Vernissage le samedi 30/09 à 18h30

Entre Land Art et sculpture

Entre land art et sculpture, Lya et Laurent Marino créent des œuvres qui s’inspirent de la nature, tout en puissance et fragilité. Laurence Mouton les a accompagnés pendant trois ans et a photographié leur travail. Elle a su parfaitement saisir la singularité de leur œuvre qui s’apparente à des vers poétiques semés à travers la nature.

De cette rencontre est né un livre : Atmosfleur créations, livre 1 que nous vous proposons de découvrir à la librairie samedi 30 septembre à 18h30. Ce soir-là, des photographies du livre seront exposées, vous pourrez rencontrer les artistes, vous faire dédicacer un livre si vous le souhaitez et boire le verre de l’amitié.

Nous vous attendons nombreux !

 

 

Le livre

Ce premier livre d’Atmosfleur créations a été conçu avec la photographe Laurence Mouton. Au fil des pages, vous pourrez découvrir diverses créations, mises en scène dans un environnement local : ce petit bout de région situé entre le Tarn et le Tarn et Garonne.

Ce livre est un hommage à la simplicité et à la beauté de la nature.

Conception graphique : Elsa Andrieu-Rup.

Atmosfleur Créations, par Lya & Laurent Marino et Laurence Mouton, 100 pages, 25€

Qui sont Lya et Laurent Marino ?

Créateurs d’ambiances esthétiques, Lya et Laurent s’inspirent  de la nature, de ses saisons, ses formes et couleurs.

Leur démarche consiste à capter les diverses textures et motifs offerts par les matières végétales et minérales…

https://atmosfleurcreations.com/qui-sommes-nous/

Qui est Laurence Mouton ?

Photographe après avoir été styliste, Laurence Mouton regarde le monde, et le monde photographié par Laurence est beau : une photo de texture se met à avoir du caractère ; un arbre devient vivant ; la nature s’exprime… Elle a illustré plusieurs livres aux éditions du Chêne, Nathan, etc.

Alternative aux produits phytosanitaires

Edmond Puyraud en dédicace le vendredi 8 septembre à 18h30

Edmond PUYRAUD, retraité de l’environnement, fondateur de l’Ecojardin des Roches, spécialisé dans la culture des végétaux, dans l’esprit de la permaculture, est l’auteur du livre « Equilibre naturel au jardin » (actuellement épuisé).

Il vient nous présenter son nouvel opus intitulé « Alternative aux produits phyto » (ed. Synchronies).

Cela se passe vendredi 8 septembre à 18h30 à la librairie et sera suivi d’un verre de l’amitié

Alternatives aux produits phyto, d’Edmond Puyraud, Ed. Synchronies, 10€

Qu’est-ce que l’écojardinage ?

« C’est ne pas employer la chimie, pailler, fabriquer un compost de qualité et surtout être patient. Travailler sur l’utilisation du gazon fraîchement tondu, de la fougère, du bois raméal fragmenté afin de conserver l’humidité du sol et de faire des économies d’eau. La nature nous procure tout ce dont nous avons besoin pour être de bons jardiniers amateurs. Il ne reste plus qu’à mettre en pratique ces théories bénéfiques… » (Edmond Puyraud)

En savoir plus :

https://www.synchronies.org/synchronies/nos-parutions/

 

 

Marie Spénale en dédicace pour « Heidi au printemps »

Samedi 26 août à 18h30

Marie Spénale est illustratrice et auteure de BD. Elle travaille notamment pour Milan, Bayard, Dupuis, Delcourt, Hatier, Flammarion… Elle vit à Bruxelles.

« Heidi au printemps » est sa première « vraie » bande dessinée éditée chez Delcourt. Elle a notamment été sélectionnée pour le « Prix Révélation » au festival « Quai des bulles » !

Nous sommes très heureuses de la recevoir samedi 26 août à 18h30. Un verre de l’amitié sera proposé pendant la séance de signature. Allez, allez, venez soutenir cette jeune auteure pleine de talent !

