir derrière ces objets, ce mobilier ?

Les réalisations ont pour but de valoriser l’humain, la matière et l’importance du faire ensemble. La récupération et la sélection d’objets, devenant le composant essentiel permettant le voyage, l’échange et les rencontres. Des objets à conversation mettent en avant la quantité de ressources disponibles, le faire et le geste.

“C’est l’observation, le regard et l’analyse d’un contexte qui font le design. Comprendre comment se fait la chaise, c’est comprendre le monde” raconte Iris.

La technique, les formes, la parole, le geste, la matière, tout participe à se faire ensemble, avec les qualités, les défauts, les particularités qu’impliquent l’insertion professionnelle, le milieu associatif et la récupération.

Les objets choisis pour réaliser ces assemblages, sont dus à la quantité disponible en flux quasi continu mais également à leur fort impact visuel et symbolique. Extincteurs, déambulateurs, livres devenus inutilisables, ils bousculent, interrogent pour venir provoquer la conversation.

Il s’agit, grâce à ce mobilier de rendre visible l’invisible, la collaboration de tous ces jours passés à échanger et à construire.

En fait, ce projet est né des différentes rencontres faites sur un territoire. Sont parties prenantes de cette aventure humaine : la Recyclerie I.D.D.E.E.S de Caussade, le Fab-Lab de Caylus, les Jardins de Montauban et le Tracteur Savant.

“Les acteurs ont été sélectionnés pour leur action de valorisation de la ruralité, de l’humain, des savoirs-faire, de la matière ainsi que leur engagement sur ce qui s’apparente, pour moi à ce que j’appelle le “tendre” dans mon mémoire. On peut dire qu’il s’agit de design tendre, car il s’agit de l’humain, de l’utilité non matérielle de l’outil.” (Iris Soleil)

Qui est Iris Soleil ?

Diplômée de l’École supérieure d’art et de design de Reims, Iris Soleil est une jeune Nègrepelissienne de 24 ans.

Son Master 2 en design d’objet et d’espace a vu son projet de fin d’année couronné par le projet au sein de l’association d’insertion Iddees à Caussade.

En savoir plus

https://www.alterechos.be/olivier-gilson-le-design-social-pas-la-pour-faire-du-beau-mais-pour-faire-du-juste/

http://esad-reims.fr/dnsep-design-objet-espace-2018-iris-soleil/

Rencontre autour du livre “AZF/Total, responsable et coupable”

La rencontre a lieu à La Cheminée à Septfonds, vendredi 8 février à 19h

en présence d’Armand Cassé, de Serge Baggi, d’Alain Marcom et de Philippe Saunier

En partenariat avec J.A.D.E.S, nous vous proposons de découvrir l’ouvrage “AZF/Total, responsable et coupable – Histoires d’un combat collectif”, aux  éditions Syllepse.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles et sera suivie d’une auberge espagnole.

Le sujet du livre

L’explosion de l’usine AZF à Toulouse, le 21 septembre 2001, a été l’accident industriel le plus dramatique depuis l’après-guerre en France, faisant 31 morts et plus de 22000 blessés.

Ce livre a été écrit à la suite du jugement du 31 octobre 2017 de la cour d’appel de Paris qui a condamné l’entreprise et son directeur pour manquements à leurs obligations de sécurité, après seize ans de procédures et de manœuvres. Il revient sur les causes de l’explosion, expose la complète responsabilité de l’industriel et témoigne du long combat des victimes pour que cette responsabilité soit reconnue.

Ce livre est le fruit de la volonté commune de quatorze acteurs qui se sont associés pour le concevoir et le rédiger. Ces acteurs, qui n’avaient pas tous vocation à se connaître et à travailler ensemble, se sont rencontrés et rapprochés dans les salles d’audience lors des procès successifs. Ce sont des victimes de l’explosion et des sinistrés devenus militants associatifs, des représentants des salariés, des avocats de parties civiles, des syndicalistes, des chercheurs et des experts en santé/sécurité au travail. Tous ont apporté leur contribution à cet ouvrage à partir de leur expérience et de leur compétence dans leurs domaines respectifs.

Avec pour seule ambition d’éviter qu’un autre AZF ne se produise demain.

