Apéro-dédicace avec Emma Sanz-Delzars le 9 septembre à 18h30

Paroles d’avant l’oubli

La retirada. Une famille dans l’exode des républicains espagnols en 1938 et 1939

Couv. PAROLES

Le putsch des militaires contre la République, les 17 et 18 juillet 1936, déclenche la guerre civile espagnole entre nationalistes et républicains. Cette guerre meurtrière aboutira, le 1er avril 1939, à la dictature du général Franco, dictature qui durera 36 ans.

Cette longue nuit espagnole, l’Histoire nous l’a apprise. Mais que savons-nous de cette retraite, la « Retirada », de milliers de familles républicaines vers la France, exode qui donnera naissance aux premiers camps de concentration en Europe ? Grâce au témoignage d’Emma Sanz-Delzars, le lecteur accompagne cette famille dans la souffrance de l’exil, ayant tout perdu, sauf la vie. Elle restera, digne et fière, dans le camp de ceux qui ont lutté pour la liberté et la démocratie, avec au cœur une volonté farouche, une pulsion de vie pour se reconstruire et aboutir à un enracinement réussi de ses enfants en France.

L’auteure : Emma Sanz-Delzars (Saint-Antonin-Noble-Val)

emma

Fille et petite-fille de paysans aragonais chassés de leur village et de leurs terres par le franquisme, Emma Sanz-Delzars est enseignante à la retraite. Née, par accident de l’Histoire, comme elle le dit, à Montauban en juillet 1938, elle est une des dernières à pouvoir parler du drame des républicains espagnols dans leur lutte pour survivre à la guerre civile, à l’exode et à la guerre mondiale. Dans «Paroles d’avant l’oubli», elle nous fait également découvrir le chemin de la reconstruction et de l’intégration. Elle souhaitait ainsi rendre hommage à ceux auxquels elle dit tout devoir : la volonté de ses parents et l’école publique française.

Extrait de La Dépêche du Midi du 18/07/16

Il y a 80 ans, le général Franco tentait un coup d’État militaire, plongeant l’Espagne dans l’horreur d’une guerre civile. Emma Sans-Delzars, fille et petite-fille de paysans aragonais qui ont survécu à la guerre civile, à l’exode appelé la Retirada, à la deuxième guerre mondiale et à l’exil, a pris la plume pour évoquer «cette blessure qui ne cicatrise jamais».
«Ils ont traversé les Pyrénées dans la neige, par le port de Vénasque, au mois de mars 1938. Je suis née à Montauban, par accident de l’Histoire, explique l’auteure aujourd’hui installée à Saint-Antonin. C’est là, le 1er avril 1938 que ma mère a été accueillie avec les siens, trois mois avant ma naissance.» Son père continuera la lutte jusqu’en février 1939, sur les fronts d’Aragon, puis sur le Sègre et le Noguera Pallaresa. Il entrera en France par Bourg-Madame. Il sera aussitôt interné au camp de concentration du Vernet d’Ariège, le plus dur de tous, dont l’écrivain Arthur Koestler dira que les conditions y étaient pires que dans les camps allemands. Son grand-père, lui, passera par Le Perthus, après la chute de Barcelone le 26 janvier 1939. Il connaîtra les camps d’Argelès sur mer, Bram et Septfonds. Raflé par la police de Vichy, il sera livré aux Allemands, envoyé à Cherbourg pour y construire la base sous marine, élément défensif important du Mur de l’Atlantique.

«Mon père poursuivra le combat contre le nazisme dans les maquis du Lot et Garonne et du sud de la Dordogne au sein du bataillon Bertrand, puis à la Pointe de Grave, avec le bataillon Libertad, une des composantes de la Brigade Carnot. Ils libéreront la forteresse de la Pointe de Grave et Royan avec l’aide des chars de la 2e DB du général Leclerc, de l’aviation américaine et canadienne et le soutien de la Marine française.» La guerre finie, à Montauban et dans les communes de l’Honor de Cos et de Lamothe- Capdeville, sa famille tentera de reconstruire une nouvelle vie dans ce pays qui deviendra le sien.

«Dans certaines familles on n’a jamais parlé parce qu’il fallait s’intégrer à tout prix et tourner la page, explique l’auteur. Notre démarche a été différente. Nous avons toujours vécu avec deux langues et deux cultures. C’est ainsi que nous nous sommes construits, tels que nous sommes.»

« Paroles d’avant l’oubli » par Emma Sanz-Delzars, éditions Parole, 19€  logoparole

Rencontre apéro-dédicace avec Isabelle Boffelli

Isabelle Boffelli est l’auteure avec Isabelle Bruno des livres « Le guide des aliments bien-être » et « Les bienfaits du jeûne ». Elle nous fait le plaisir de nous rendre visite mardi 23 août à partir de 19h pour une rencontre conviviale autour de ses livres et d’un verre !

Cela se passe au Tracteur Savant le mardi 23 août à 19h. L’entrée est libre.