« Heidi au printemps »

Contrairement aux apparences, cette bande dessinée ne s’adresse pas au jeune public, mais plutôt aux jeunes adultes. Heidi a grandi, elle est devenue une jeune femme. Elle ressent les premiers émois amoureux, découvre les premières relations sexuelles et l’émancipation dans un conte initiatique et explicite sur le passage à l’âge adulte.

Bien que réservé à un public averti, les dessins sont très doux, accompagnés de couleurs toutes en harmonie. Nous avons trouvé cet album d’une grande fraîcheur !

 

 

Pour en savoir plus

Le Nouvel Obs

Actualitté

La genèse du projet : https://spenale.wordpress.com/2017/05/

Pour suivre le travail de Marie Spénale : https://spenale.wordpress.com/reseaux/

Qui est Marie Spénale ?

Marie Spénale réside en Belgique.
Après des études d’illustration à l’école Estienne et de multimédia aux Gobelins, Marie Spénale se fait connaître avec son site Les lapins roses ne courent plus dans les champs, prix du meilleur blog BD au festival d’Angoulême 2012. Collaboratrice régulière des éditions Milan, Bayard, Hatier et Flammarion pour l’illustration, elle a publié sa première BD chez Dupuis dans le collectif Disquettes. Heidi au printemps est son premier roman graphique.

Dis, pourquoi tu boudes ?

Vous êtes d’un naturel boudeur ? Vous souhaitez savoir pourquoi la petite souris boude ?

Alors, venez rencontrer Arnaud Roi, auteur jeunesse et ingénieur papier, dimanche 20 août de 10h30 à 12h30 pour une séance de dédicace. Il vous expliquera (presque) tout sur les bouderies et comment il a conçu un superbe album pop-up plein de surprise et de poésie ! Et, foi de Tracteur, il fait de super belles dédicaces… !! 🙂

« Dis, pourquoi tu boudes ? » de J-R. Catremin et Arnaud Roi, Edition Seuil Jeunesse, 17€

Amélie Galup et Eugène Trutat : regards croisés

Une exposition de photographies de Saint-Antonin-Noble-Val à la fin du XIXe siècle

Grâce au prêt de 66 tirages haute définition réalisés par la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine à partir du fonds Amélie Galup, issu d’une donation de la famille, et aux prêts des fonds Trutat conservés à Toulouse, une exposition aura lieu du 19 août au 31 octobre 2017 à Saint-Antonin Noble Val (82), à la mairie. Accès libre.
Par cette exposition, dont le commissaire est Gérard Grosborne, photographe, la Société des Amis du Vieux Saint-Antonin veut proposer deux regards : celui d’Amélie Galup et celui d’Eugène Trutat qui se sont intéressés, à la fin du XIXè siècle, à Saint-Antonin et à sa région.

Un catalogue reproduit une quarantaine des photographies exposées associées aux textes d’auteurs familiers soit d’Amélie Galup (Claire Bonnafé, son arrière-petite-fille, artiste elle-même et écrivain ; Claude Harmelle, découvreur en 1984 et premier biographe d’Amélie), soit d’Eugène Trutat (Frédérique Gaillard, responsable du fonds photo du Muséum de Toulouse, et Luce Lebart, directrice de la Société française de photographie et, depuis 2016, de l’Institut canadien de la photographie).

Rencontre avec les auteurs du catalogue

Rencontre-dédicace avec les auteurs du catalogue, le 19 août à 11h, à la librairie Le Tracteur Savant. Inauguration le même jour à 18 h (mairie de Saint-Antonin, salle des congrès).

Qui était Amélie Galup ?

Née en 1856 à Bordeaux, Amélie Galup s’initie à la photographie vers 1895. Elle installe sa chambre noire dans la cave de sa maison de Saint-Antonin-Nobleval et réalise elle-même ses tirages.

La photographe amateur photographie ses proches dans leur quotidien, au cours d’excursions dans le département ou lors de séjours dans sa famille. Ces images, inspirées par les studios professionnels de l’époque, déroulent l’étonnante galerie de la société provinciale au tournant du siècle.

Si comme la plupart des photographes amateurs de son temps, Amélie Galup détaille l’environnement d’une bourgeoisie provinciale enregistrée dans ses intérieurs, ses habitudes et ses loisirs, elle va aussi savoir saisir l’image de l’univers qui l’entoure.