Table des matières

  • Une explosion dévastatrice pour les hommes et l’environnement
  • La vie dans l’usine, avant et après
  • L’instrumentalisation des salariés
  • L’enquête du Comité hygiène et sécurité-Conditions de travail (CHSCT) face à une opacité bien organisée
  • Des causes immédiates aux causes fondamentales
  • L’incompatibilité entre les produits : un risque négligé puis occulté
  • Fausses pistes et vraie intox
  • La plainte pour entrave à la justice, un parcours du combattant
  • L’action de l’association des sinistrés du 21 septembre
  • La prise en compte des enjeux par les organisations syndicales
  • Les parties civiles et leurs avocats dans la procédure pénale
  • Les manquements du contrôle de l’État
  • Les évolutions politiques et réglementaires depuis l’accident
  • Reconnaître les crimes industriels, un difficile apprentissage
  • Historique de l’usine et chronologie des faits

Les auteur·es

  • Annie Thébaud-Mony : Directrice de recherches honoraire à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).
  • Hubert Dandine : Élu du personnel dans l’usine voisine, la SNPE.
  • Armand Cassé : Secrétaire du comité d’établissement.
  • Christine Poupin : Secrétaire du CHSCT de l’usine Grande Paroisse (Rouen).
  • Serge Baggi : Rapporteur de la commission d’enquête du CHSCT.
  • Rémy Jean : Expert en santé et sécurité au travail.
  • Philippe Saunier : Syndicaliste chez Total.
  • Gérard Ratier : Président de l’Association des familles endeuillées.
  • Pauline Miranda : Présidente de l’Association des sinistrés du 21 septembre
  • Pascal Tailleux : Membre de la fédération CGT des industries chimiques.
  • Stella Bisseuil et Jean-Paul Teissonnière : Avocats de parties civiles.
  • Alain Marcom : Sinistré, membre de l’Association « Plus jamais ça ».
  • Marcel Croquefer : Membre du Conseil supérieur des installations classées.

L’adresse de La Cheminée

  • Association JADES – La Cheminée – 1, bd des Mourgues – 82240 Septfonds

Rencontre avec la poétesse Valérie Rinaldo

Mise en voix de “Palimpseste” vendredi 1er février à 18h45

Valérie Rinaldo vient nous présenter le 1er février son recueil “Palimpseste” sous la forme d’une lecture par l’auteure, accompagnée de percussion et de chant.

La présentation sera suivie d’un verre de l’amitié pour échanger avec l’artiste et entre vous !

 

Palimpseste

Ce recueil de poèmes édité aux éditions Terre de ciel, s’apparente à un récit poétique qui retranscrit une parole intime. L’auteure part à la recherche de ses racines mais effectue surtout un voyage introspectif.

Le livre est illustré par les toiles de Ginette Adamson. Ces regards croisés entre peinture et poésie permettent au lecteur de faire l’articulation entre ces modes d’expression.

 

Valérie Rinaldo

Valérie Rinaldo est passionnée de poésie. Elle est l’auteure de “Poèmes à Camille Claudel”, “Les frontières du silence” et “Palimpseste”.

Elle a grandi dans le Gers sans jamais oublier ses racines haïtiennes. Après des études de Lettres à Toulouse, elle devient professeure. Agrégée de Lettres modernes, elle enseigne et vit actuellement à Négrepelisse.

La Société des Poètes Français a décerné le Prix Jean Cocteau 2016 à “Palimpseste”.

Ginette Adamson

Ginette Adamson, professeure émérite, a enseigné les littératures francophones à Wichita State University (USA) et à l’Université de Strasbourg. Elle a été présidente et directrice générale du Conseil International d’Études Francophones, a créé et organisé pendant treize ans le colloque international
 «Continental, Latin-American and Francophone Women Writers». Ses articles portant sur les littératures haïtienne, québécoise et française, ont paru aux États-Unis, au Québec, en France et en Angleterre.

Après une carrière de professeur de littérature contemporaine et de chercheur, elle s’installe à Strasbourg en 2003 et se lance dans la peinture.

Elle expose régulièrement en France depuis 2010. Ses œuvres sont également exposées aux Etats-Unis, en Allemagne et en Belgique.