V__8E67 (1)

  • 100 ingrédients et recettes inédites pour préserver sa santé

9782013964661-001-X_0

Notre santé et notre bien-être dépendent de ce que nous mangeons.
Algues, céréales et fruits à coques, aliments lactofermentés, épices, jus et boissons, baies, plantes, miel et dérivés, huiles végétales, graines, graines germées. Tous contribuent à enrichir notre alimentation en vitamines, en sels minéraux, en protéines végétales et autres nutriments nécessaires à notre corps jour après jour.

Ce guide entièrement illustré présente en détail 100 aliments essentiels.

 

  • Les bienfaits du jeûne
    Organiser une semaine de jeûne pas-à-pas et une mono-diète détox de 3 jours

9782013964678-001-X

Jeûne printanier et mono-diète automnale constituent les moyens les plus efficaces et les plus naturels pour nettoyer l’organisme et favoriser le bon fonctionnement de notre système immanitaire.

L’ouvrage introduit à la pratique du jeûne et à ses vertus préventives. Il guide le lecteur au quotidien dans son parcours sur une semaine complète : comprendre les différents types de jeûne (sec, hydrique, Büchinger notamment), se préparer au jeûne, le suivre en toute sécurité, puis reprendre une alimentation normale.

Toutes les clés y sont aussi données pour choisir et adopter une mono-diète « détox » de 3 jours : cure de raisin, de jus de légumes ou encore de riz.

Les conseils psychologiques et les exercices physiques pour prendre conscience de son corps pendant les cures permettront à chacun de gagner en bien-être et de retrouver sa vitalité.

Les auteurs

  • Isabelle Boffelli

Formée à la naturopathie orthodoxe, après trois ans d’études au sein de l’école Marchesseau (aujourd’hui École de Naturopathie UNIVERS), Isabelle Boffelli a également suivi les enseignements de l’Association médicale Kousmine et une Formation à la médecine holistique avec le Dr Christian Tal Schaller à Genève (CH).
Journaliste et auteure, elle est spécialisée dans les domaines du bio, de la nutrition et du bien-être.

  • Isabelle Bruno

Isabelle Bruno est journaliste et auteure de livres consacrés au bien-être, à la santé et à la puériculture. Avec des praticiens de massages thérapeutiques et de massages bien-être, elle a écrit des ouvrages et des manuels à destination des professionnels et du grand public.

Rencontre apéro dédicace avec Daphné Victor

Un biographie événement sur Paul-Emile Victor

2016_06_27_photo Philippe Dobrowolska2

Daphné Victor par P.Dobrowolska

paul-emile-victorLe 19 août, nous aurons le plaisir d’accueillir Daphné Victor, auteure, avec Stéphane Dugast, de la biographie « J’ai toujours vécu demain », biographie sur Paul-Emile Victor. Pour que cette rencontre soit aussi un moment d’échanges, le Tracteur Savant vous offre l’apéro !
Cela se passe le vendredi 19 août à partir de 18h30 à la librairie Le Tracteur Savant.

“La seule chose dont on soit sûr de l’échec, c’est celle que l’on ne tente pas.”
PAUL-EMILE VICTOR

 

Paul-Emile Victor [28 juin 1907 – 7 mars 1995]

“Explorateur français des régions polaires” (Petit Larousse illustré, 1970)

Paul-Émile Victor a incontestablement marqué la France du 20ème siècle. Cheville ouvrière de l’exploration polaire pendant près de quarante ans, l’ethnologue de formation a aussi été un
pionnier de l’écologie, un écrivain et un dessinateur de talent, un homme d’influence et des médias.

Paul-Emile Victor quelques dates

28 juin 1907 : Naissance à Genève. La famille est installée dans le Jura français.
 28 août 1934 : Avec le commandant Charcot et le Pourquoi Pas ?, arrivée à Ammassalik (côte est du Groenland) pour un an d’étude ethnologique de la population inuit, en compagnie de Robert Gessain, médecin et anthropologue, Michel Perez, chimiste, géologue et glaciologue, et Fred Matter-Steveniers, cinéaste.
17 mai – 10 juillet 1936 : TransGroenland : traversée d’Ouest en Est de la calotte glaciaire (800 km) en traîneaux à chiens, avec Robert Gessain, Michel Perez et le Danois Eigil Knuth.
7 août 1936 : Avec le Pourquoi Pas ?, arrivée à Kangerlugssuatsiak, à 250 km au nord d’Ammassalik, pour un an de totale immersion au sein de sa famille inuit (26 hommes, femmes et enfants + les chiens).
28 février 1947 : Création officielle des Expéditions Polaires Françaises – Missions Paul-Émile Victor, dont le comité fondateur est formé de Robert Gessain, Raymond Latarjet, André-Frank Liotard, Michel Perez et Paul-Émile Victor. Il en assurera la direction jusqu’en 1976.
1968 : Délégué général de la Fondation pour la Sauvegarde de la Nature, créée par Louis Armand.
19 décembre 1974 : Avec Jacqueline Auriol, Alain Bombard, Jacques-Yves Cousteau, le docteur Jacques Debat, Louis Leprince-Ringuet et Haroun Tazieff, fondation du Groupe Paul-Émile Victor pour la Défense de l’Homme et de son Environnement.
7 mars 1995 : Décès à Bora Bora. Son corps est immergé le 13 mars 1995 au large de Bora Bora.

En savoir plus : www.paulemilevictor.fr