En photographiant les paysans, les déshérités ou les marchés elle apporte, inconsciemment peut-être, le témoignage précieux d’un monde voué à disparaître avec la Première Guerre mondiale.

A la mort d’Albert Galup en 1901, elle s’installe à Paris et abandonne la chambre grand format pour se consacrer aux photographies de famille.

Qui était Eugène Trutat ?

Eugène Trutat (1840-1910) est un photographe, pyrénéiste, géologue et naturaliste français. Il fut directeur du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Il commence à pratiquer la photographie en 1859 et publie régulièrement des ouvrages techniques sur le sujet. Il est l’auteur de près de 15 000 photographies, dont des autochromes (photographies en couleur). Il fut président de la Société photographique de Toulouse, membre de la commission des monuments historiques de Toulouse.

Ses photographies couvrent un large éventail de représentations et constituent une source de renseignements sur les Pyrénées de la fin du XIXe siècle : paysages, sites, vie quotidienne, ascensions et excursions…

Le catalogue de l’exposition est en vente au prix de 10€.

Rencontre avec Marie Cochard

Dimanche 25 juin de 10h30 à 12h30 à la librairie

Marie Cochard, auteure du livre indispensable « Les épluchures, tout ce que vous pouvez en faire » aux éditions Eyrolles sera présente à la librairie. Avec ce livre, vous apprendrez que vos déchets sont des bienfaits en cuisine, jardinage, cosmétique… Il sera possible de discuter avec elle et de se faire dédicacer un livre pour soi ou pour un cadeau ! 😉

 

Le livre

Jetez-vous les noyaux d’avocats ? Feuilles et troncs d’artichauts, écorces d’agrumes… Mais soupçonnez- vous les trésors que ces déchets recèlent ?

Saviez-vous, par exemple, que les pelures d’oignons peuvent devenir une farine d’appoint ou un colorant pour votre chevelure, que les poireaux repoussent à l’infini et sans effort particulier, que la peau de concombre démaquille… et passons-en des vertes et des pas mûres !

Si leur image a longtemps été écornée, plus question de les jeter : queues de fraises et fanes en tout genre, ne glissez plus sur des peaux de bananes, cirez-en vos chaussures !

Dans un style résolument positif, Marie Cochard nous livre un abécédaire de recettes et astuces incongrues appuyées de témoignages incroyables de joyeux recycleurs. Elle nous démontre ainsi que quantité d’épluchures se recyclent, nous permettant d’économiser, de réduire nos déchets, d’améliorer notre santé- mais aussi de beaucoup nous amuser ! Épluchez ce guide et saisissez l’économe !

Et aussi samedi 24 juin à la Maison du Lac

Un beau programme !

Qui est Marie Cochard ?

Férue d’initiatives durables, d’innovation verte et d’économie circulaire, Marie Cochard a activement collaboré à la conception-rédaction et à la coordination du magazine Green Attitude en qualité de rédactrice en chef. Fraîchement installée dans le Bassin d’Arcachon, elle partage son activité entre slow journalisme et édition.

En savoir plus…

https://lacabane-antigaspi.com/a-propos/les-epluchures/

 

 

 

 

 

 

 

 

Simone Weil ou l’expérience de la nécessité

Rencontre avec Geneviève Azam et Françoise Valon, mardi 6 juin à 19h30 au Rial (Vaour)

La librairie Le Tracteur Savant est très heureuse de s’associer avec la librairie du Café Plùm à la rencontre organisée par Vent propice autour du livre Simone Weil ou l’expérience de la nécessité paru aux éditions Le Passager Clandestin. A cette occasion, Geneviève Azam, économiste, et Françoise Valon, philosophe présenteront  leur ouvrage et la pensée de la philosophe Simone Weil.

Philosophe, militante politique et résistante, Simone Weil [1909-1943]  fut en son temps une lanceuse d’alerte. Sa pensée, sa clairvoyance, ses propositions pour réformer la société sont plus que jamais d’actualité.

Le livre

Paru aux éditions « Le passager clandestin », dans la collection des précurseurs de la décroissance, le livre de Geneviève Azam et Françoise Valon présente l’apport de Simone Weil à la pensée politique de la décroissance.