En savoir plus

http://www.editions-terredeciel.com/

 

 

Présentation de “Polina” par Suzanne Ghersenzon Spénale

La rencontre aura lieu mardi 18/12 à 18h, salle des congrès (mairie)

Suzanne Ghersenzon-Spénale nous fait le plaisir de venir nous présenter son nouveau livre, tout fraîchement sorti de l’imprimerie !

Avec Polina – Une Ukrainienne dans la tourmente, Suzanne part à la recherche d’une grand-mère qu’elle n’a jamais connue.

Le livre édité aux éditions Parole paraît le 12 décembre, dans la collection “Main de femme”.

La rencontre aura lieu à la Mairie de St Antonin Noble Val, salle des Congrès, mardi 18 décembre à 18h et sera suivie d’un verre de l’amitié !

Polina, une Ukrainienne dans la tourmente

Polina n’aspirait qu’à être heureuse, modestement. Elle n’avait pas l’étoffe d’une héroïne, mais la droiture, la verticalité d’une femme et d’une mère. Après une enfance à Odessa, la petite Ukrainienne s’est trouvée catapultée en Bessarabie (la Moldavie actuelle). Cette province, constamment tiraillée entre la Russie et la Roumanie, l’a accueillie, l’a charmée, mais l’a finalement broyée. L’histoire personnelle de Polina (1882-1941) accompagne et éclaire de grands moments de l’Histoire.
Après celle de son père, Gricha, dans Celui qui déplaçait les montagnes, Suzanne Ghersenzon-Spénale raconte sa « jeune grand-mère », Polina. L’autrice ne l’a pas connue, mais elle s’est immiscée dans sa vie à travers ce qu’en disait son propre père. Par les voies de la littérature et d’une mémoire collective des événements, elles se sont enfin rencontrées. Leur dialogue nous touche par cette vérité qui résiste au temps et trouve, encore et toujours, ses racines dans l’actualité.

Polina, une Ukrainienne dans la tourmente, éditions Parole, 184 pages, 13€.

Lire un extrait : ici

Suzanne Ghersenzon-Spénale

Suzanne Ghersenzon-Spénale est née en 1939 à Castelsarrasin. Après une carrière d’enseignante, de lectrice passionnée, voire boulimique, elle est passée à l’écriture. Polina est son second ouvrage publié.

 

 

Dans la remorque du Tracteur…

Une sélection d’ouvrages pour petits et grands…!

Dans la remorque du Tracteur…, il y a un album dont on adore l’humour et les illustrations ! 😃

J’en rêvais depuis longtemps d’Olivier Tallec, ed. ACTES SUD junior.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la remorque du Tracteur…, il y a un album drôle et plein de philosophie !

Vous allez adorer ces animaux croqués par Antonin Louchard. IRRESISTIBLE ! ❤️😃

Pas de cadeau pour les bêtes de Paul Martin et Antonin Louchard, ed. Seuil Jeunesse.

 

Dans la remorque du Tracteur… il y a un livre doux et poétique qui donne envie de faire des câlins ! ❤️

Dans la boutique de Madame Nou de Jo Witek et Nathalie Choux, ACTES SUD junior.

 

Dans la remorque du Tracteur…, il y a Un roman percutant, avec une héroïne attachante, au style haletant avec de la personnalité. On a adoré ! ❤️

La vraie vie d’Adeline Dieudonné, Éditions de L’Iconoclaste.

 

Dans la remorque du Tracteur… il y a les mystères d’un village un peu particulier !
Mille détails à observer dans ce petit album délicieux, joli comme un conte de Noël… ❤️

Le village sens dessus dessous de Michaël Rivière, éditions Hélium.

 

Dans la remorque du Tracteur, il y a … la brigade du silence qui n’aime pas les bruyants tracteurs mais nous on adôôôre la brigade du silence ! Un univers imaginatif et plein de fantaisie qui apportera des réponses à vos tracas quotidiens. 😉❤️
La brigade du silence d’Alex Cousseau et Charles Dutertre, Éditions du Rouergue Jeunesse

Les Belles Lectures

Mercredi 5 décembre à 16h30

Vous aimez qu’on vous raconte des histoires ? Alors, venez écouter Les Belles Lectures à la Librairie Le Tracteur Savant ! Henry Thiel racontera des histoires autour du thème de Noël et de l’hiver… Cela se passe mercredi 5 décembre à 16h30. C’est gratuit, dans la limite des places disponibles. A partir de 4 ans. 🤩

Exceptionnel, venez rencontrer David Diop !