Les auteures

Geneviève Azam, économiste, est membre du conseil scientifique d’Attac. Elle a été enseignante -chercheuse à l’université Toulouse Jean-Jaurès.
Françoise Valon, philosophe, a été professeur de philosophie politique à l’université Toulouse Jean-Jaurès

Qui était Simone Weil ?

Philosophe, mais aussi militante et syndicaliste, Simone Weil n’a eu de cesse de se confronter à la réalité de la société. S’opposant à l’industrialisme qui déracine les travailleurs, elle s’est rapidement montrée très critique à l’égard du progrès technique et des rapports de domination qu’il induit. Elle a décrit le fonctionnement des usines modernes dont elle a vécu directement les effets ; elle a opéré une vive critique de la rationalisation et de la division du travail ; et elle a également dénoncé de manière visionnaire les limites des ressources naturelles, et les dégâts liés à leur exploitation.

 

Infos pratiques

Vente des livres sur place.
La soirée se clôturera par un verre de l’amitié. Vent propice se charge des boissons. Apportez un petit en-cas !
Il est conseillé de réserver !

 

Rencontre avec Gaëlle Obiégly

Le vendredi 16 juin à 18h30

Nous avons la chance d’accueillir Gaëlle Obiégly pour la sortie de son dernier livre « N’être personne » aux éditions Verticales.

L’auteure nous présentera son principe d’écriture et nous lira des passages de son dernier roman.

A l’issue de la présentation, il sera possible de se faire dédicacer son livre et de partager un verre de l’amitié avec l’auteure.

Nous vous attendons nombreux pour cette rencontre littéraire le vendredi 16 juin à 18h30 à la librairie.

Le livre

Hôtesse d’accueil accidentellement enfermée un week-end entier dans les wc de son entreprise, la narratrice de N’être personne va endurer cette épreuve avec les moyens du bord (de la sagesse, du papier hygiénique, un stylo bic) en improvisant un cabinet d’écriture. Au gré de remémorations, apparemment chaotiques, elle se trouve peu à peu traversée par tous les âges de la vie.

« Je m’utilise comme si j’étais un instrument. De toute façon, je suis une toute petite partie d’un être immense et souvent je dis des conneries. C’est pour ça que je cherche à n’être personne. Ça me permet d’en dire moins. Ou plus, mais sans craindre pour ma réputation. »

 

L’auteure

Née en 1971 à Chartres, Gaëlle Obiégly a fait des études d’art puis de russe avant de publier son premier roman en 2000, Petite figurine en biscuit qui tourne sur elle-même dans sa boîte à musique chez L’Arpenteur, comme les romans suivants : Le Vingt-et-un août (2002), Gens de Beauce (2003), Faune (2005), La Nature (2007). Elle est également l’auteur de Petit éloge de la jalousie (Folio, 2007) et, pour la jeunesse, du livre Le coyote et la fée (Le baron perché, 2007). En 2011, elle a rejoint Verticales avec Le Musée des valeurs sentimentales. Elle collabore occasionnellement à des revues, notamment L’Impossible et Chroniques purple.

En savoir plus

http://www.telerama.fr/livres/n-etre-personne,152429.php

http://www.lemonde.fr/livres/article/2017/02/02/gaelle-obiegly-travailleuse-clandestine_5073210_3260.html

http://www.editions-verticales.com/fiche_ouvrage.php?id=391&rubrique=3

 

 

Rencontre avec le Collectif du 9 août, vendredi 2 juin à 18h30

Le 2 juin, venez rencontrer le Collectif du 9 août !

Vendredi 2 juin à 18h30, Yohan Selponi et Bérénice Crunel, membres du Collectif du 9 août présenteront « Quand ils ont fermé l’usine », aux éditions Agone.

Une brève présentation du collectif

Le Collectif du 9 août est composé de neuf politistes et sociologues, en poste à Toulouse, Paris, Lyon, Lille et Marseille. Ils sont issus de diverses spécialités – sociologie politique, sociologie du travail, sociologie des médias, socio-histoire : Olivier Baisnée, Anne Bory, Bérénice Crunel, Éric Darras, Caroline Frau, Jérémie Nollet, Alexandra Oeser, Audrey Rouger, Yohan Selponi. Le nom du collectif est une référence à la décision de la cour d’appel de Toulouse du 9 août 2016 qui juge le licenciement économique des salariés de Molex Villemur « sans cause réelle et sérieuse » tout en précisant qu’en l’absence de situation de co-emploi la maison mère Molex Inc. ne paiera pas d’indemnités.

Le résumé du livre 

Il est 11 h 30 le 23 octobre 2008 lorsque les haut-parleurs de l’usine appellent les salariés à se rassembler. Dans la cour, les représentants syndicaux lancent avec effroi : « L’usine va fermer. » Les salariés présents cessent aussitôt le travail ; les autres apprennent la nouvelle par téléphone sur leur lieu de vacances ou dans les travées d’un supermarché. Une ouvrière parle d’un choc monstre : « On s’est tous regardés, en silence, anéantis. Quand on est sortis, les gens partaient à droite, à gauche, des cris et des larmes. On aurait dit qu’on avait assisté au crash d’un avion. » Peu après, une manifestation est organisée dans les rues de Villemur. Les commerçants baissent leur rideau en solidarité avec les salariés, le prêtre fait sonner le tocsin. Les habitants défilent avec les salariés.
Juste après l’irruption de la crise de 2008, les plans sociaux se multiplient avec une nouvelle excuse toute trouvée pour licencier et délocaliser ce qui doit rester compétitif. Ici et là, des conflits éclatent : à Continental (Clairoix), à Freescale (Toulouse), les salariés se battent pour faire payer leur licenciement le plus cher possible à leurs employeurs. Pour ceux de l’usine Molex de Villemur-sur-Tarn, le mot d’ordre est le refus de la fermeture et le maintien de l’emploi sur un site économiquement rentable. Leur combat a quelque chose d’improbable : par son objectif, par le choix des armes (principalement juridiques), par son succès médiatique.
Fruit d’une enquête menée durant six ans par un collectif de sociologues, de politistes et d’historiens, ce livre montre comment l’ancrage local des Molex a pu constituer une ressource pour la mobilisation et faire de cette usine d’une petite ville de Haute-Garonne un symbole de la lutte contre le capitalisme international.

 

 

Pour en savoir plus…

http://www.sciencespo-toulouse.fr/quand-ils-ont-ferme-l-usine-lutter-contre-une-delocalisation-dans-une-economie-globalisee–630361.kjsp

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/27/molex-chronologie-d-un-conflit_4391091_3234.html

Soirée jeux en bois le vendredi 19 mai de 20h à 23h

Vous souhaitez tout savoir sur le carrom ou sur le jeu de go ? Cette soirée est faite pour vous !

Vendredi soir, Pierre Dubois, plusieurs fois champion d’Europe et de France de carrom, nous fera le plaisir de nous présenter les rouages de ce billard indien. Il apportera avec lui également Passe-trappe et Crokinole (non, ça ne se mange pas). Pour tout savoir sur ces jeux et sur Pierre Dubois, c’est par là : http://pierredubois.fr/

   

Jean Petit, en joueur de go amateur qui se respecte, nous fera découvrir la singularité de ce jeu de plateau asiatique.

  

Pendant la soirée, vous pourrez également tester Quoridor et vous initier aux échecs.

La soirée est réservée aux plus de  10 ans et aura lieu exceptionnellement chez Laurie Montsarrat (ancien restaurant du Roc d’Anglars).

Comment se rendre à la soirée Jeux ?

Le nombre de places étant limité, il est conseillé de réserver au 07 82 55 72 27 ou par email letracteursavant[@]gmail.com

Ensuite, suivez le chemin décrit ci-dessous (bonne chance ! 😉 ) :

Depuis St Antonin, après avoir traversé le pont de l’Aveyron, prenez la direction Vaour (sur votre gauche), commencez à monter et prenez la première à droite direction Domaine de Soubil, puis première à gauche toujours direction Domaine de Soubil. Ensuite parcourir la « route » et sur votre gauche il sera mentionné chemin privé et boîte aux lettres « Laurie Montsarrat ».
Il s’agit de l’ancien restaurant du Roc d’Anglars.

A vendredi !