Samedi 24 novembre à 18h30 au Bazart

Il s’agit d’un livre de la rentrée littéraire qui a été particulièrement remarqué. Prix Goncourt des lycéens, “Frère d’âme” de David Diop a été notre coup de Tracteur de cette rentrée ! Il met en scène deux tirailleurs sénégalais pendant la 1ère guerre mondiale. Il s’agit d’un livre époustouflant, dont l’écriture incantatoire vous entraîne dans la folie du narrateur. Folie autorisée, folie inacceptable, horreur de ces jeunes gens jetés comme chair à canon, ce roman incarne la guerre, incarne la vie de ces hommes oubliés.

Chose exceptionnelle, nous vous proposons de rencontrer David Diop samedi 24 novembre à 18h30.

La rencontre aura lieu à la mairie (Salle des Congrès au rdc) de Saint-Antonin-Noble-Val et sera suivie d’un verre de l’amitié.

Frère d’âme

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

“Frère d’âme” est publié aux éditions du Seuil.

176 pages, paru le 16/08/18, 17€.

David Diop

 Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences en littérature du XVIIIe siècle à l’université de Pau, spécialiste des représentations européennes de l’Afrique et de l’Africain au siècle des Lumières. Il est l’auteur d’un premier roman paru en 2012 à L’Harmattan, 1889. L’attraction universelle.

Dans la presse

Gladys Marivat Le Monde des Livres
“Et c’est bien le sens, en creux, de ce formidable roman sur la Grande Guerre, qui rappelle que les histoires seront toujours une ressource pour l’homme. ”

Tahar Ben Jelloun Le Point
“Ce roman est une merveille. Écrit dans un style simple, presque naïf, mais étonnant, il nous raconte la tragédie des tranchées avec une délicatesse émouvante.”

Sylvie Tanette Les Inrocks
“Un questionnement philosophique sur la trahison et la loyauté. Mais aussi un texte sur l’émigration, un voyage dans l’âme écrasée de chagrin de celui qui choisit de partir, et une magnifique parabole sur l’impossibilité du retour.”

Nathalie Crom Télérama
“A travers la dérive confessée de son narrateur, Frère d’âme, roman humaniste et éprouvant, interroge l’illusoire légitimité de la violence, les séquelles psychologiques et surtout morales du basculement dans la férocité. Des questionnements que la voix si incarnée d’Alfa investit d’une intimité, d’une intériorité poignantes.”

Frédérique Roussel Libération
“[Un] texte d’une puissance déchirante…”

Que Lire ? Livres Hebdo
“Ce texte puissant, hypnotique et ténébreux nous emporte comme une tornade. […] Epoustouflant !”

Jérôme Garcin L’Obs
“[…] une langue obsédante, chantante, gorgée de métaphores et d’allégories.”

Mediapart
“Parmi les innombrables parutions de cette rentrée littéraire, le roman de David Diop marque d’ores et déjà notre présent par sa splendeur et la force de sa proposition.”

Elisabeth Barillé Le Figaro Magazine
“L’auteur n’oppose jamais les bons aux méchants, les Blancs aux Noirs, l’innocence au crime, la trahison à l’amitié, il les mêle dans un même chant, troublant ­d’humanité.”

Muriel Steinmetz L’Humanité
“[…] un style puissamment rythmé, en même temps classique et moderne, semé d’images fortes et parlantes.”

Baptiste Liger Lire
“Au-delà de la réflexion sur la violence et l’amitié absolue, Frère d’âme interroge sur les rapports ambigus entre la France et l’Afrique coloniale, à la fois si éloignées et pourtant si proches.”

En savoir plus

La Grande Librairie

https://next.liberation.fr/livres/2018/09/21/la-grande-guerre-d-un-tiraille-senegalais_1680333

https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/david-diop-subvertit-le-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale_5354283_3260.html

http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2018/09/19/david-diop-frere-dame/